LES ETAPES ET LES RESULTATS

29.08.20 : NICE MOYEN PAYS NICE : 156 Kms

  La 1ère étape du Tour de France 2020 a été copieusement arrosée sur le parcours de 156 kms où les trois échappés du jour n’ont jamais réellement eu d’espoir d’aller s’imposer.

  La pluie a surtout rendu la chaussée glissante et provoqué de nombreuses chutes, dont celles de prétendants au titre comme Miguel Angel Lopez ou Thibaut Pinot, et qui ont finalement incité l’ensemble du peloton à la prudence. 

  Pour autant, la victoire a bien été disputée au sprint dans le final.

  Le Norvégien Alexander Kristoff a été à la fois le plus fin dans son timing et le plus puissant de tous, pour aller chercher la 4ème victoire de sa carrière sur le Tour de France après ses succès en 2014 à Saint-Etienne et Nîmes, puis sur les Champs-Elysées en 2018. Il devient le 2ème Norvégien à endosser le Maillot Jaune après Thor Hushovd, qui l’avait porté en 2006 puis en 2011.

  176 coureurs prennent comme prévu le départ de la 1ère étape sur la place Masséna. Dès le passage du km zéro, un trio d’attaque se détache avec Michael Schär (CCC), Cyril Gautier (B&B-Vital Concept) et Fabien Grellier (Total Direct Energie), qui obtiennent rapidement un avantage de 2’ mais sont surveillés avec attention les coureurs de Deceuninck-Step. La formation belge affiche clairement ses visées sur une arrivée au sprint, mais leur candidat du jour, Sam Bennett, est perturbé par une chute au km 37.

À la suite de cet incident, le trio de tête obtient son avantage de 2’40’’ en passant pour la première fois sur la ligne d’arrivée (km 39). La pluie gagnant en intensité, la route devient glissante et provoque des chutes à répétition. Pavel Sivakov fait partie des plus touchés au km 50, puis Julian Alaphilippe connaît lui aussi des déboires (km 65), tandis qu’une chute plus massive dans le 2ème passage sur la Prom’ (km 87) met à terre Richie Porte, Luis Leon Sanchez, Marc Soler et Mikel Nieve. Caleb Ewan, donné comme principal favori de l’étape, se retrouve lui aussi rejeté loin derrière le peloton après une chute.

A l’avant de la course, le trio se transforme en duo avec le retrait de Fabien Grellier, mais l’aventure s’achève également pour Schär et Gautier immédiatement après le 2ème passage de la côte de Rimiez (km 98). Les coureurs de Jumbo-Visma incitent alors le reste du peloton à ralentir pour limiter les risques de chutes. Mais l’injonction ne semble pas convaincre les coureurs d’Astana, qui accélèrent à leurs dépens puisque leur leader Miguel Angel Lopez rate à son tour un virage qu’il termine en heurtant un panneau de signalisation.


Ce nouvel incident survenu à 49 kms de l’arrivée réfrène les ardeurs et permet à plusieurs sprinteurs momentanément exclus de reprendre contact avec le peloton, notamment Giacomo Nizzolo et Caleb Ewan. Le peloton progresse alors sans précipitation et s’agite à peine alors que Benoit Cosnefroy s’isole pendant une dizaine de kilomètres. L’heure est alors à la préparation du sprint, avec l’équipe Deceuninck-Quick Step essentiellement à la manœuvre dans le final. Mais dans les 200 derniers mètres, alors que Sam Bennett semble idéalement placé, c’est Alexander Kristoff qui surgit pour aller chercher avec autorité sa 4ème étape sur le Tour de France.  

RESULTATS

Classement de l'Etape et du Classement Général

1 - Alexander KRISTOFF UAE Team Emirates

2 - Mads PEDERSEN Trek Segafredo

3 - Cee BOL Team Sunweb

4 - Sam BENNETT Deceunick Quick Step

5 - Peter SAGAN Bora Hansgrohe

6 - Elia VIVIANI Cofidis

7 - Giacomo NIZZOLO MTT Procycling Team

8 - Bryan COQUARD B&B Hôtels-Vital Concept

9 - Anthony TURGIS Total Direct Energie

10 - Jasper STUYVEN Trek Segafredo

 

Maillot Vert : Michael SCHAR CCC Team

Maillot à Pois : Fabien GRELIER Total Direct Energie

Meilleur Jeune : Hads PEDERSEN Trek Segafredo

Meilleure Equipe : TrekSegafredo

Combativité : Michael SCHAR CC Team. 
 

 

30.08.20 : NICE HAUT PAYS NICE : 188 Kms

 

JULIAN ALAPHILIPPE VAINQUEUR DE LA 2ème ETAPE ET IL ENFILE LE MAILLOT JAUNE !

La 2ème étape promettait une empoignade sérieuse avec un programme montagnard qui ne s’était jamais présenté aussi tôt face aux coureurs du Tour de France.

 L’éloignement des deux plus importantes difficultés de la journée, le col de la Colmiane et le col du Turini, a permis à de nombreux coureurs de garder leurs chances dans le final, en particulier à ceux qui présentent des qualités de puncheurs.

C’est bien entendu le cas de Julian Alaphilippe, qui est passé à l’offensive à 13 kms de l’arrivée en montant au col des Quatre Chemins.

Suivi dans ce mouvement par Marc Hirschi et Adam Yates, il a résisté avec eux au retour du peloton en plongeant sur Nice puis s’est joué au sprint de ses deux derniers compagnons de route dans les 200 derniers mètres, pour aller chercher sa 5ème étape sur le Tour de France en même temps que le Maillot Jaune.

Le leader de Deceuninck-Quick Step, qui n’avait plus gagné depuis le chrono de Pau, a dédié sa victoire à son père décédé en juin dernier et prendra le départ demain pour un 15ème jour en jaune après son épopée de 2019.

Trois coureurs manquent à l’appel au départ de la 2e étape, John Degenkolb étant arrivé hors-délai hier tandis que Rafel Valls et Philippe Gilbert ont dû renoncer en raison de blessures subies la veille. Les candidats à l’échappée sont nombreux en début d’étape mais ce sont Matteo Trentin (CCC) et Anthony Perez (Cofidis) qui lancent le mouvement décisif, suivi par Peter Sagan, Lukas Pöstlberger (Bora-Hansgrohe), Benoît Cosnefroy (Ag2r La Mondiale), Kasper Asgreen (Deceuninck-Quick Step), Toms Skujins (Trek-Segafredo), et Michael Gogl (NTT).

L’échappée connaît une péripétie dès le sprint intermédiaire du km 16, où Trentin passe en tête mais perd sa place dans l’échappée sur un problème mécanique. L’aventure se poursuit donc à 7 coureurs, qui abordent la montée au col de la Colmiane avec 2’50’’ d’avance sur le peloton, dans un premier temps contrôlé par les coéquipiers d’Alexander Kristoff. A l’approche du sommet, Cosnefroy s’isole pour mettre la main sur la dotation maximale, puis l’échappée se reforme dans la plongée su la vallée de la Vésubie.

Dans l’ascension au col du Turini, Peter Sagan se retrouve lâché du groupe de tête, tout comme Benoit Cosnefroy qui parvient quant à lui à recoller et même à batailler avec Anthony Perez pour les 10 points en jeu à bascule. Les deux hommes se retrouvent alors à égalité au classement des grimpeurs avec 18 points. Pendant ce temps, le peloton s’est rapproché sous l’impulsion des coureurs de Jumbo-Visma et a atteint le col de Turini (km 99,5) avec 2’20’’ de retard.

Alaphilippe à l’attaque
L’échappée se divise en deux trios qui se retrouvent en achevant la descente, mais a tout de même perdu une minute supplémentaire et n’a plus qu’une poigné de secondes pour se défendre dans la montée au col d’Eze.

C’est insuffisant au regard du rythme imprimé par les coureurs d’Education First, puis par ceux de Deceuninck-Quick Step à mi-ascension.

A allure soutenue, le groupe principal qui a perdu Dan Martin et Tiesj Benoot bascule avec les Jumbo-Visma à sa tête.

Si Dani Martinez est retardé par une chute dans la descente, le groupe aborde globalement la montée aux Quatre Chemins dans la même configuration.

C’est dans cette montée, à 4 kms du col, que Julian Alaphilippe place une attaque dans laquelle il est suivi par Marc Hirschi puis par Adam Yates.

Ce tout nouveau trio bascule au col avec 20’’ d’avance, Adam Yates étant le plus vif pour saisir les 8’’ en jeu pour le premier.

Dans la descente finale, ils parviennent à garder intact leur avantage sur le peloton et se présentent donc sous la flamme rouge pour un sprint à trois.

Alaphilippe fournit son effort à 200 m de la ligne et résiste ensuite au retour de Marc Hirshi pour s’imposer d’une courte avance.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-JULIAN ALAPHILIPPE Deceunick Quick Step

2-Marc HIRSCHI Team Sunweb

3-Adam YATES Mitchelton Scott

4-Greg Van AVERMET CCC Team

5-Sergio Andres HIGUITA  EF Pro Cycling

CLASSEMENT GENERAL

1-JULIAN ALAPHILIPPE Deceunick Quick Step

2-Adam YATES Mitchelton Scott

3-Marc HIRSCHI Team Sunweb

4-Sergio Andres HIGUITA EF Pro Cycling

5-Tadej POGACAR UAE Team Emirates

 

Maillot Vert : Matteo TRENTIN CCC Team

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Marc HIRSCHI Team Sunweb

Meilleure Equipe : EF PRO CYCLING

Combativité : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

3 Abandons : John DEGENKOLB (hors délai hier)-Rafel VALLS et Philippe GILERT (suite chutes hier).

   

31.08.20 - NICE SISTERON : 198 KMS

 

   La 3ème étape, en dépit d’un dénivelé cumulé de plus de 3000 mètres qui pouvait inciter les baroudeurs, a été prise en mains par les équipes de sprinteurs qui n’ont pas connu de difficultés à reprendre Jérôme Cousin, attaquant qui s’est retrouvé solitaire après avoir notamment franchi la barre des 1000 kms d’échappée sur le Tour.

Dans le final, la confrontation attendue a bien eu lieu entre les finisseurs les plus rapides.

À ce jeu, le plus explosif du moment, Caleb Ewan, est parvenu à contrer l’accélération de ses rivaux et en particulier de Sam Bennett.

Après avoir perdu deux coéquipiers, John Degenkolb et Philippe Gilbert, dans la 1ère étape niçoise où il était également tombé, le sprinteur australien obtient sa revanche en gagnant sa 4e étape sur le Tour de France.

Le Maillot Jaune reste sur les épaules de Julian Alaphilippe tandis que le maillot à pois, après un rebondissement malheureux pour Anthony Perez, reste sur celles de Benoît Cosnefroy.

Comme la veille, 173 coureurs ont pris le départ de Nice. Jérôme Cousin (Total Direct Energie) est le 1er d’entre eux à sortir du peloton, immédiatement suivi d’Anthony Perez (Cofidis), puis de Benoît Cosnefroy et Oliver Naesen (AG2R La Mondiale).

Au bout de 7 kms, Naesen stoppe son effort et laisse le trio poursuivre sa route. Ils obtiennent au km 11 un avantage de 3’ sur le peloton, mais l’enjeu essentiel se précise dans la montée au col du Pilon avec la conquête du maillot à pois par Anthony Perez, qui prend l’avantage sur la 1ère ascension de la journée, puis confirme sa supériorité sur Cosnefroy lors d’un 2ème sprint en côte au col de la Faye (km 63,5). L’écart est alors de 2’ avec le peloton, emmené par les coureurs de Deceuninck-Quick Step.

Leur explication étant presque terminée, Cosnefroy et Perez laissent Jérôme Cousin poursuivre solo avec 127 kms restant à parcourir jusqu’à Sisteron.

Le coureur de Total-Direct Energie accepte son sort et passe en tête au col des Lèques (km 117,5, 2’35’’), où un rebondissement change la donne : suite à une crevaison, Anthony Perez s’est engagé dans la descente puis a chuté en heurtant une voiture et a dû quitter la course, touché aux côtes et à la clavicule.

Jérôme Cousin roule avec application mais ne peut résister au retour progressif du peloton, qui n’a plus que 1’40’’ de retard au col de l’Orme et seulement 30’’ en rentrant dans les 25 derniers kms de l’étape.

Son aventure s’achève à 16 kms de l’arrivée après 182 kms passés à l’avant de la course.

Le sprint de Sisteron se prépare dès lors et connaît une perturbation à 6 kms de la ligne, une chute mettant notamment à terre Wout van Aert et Tony Martin.

Pour autant, les autres équipes intéressées continuent leur travail, les Lotto-Soudal puis les Sunweb étant les mieux positionnés sous la Flamme Rouge.

Dans l’emballage final, Sam Bennett semble le plus puissant, mais Caleb Ewan parvient à se faufiler avec agilité et en puissance pour le dépasser et aller cueillir son 4ème bouquet du Tour de France.

  RESULTATS DE L'ETAPE

1-Caleb EWAN Loto Soudal

2-Sam BENNETT Deceuninck Quick Step

3-Giacomo NIZZOLO Pro Cycling Team

4-Hugo HOFSTETTER Israël Start-Up Nation

5-Peter SAGAN Bora Hansgrohe

CLASSEMENT GENERAL

1-JULIAN ALAPHILIPPE Deceunick Quick Step

2-Adam YATES Mitchelton Scott

3-Marc HIRSCHI Team Sunweb

4-Tadej POGACAR UAE Team Emirates

5-Davide FORMOLO UAE Team Emirates

6-Egan BERNAL Ineos Grenadiers

 

Maillot Vert : Peter SAGAN Bora Hansgrohe

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Marc HIRSCHI Team Sunweb

Meilleure Equipe : TREK SEGAFREDO

Combativité : Jérôme COUSIN Total Direct Energie

Abandon : Anthony PEREZ (suite chute).

01.09.20 : SISTERON ORCIERES-MERLETTE : 160,5 KMS

 

Une 1ère explication en altitude a bel et bien eu lieu sur le final d’Orcières-Merlette, où le groupe des prétendants au titre s’est présenté pour avaler Krists Neilands, dernier rescapé de l’échappe du jour.

La situation est restée sous le contrôle des équipes Deceuninck-Quick Step et Jumbo-Visma, dont le rythme a dissuadé les éventuels attaquants, à l’exception de Guillaume Martin qui a tenté sa chance dans le dernier kilomètre.

Mais la réaction a été immédiate de la part du leader de l’équipe néerlandaise, qui a surgi pour aller chercher sa 3ème étape sur le Tour de France après ses succès à Serre-Chevalier en 2017 et à Laruns en 2018. Roglic affirme ainsi que sa chute et son forfait sur le Critérium du Dauphiné ne sont plus que de vieux souvenirs.

Derrière lui, Tadej Pogacar assure un inédit doublé slovène sur le Tour, tandis que la 5e place de Julian ALAPHILIPPE lui assure de conserver le Maillot Jaune.

Au départ de Sisteron, 172 coureurs composent le peloton, d’où sortent immédiatement Tiesj Benoot (Sunweb), Nils Politt, Krists Neilandts (Israel), Quentin Pacher (B&B-Vital Concept), Mathieu Burgaudeau (Total Direct Energie) et Alexis Vuillermoz (AG2R).

Ils obtiennent sans réelle opposition un écart maximal de 4’ enregistré au km 18, que les coéquipiers de Julian Alaphilippe jugent suffisant pour prendre les commandes du peloton.

Au sprint intermédiaire (km 51,5), où Sam Bennett parvient à se hisser à égalité avec Peter Sagan au classement par points, le retard n’est plus que de 3’ pour le peloton.

L’échappée évolue sous le contrôle du peloton, ce qui offre l’opportunité à Quentin Pacher d’aller saisir les points en jeu au col du Festre (km 67,5, 2’55’’ d’écart), puis au sommet de la côte de Corps (km 97,5, 2’45’’) ainsi qu’au sommet de la côte d’Aullagnier (km 125,5, 2’45’’).

La poursuite devient plus active et insistante dans la descente, où Nils Politt sort en solitaire et où le groupe d’attaque perd Tiesj Benoot sur une chute dans un virage… sans gravité mais fatale à ses espoirs de victoire.

Sur les derniers hectomètres de la côte de Saint-Léger-les-Mélèzes (km 141,5, 1’25), c’est Krists Neilands qui s’isole à l’avant de la course, mais le dernier survivant de l’attaque matinale est contraint d’abdiquer immédiatement avant d’entrer dans l’ascension finale.

Sur les 7 kms d’ascension, le rythme a dans un premier temps été maintenu à un niveau élevé par les Deceuninck-Quick Step, puis par les Jumbo-Visma.

Pierre Rolland a tenté de tromper leur vigilance à 4,5 kms de la ligne, mais c’est l’offensive de Guillaume Martin à 800 mètres du but qui a semblé la plus sérieuse.

Mais la réaction de Primoz Roglic a été imparable. Dans sa roue, il a été suivi par son compatriote slovène Tadej Pogacar, tandis que le Français conserve de justesse sa place sur le podium du jour.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Primor ROGLIC Team Jumbo Vismo

2-Tadej POGACAR Team Emirates SAMSIC

3-Guillaume MARTIN Cofidis

4-Naïro QUINTANA Team Emirates SAMSIC

5-Julian ALAPHILIPPE Deceunick Quiclk Step

CLASSEMENT GENERAL

1-JULIAN ALAPHILIPPE Deceunick Quick Step

2-Adam YATES Mitchelton Scott à 4''

3-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo à 7''

4-Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 11"

5-Guillaume MARTIN Cofidis à 13"

6-Egan BERNAL Ineos Grenadiers à 17"

 

Maillot Vert : Peter SAGAN Bora Hansgrohe

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates

Meilleure Equipe : EF PRO CYCLING

Combativité : Krits NEILANDS Israël Start-Up Nation.

02.09.20 : GAP - PRIVAS : 183 KMS

 

JULIAN ALAPHILIPPE PERD SON MAILLOT JAUNE SUITE A UNE PENALITE

24 heures après le triomphe de son leader Primoz Roglic à Orcières-Merlette, Wout Van Aert s’est extrait avec brio de son rôle d’équipier en décrochant une 2ème victoire consécutive pour Jumbo-Visma, à Privas, au terme d’un sprint rendu moins massif par un coup de bordure initié par les Ineos-Grenadiers à 9 Kms de l’arrivée.

Le Belge, homme de la reprise après ses succès sur les Strade Bianche et Milan-San Remo, avait carte blanche ce mercredi. Il n’a pas laissé passer sa chance et obtient sa 2ème victoire sur le Tour, un an après l’étape d’Albi, déjà sous le vent.

Pour un ravitaillement non autorisé dans les 20 derniers kms Julian ALAPHILIPPE hérite d'une pénalité de 20 secondes et perd son Maillot Jaune au profit d'Adam YATES (Mitchelton-Scott).

 Au lendemain de la 1ère arrivée au sommet du Tour, aucun non-partant n’est à déplorer au départ de Gap. Les 172 coureurs quittent la préfecture des Hautes-Alpes sous le soleil et avec l’envie d’en garder sous la pédale.

Hormis une brève escarmouche de Kasper Asgreen, équipier du Maillot Jaune Julian Alaphilippe, au km 4, personne ne se porte volontaire pour constituer une éventuelle échappée. Les baroudeurs restent au chaud dans le paquet.

C’est un peloton groupé qui se présente au sprint intermédiaire de l’Epine, au km 48.

Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) impose sa pointe de vitesse et ravit alors virtuellement le maillot vert à Peter Sagan, seulement 4e, qui possédait ce matin le même nombre de points que le champion d’Irlande.

Le rythme reste modéré sur ce profil en faux-plat descendant, qui accompagne les coureurs à la sortie des Alpes. Deceuninck-Quick Step, l’équipe du Maillot Jaune Julian Alaphilippe, puis Jumbo-Visma, la formation de Primoz Roglic, impriment tour à tour le tempo en tête de peloton, sans forcer leur talent. 

2 ascensions de 4e catégorie sont répertoriées dans le final.

Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale) fait à chaque fois l’effort pour les franchir en tête et conforter son maillot à pois.

Le Mistral, qui souffle de côté puis de face, agite un peu le peloton dans le final, à peine secoué par une chute de Sepp Kuss (Jumbo-Visma) et une crevaison de Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers), tous deux vite revenus dans le peloton.

Un coup de bordure initié par Ineos-Grenadiers coupe le peloton en deux mais sans piéger le moindre favori.

Tout s’est joué au sprint. Le Belge Wout Van Aert, autorisé à sortir de son rôle d’équipier de Primoz Roglic et Tom Dumoulin le temps d’une journée, a imposé sa puissance en levant les bras devant le Néerlandais Cees Bol (Sunweb) et Sam Bennett, nouveau maillot vert.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Wout VAN AERT Team Jumbo Visma

2-Cees BOL Team Sunweb

3-Sam BENNETT Deceuninck Quick Step

4-Peter SAGAN Bora Hansgrohe

5-Jasper STUYVEN Trek Segfred

CLASSEMENT GENERAL

1-Adam YATES Mitchelton Scott

2-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo

3-Tadej POGACAR UAE Team Emirates

4-Guillaume MARTIN Cofidis

5-Egan BERNAL Ineos Grenadiers

 

Maillot Vert : Sam BENNETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Cees BOL Team Sunweb

Meilleure Equipe : MITCHELTON SCOTT

Combativité : Wouter POELS Bahrain Mclaren

03.09.20 : LE TEIL - MONT AIGOUAL : 191 KMS

 

La composition de l’échappée du jour qui s’est détachée dans les premiers kms de course augurait d’un heureux destin avec des gagneurs du calibre de Greg Van Avermaet et d’Edvald Boasson Hagen, de solides grimpeurs comme Jesus Herrada et Nicholas Roche ainsi que des espoirs plus ou mins confirmés comme Neilson Pawless et Alexey Lutsenko.

La bande a en effet su résister au peloton emmené dans la dernière partie par les Ineos-Grenadiers.

Et parmi eux, c’est le coureur d’Astana qui s’est montré le plus efficace en attaquant à 4 kms du col de la Lusette pour aller chercher en solitaire sa 1ère étape sur le Tour de France.

Déjà vainqueur sur la Vuelta en 2017, le champion du Kazakhstan qui s’est également imposé à deux reprises sur le Tour of Oman (2018-19) confirme l’étendue de ses capacités.

Le Maillot Jaune reste sur les épaules d’Adam Yates.

Le peloton comprend toujours 172 coureurs au départ du Teil pour une étape qui semble inspirer les attaquants.

Nicholas Roche (Sunweb) est le premier d’entre eux au km 2, avec Jesus Herrada (Cofidis), Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step) et Greg Van Avermaet (CCC). En plusieurs temps, ils sont suivis par les contre-attaquants Neilson Powless (Education First), Edvald Boasson Hagen (NTT), Daniel Oss (Bora-Hansgrohe) et Alexey Lutsenko (Astana), la composition se stabilisant au km 5.

C’est au km 27 que le plus menaçant d’entre eux, Van Avermaet, devient virtuellement leader du classement général, l’écart étant monté à 4 minutes. La progression se poursuit à un rythme élevé, la 1ère heure de course étant parcourue à 51,8 km/h. Ils obtiennent ensuite un avantage maximal de 6’45’’ au passage au km 87.

Les coureurs de Mitchelton-Scott prennent garde à maintenir un écart raisonnable avec l’échappée : 5’45’’ au sprint intermédiaire de Saint-Hippolyte-du-Fort (km 125,5) ou Sam Bennett parvient à rajouter 3 points d’avance supplémentaires sur Sagan, puis 4’05’’ au cap de Coste (km 146), alors que les Jumbo-Visma commencent à participer à la poursuite.

Il n’y a plus que 3’10’’ d’écart au col des Mourèzes (km 163) puis 2’40’’ pour attaquer la montée au col de la Lusette, dont les premières pentes excluent d’emblée Boasson Hagen et Oss.

C’est ensuite une accélération de Neilson Powless à 9,5 km du sommet qui durcit la sélection, avec Van Avermaet, Herrada, Roche et Lutsenko qui parviennent à le suivre. Mais dans les 4 derniers kms de montée, Alexei Lutsenko distance ses rivaux pour basculer en solitaire avec 30’’ d’avance sur Jesus Herrada, son 1er poursuivant.

La course-poursuite est lancée entre les deux hommes, mais la puissance de Lutsenko le protège du retour d’Herrada, qui s’accroche toujours à 25’’ à 6 kms de l’arrivée, mais cède ensuite du terrain pour franchir la ligne avec un retard de 55’’.

Derrière, le podium du jour est complété par Greg Van Avermaet, tandis que la bataille entre les favoris pour le titre n’a pas réellement été déclenchée.

Dans les 500 derniers mètres, seul Julian Alaphilippe place une violente accélération qui lui permet de récupérer une seconde. Pas de quoi inquiéter Adam Yates en tête du classement général.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Alexey LUTSENKO Astana Pro Team

2-Jesus HERRADA Cofidis

3-Greg VAN AVERDAET CCC Team

4-Nelson POWLESS EF Pro Cycling

5-Julian ALAPHILIPPE Deceunick Quick Step

CLASSEMENT GENERAL

1-Adam YATES Mitchelton Scott

2-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo

3-Tadej POGACAR UAE Team Emirates

4-Guillaume MARTIN Cofidis

5-Egan BERNAL Ineos Grenadiers

 

Maillot Vert : Sam BENNETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates

Meilleure Equipe : EF PRO CYCLING

Combativité : Nicolas ROCHE Team Sunweb

04.09.20 : MILLAU - LAVAUR : 168 KMS

 

Les arrivées dans le Tarn sont décidément palpitantes.

En 2013, la route d’Albi avait donné lieu à un coup de force des hommes de Peter Sagan, qui portait alors le maillot de Cannondale, pour aller s’imposer et larguer ses rivaux pour le maillot vert.

Sans originalité mais avec une redoutable efficacité, il a mobilisé ses équipiers de chez Bora-Hansgrohe pour une mission identique en direction de Lavaur. L’opération a dans un premier temps fonctionné puisque le maillot vert Sam Bennett était déjà absent au franchissement du sprint intermédiaire.

En revanche, la 2ème partie du plan a été contrariée par l’appétit des Ineos-Grenadiers qui ont eux aussi manœuvré pour faire sauter des rivaux de Bernal au général, comme Pogacar, Porte et Landa.

Une fois en vue de l’arrivée, Sagan était toujours de la partie au sein d’une élite de 41 coureurs, dominée sur la ligne par Wout van Aert, selon une recette qu’il avait déjà servie à ses adversaires l’année dernière pour sa 1ère victoire sur le Tour… à Albi.

Le peloton comprend 172 coureurs au départ de Millau.

Avec l’ambition de saisir 2 points au sommet de la côte de Luzençon, Benoît Cosnefroy sort immédiatement du peloton en solitaire. Mais derrière lui, Peter Sagan et ses coéquipiers se mettent très rapidement à forcer l’allure pour lâcher dès ce début d’étape ses rivaux pour le maillot vert, à commencer par son porteur Sam Bennett.

Cosnefroy parvient tout juste à empocher les deux points à la bascule, mais l’élimination de l’essentiel des sprinteurs est bel et bien en marche : Ewan, Kristoff et Nizzolo font partie des premiers lâchés, puis après une quinzaine de kms, le maillot vert irlandais est relégué dans un groupe pointant à 20’’.

Bennett est sur le point de revenir au contact du groupe de tête au km 19, mais une nouvelle accélération l’élimine cette fois-ci définitivement des débats du jour.

Même avec l’appui des ses coéquipiers Asgreen et Declercq, le maillot vert n’est pas en mesure de participer au sprint intermédiaire de Saint-Sernin-sur-Rance (km 58), où l’écart est enregistré à 2’05’’, puis double au col de Peyronnenc (km 73,5, 4’10’’).

Il n’y a plus de mystère lorsque le groupe comprenant 92 coureurs dont l’essentiel des favoris (à l’exception de Dani Martinez, vainqueur du Dauphiné) franchit le a côte de Paulhe (km 97,5, 4’55’’), mais c’est dans cette petite bosse que Thomas De Gendt s’engage dans une aventure en solitaire.

Le Belge obtient un avantage maximal de 50’’, mais son ambition est anéantie à la sortie de Castres, à 35 kms de l’arrivée, alors que les Ineos-Grenadiers provoquent à leur tour une cassure qui exclut cette fois-ci de sérieux candidats aux honneurs : Richie Porte, Tadej Pogacar et Mikel Landa sont piégés dans cette manœuvre.

A 15 kms de l’arrivée, les 40 coureurs du groupe de tête font ainsi monter leur avantage à 1’ à 15 km du but, puis 1’20’’ en entrant dans les 10 derniers kms, Richard Carapaz ayant quant à lui perdu sa place dans le groupe sur crevaison.

Le sprint final se prépare alors que l’écart est monté à 1’15’’. Dans les 300 derniers mètres, l’accélération de Wout van Aert met tout le monde d’accord : il devance sans contestation Edvald Boasson Hagen et Bryan Coquard.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Wout VAN AERT Team Jumbo Visma

2-Edwald BOASSONHAGEN NTT Pro Cycling Teams

3-Brian COQUARD B&B Hotels Vital Concept

4-Christophe LAPORTE Cofidis

5-Jasper STUYVEN Trek Segafredo

CLASSEMENT GENERAL

1-Adam YATES Mitchelton Scott

2-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo

3-Guillaume MARTIN Cofidis

4-Egan BERNAL Ineos Grenadiers

5-Tom DUMOULIN Team Jumbo Visma

 

Maillot Vert : Peter SAGAN Bora Hansgrohe

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Egan BERNAL Ineos Grenadiers

Meilleure Equipe : EF PRO CYCLING

Combativité : Daniel OSS Bora Hansgrohe

 

05.09.20 : CAZERES/GARONNE - LOUDENVIELLE : 141 Kms

 

La 1ère étape pyrénéenne a donné l’occasion à l’un des 13 échappés du jour de s’imposer, au terme d’une journée où la sélection s’est jouée dans l’enchaînement des ascensions au Port de Balès et au col de Peyresourde.

C’est précisément à 45 kms de l’arrivée que Nans Peters est passé à l’offensive. Le coureur d’AG2R s’est ensuite débarrassé dans la descente de son plus grand rival, Ilnur Zakarin, puis a résisté au retour de ses anciens compagnons de route Tom Skujins et Carlos Verona qui complètent le podium du jour.

Après avoir décroché un 1er succès de prestige sur le Giro d’Italia pour sa 1ère participation l’an dernier, Peters s’illustre maintenant sur le Tour comme un débutant particulièrement prometteur.

Dans le groupe des favoris, l’étape a été marquée par la défaillance de Thibaut Pinot, également dans la montée au Port de Balès. Adam Yates conserve le Maillot Jaune alors que Tadej Pogacar a mené à bien une opération de remontée au classement général. Il a repris sa place dans le Top 10.

Le peloton est toujours composé de 172 coureurs au départ de Cazères-sur-Garonne.

Les volontaires sont nombreux pour l’échappée du jour, à commencer par Soren Kragh Andersen (Team Sunweb) qui lance le mouvement dès le 1er km, mais c’est au bout de 4 kms que le groupe prend sa forme définitive avec Benoît Cosnefroy, Nans Peters (Ag2r La Mondiale), Michael Morkov (Deceuninck-Quick Step), Neilson Powless (EF Education First), Carlos Verona (Movistar), Toms Skujins (Trek-Segafredo), Ilnur Zakarin (CCC Team), Ben Hermans (Israel Start-Up Nation), Jérôme Cousin, Fabian Grellier (Total Direct Energie), Quentin Pacher et Kévin Reza (B&B Hotels-Vital Concept).

Le groupe progresse sans réelle opposition dans un premier temps. La formation MItchelton-Scott ne montre pas d’empressement à lancer une poursuite et laisse même l’écart enfler jusqu’à 14’15’’ au passage au km 46.

Dans la montée au col de Menté, le peloton se rapproche sans réellement forcer son allure et bascule avec un retard de 11’30’’ sur Benoit Cosnefroy qui a pris soin de s’isoler pour empocher les 10 points promis au 1er.

A l’approche de la montée du Port de Balès, Jérôme Cousin anticipe la difficulté et quitte l’échappée en solitaire, à 60 kms de l’arrivée.

Il rentre dans cette 1ère ascension hors-catégorie avec 30’’ d’avance sur ses compagnons de route, dont le groupe explose sous l’effet des 1ères pentes.

À 9 kms du sommet, Nans Peters lance une offensive dans laquelle il n’est durablement suivi que par Ilnur Zakarin, qu’il devance à la bascule et qu’il distance ensuite dans la descente. Pendant ce temps, l’ascension a été fatale aux espoirs de victoire de Thibaut Pinot, lâché par le groupe des favoris à 7 kms du Port de Balès.

Dans la descente suivant le Port de Balès, Nans Peters creuse son avantage sur le grimpeur russe, qui accuse un retard de 40’’ en abordant la montée au col de Peyresourde.

Le Français se débat et même si son rival se rapproche momentanément à 10’’, il parvient à se hisser en tête et à entamer la plongée sur Loudenvielle avec une marge de 45’’ sur laquelle il s’appuie pour aller chercher sa 1ère victoire sur le Tour de France.

Parmi les favoris, le plus offensif a été Tadej Pogacar, qui a contre attaqué à 5 kms du col de Peyresourde pour un gain final sur la ligne d’arrivée de 38’’, tandis que l’attaque dans les deux derniers kms de Romain Bardet lui rapporte 2’’.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Nans PETERS AG 2R La Mondiale

2-Toms SKUJINS Trek Segafredo

3-Carlos VERONA Movistar

4-Lnur ZAKARIN CCC Team

5-Nelson POWLESS EF Pro Cycling

CLASSEMENT GENERAL

1-Adam YATES Mitchelton Scott

2-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo à 3 "

3-Guillaume MARTIN Cofidis à 9 "

4-Romain BARDET AG 2R La Mondiale à 11"

5-Egan BERNAL Ineos Grenadiers

6-Naïro QUINTANA Team ARKEA SAMSIC à 13"

 

Maillot Vert : Peter SAGAN Bora Hansgrohe

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Egan BERNAL Ineos Grenadiers

Meilleure Equipe : EF PRO CYCLING

Combativité : Nans PETERS AG 2R La Mondiale

06.09.20 : PAU - LARUNS : 153 KMS

La bataille pyrénéenne s’est poursuivie entre Pau et Laruns entre les favoris du Tour, qui ont eu raison des efforts de Marc Hirschi, en tête de l’étape pendant près de 90 kms en solitaire, mais rejoint à 2 kms du but.

Le jeune coureur Suisse a tenté de défendre ses chances au sprint face à l’élite restreinte qui s’est détachée dans la montée au col de Marie-Blanque, avec Primoz Roglic, Tadej Pogacar, Mikel Landa et Egan Bernal.

Dans la dernière ligne droite, Tadej Pogacar a eu la pointe de vitesse la plus efficace et remporte sa 1ère étape sur le Tour de France.

Dans cette revanche du championnat de Slovénie mais aussi du final d’Orcières-Merlette, c’est cette fois-ci Roglic qui s’incline. Mais le vainqueur d’étape à Laruns en 2018 réalise toutefois la plus belle opération du jour en prenant la tête du classement général, qu’il domine à la veille de la 1ère journée de repos avec 21’’ d’avance sur Egan Bernal et 28’’ sur Guillaume Martin.   

Après les 4 abandons enregistrés dans l’étape de Loudenvielle, il reste 168 coureurs dans le peloton au départ de Pau.

Le format dynamique de l’étape inspire en nombre les attaquants, mais le rythme particulièrement élevé les empêche de trouver l’ouverture.

Marc Hirschi tente sa chance (km 9,5) mais ne passe qu’une poignée de kms en tête, tout comme Julian Alaphilippe (km 19), Dan Martin (km 25), Mads Pedersen (km 44) ou encore Rémi Cavagna (km 50). Le peloton parcourt dans cette 1ère heure une distance de 48,2 kims.

Dans les premières pentes menant au col de la Hourcère, un groupe se forme au km 55 avec David Gaudu, Sébastien Reichenbach (Groupama-FDJ), Lennard Kämna (Bora-Hansgrohe), Davide Formolo (UAE), Marc Hirschi (Sunweb) et Warren Barguil (Arkea-Samsic), rejoints en plusieurs temps par Daniel Martinez (Education First), Johnatan Castroviejo (Ineos-Grenadiers) et Omar Fraile (Astana).

Au km 62, le jeune coureur Suisse sème ses compagnons de route et bascule en tête au sommet avec 1’10’’ d’avance sur eux, pendant que le groupe des favoris qui ne comprend plus que 31 coureurs accuse un retard de 1’40’’. 9 kms plus loin, au col de Soudet, il porte son avantage à 1’45’’ sur ses premiers poursuivants, 2’45’’ sur le groupe emmené par les Jumbo-Visma.

Hirschi plonge sur le sprint intermédiaire où son avantage est chronométré à 2’35’’. Mais avant d’aborder la montée au col d’Ichère, ses poursuivants sont surtout talonnés par le peloton qui n’a plus qu’une vingtaine de secondes de retard.

C’est en rentrant dans la montée au col d’Ichère qu’ils sont repris. Appliqué, l’ancien champion du monde espoirs bascule avec 4’10’’ d’avance, mais la situation se complique dangereusement dans l’ascension au col de Marie-Blanque.

L’explication déclenchée par Tadej Pogacar opère une sélection aboutissant à 2 kms du sommet à un groupe d’élites avec Bernal, Roglic, Porte et Landa.

Au col de Marie-Blanque, il reste 15’’ d’avance à Marc Hirschi, qui s’accroche dans la descente et lutte sur la partie plane face au quatuor Bernal-Roglic-Pogacar-Landa, mais doit abdiquer immédiatement avant la Flamme Rouge.

Un sprint à cinq se prépare, dans lequel Tadej Pogacar se montre le plus puissant et prend l’avantage sur son compatriote Primoz Roglic, qui prend la tête du classement général.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Tadej POGACAR UAE Team Emirates

2-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismar

3-Marc HIRSHI Team SUNWEB

4-Egan BERNAL Ineos Grenadiers

5-Mikel LANDA Bahrain-Mclaren

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo

2-Egan BERNAL Ineos Grenadiers à 21 "

3-Guillaume MARTIN Cofidis à 28 "

4-Romain BARDET AG 2R La Mondiale à 30"

5-Naïro QUINTANA Team ARKEA SAMSIC à 32"

 

Maillot Vert : Peter SAGAN Bora Hansgrohe

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Egan BERNAL Ineos Grenadiers

Meilleure Equipe : MOVISTAR

Combativité : Marc HIRSCHI Sunweb

ABANDONS

Etape 1 : John DEGENKOLB (Hors délais) - Etape 2 : Rafael VALLS FERRI et Philippe GILBERT (non partants) - Etape 3 : Anthony PEREZ (abandon) - Etape 8 : William BONNET - Diego ROSA - Lilian CALMEJANE - Giacomo NIZZOLO (abandons) - Etape 9 : Fabio ARU et Steff CRAS (abandons).

08.09.20 : ILE D'OLERON - ILE DE RE : 168,5 kms

Une première a été réservée aux coureurs pour l’étape de reprise, avec un tracé majestueux entre deux îles françaises, Oléron et Ré.

Si les risques de cassure ont été quasiment permanents tout au long de l’étape, c’est en définitive un peloton quasi-complet qui s’est présenté à Saint-Martin-de-Ré pour une explication au sprint… dont les deux acteurs majeurs viennent de deux îles !

Sur la ligne d’arrivée, l’Irlandais Sam Bennett a devancé l’Australien Caleb Ewan, pour aller chercher à la fois sa 1ère victoire sur le Tour de France et le maillot vert qui s’accorde également parfaitement avec ses couleurs nationales.

Après le forfait de Domenico Pozzovivo, le peloton est constitué de 165 coureurs au départ de l’île d’Oléron.

Dès le premier kilomètre en s’engageant sur le pont menant au continent, un duo 100 % suisse composé de Michael Schär (CCC) et Stefan Küng (Groupama-FDJ) sort du peloton mais peine à creuser un écart significatif.

Ils obtiennent un avantage maximal de 2’ au km 33 et sont obligés de rouler à un rythme particulièrement élevé pour maintenir leur position : 49,3 kms dans la 1ère heure.

La course change radicalement de cap au passage à Royan et surtout d’ambiance. L’accélération est sensible, avec une marge réduite à 30’’ au km 65 et surtout une offensive brutale au km 66 qui casse une première fois le peloton.

Emanuel Buchman et Dan Martin notamment font partie d’un groupe de coureurs piégés qui ne retrouve sa place qu’au km 77, tandis que les deux échappés ont été avalés par mouvement au km 69.

Après cette 1ère péripétie, le peloton ne connaît pas réellement de ralentissement, mais se retrouve perturbé par une chute au km 103, mettant notamment à terre Tadej Pogacar et Guillaume Martin, aidés par leurs coéquipiers pour reprendre place dans le peloton.

A ce rythme, la course atteint vite La Rochelle puis le pont de l’île de Ré, bien qu’une nouvelle chute implique cette fois-ci sans dommage Miguel Angel Lopez et Julian Alaphilippe.

Stefan Küng tente une nouvelle accélération sur le pont, mais ne parvient pas à rejoindre l’île seul en tête.

Dans le final, l’enchaînement des ronds-points et la vitesse élevée interdit toute sortie, mais les équipes de sprinteurs se mettent à la manœuvre.

À la Flamme Rouge, les coureurs de Sunweb se montrent les plus entreprenants, mais le duel ultime se joue entre Caleb Ewan et Sam Bennett. Avantage pour l’Irlandais sur la ligne d’arrivée.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Sam BENETT Deceuninck Quick Step

2-Caleb EWAN Lotto Soudal

3-Peter SAGAN Boro Hansgrohe

4-Elia VIVIANI Cofidis

5-Wads PEDERSEN Treck Segafredo

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo

2-Egan BERNAL Ineos Grenadiers à 21 "

3-Guillaume MARTIN Cofidis à 28 "

4-Romain BARDET AG 2R La Mondiale à 30"

5-Naïro QUINTANA Team ARKEA SAMSIC à 32"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Egan BERNAL Ineos Grenadiers

Meilleure Equipe : MOVISTAR

Combativité : Stefan KUNG Groupama FDJ

 

09.09.20 : CHATELAILLON-PLAGE - POITIERS : 167,5 Kms

La route de Poitiers était promise aux sprinteurs, attendus pour une arrivée massive que Matthieu Ladagnous, l’échappée solitaire du jour, n’a pas pu contrarier.

Le final du jour a été consacré dès les 40 derniers kms à la préparation d’un rendez-vous présenté comme une revanche de l’explication de la veille remportée à l’île de Ré par Sam Bennett.

Son dauphin d’hier, Caleb Ewan, a pris sa revanche et signé son 2ème succès de l’année sur le Tour après Sisteron, et le 5ème de sa carrière commencée l’année dernière sur le Tour de France.

2ème sur la ligne d’arrivée, Peter Sagan a ensuite été déclassé par le jury des commissaires. C’est donc Bennett qui hérite de la 2ème place et augmente son avantage au classement par points sur le coureur slovaque.

Le peloton du Tour prend le départ de Châtelaillon-Plage avec 163 coureurs mais sans Davide Formolo, touché à la clavicule dans le final de l’étape d’hier.

Dès le 1er km de course, Mathieu Ladagnous (Groupama-FDJ) se lance dans une échappée pour laquelle il ne trouve aucun compagnon dans un premier temps. Son avantage augmente jusqu’au km 16 avec 5’ de marge sur un peloton peu actif. Mais au km 20, une contre-attaque menée à 6 par Oliver Naesen (Ag2r La Mondiale), Stefan Küng (Groupama-FDJ), Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), Lukas Pöstlberger (Bora-Hansgrohe), Michael Gogl (NTT) et Tom van Asbroeck (Israel Start-Up Nation) change la donne. Les chasseurs se rapprochent assez rapidement à 1’ de Ladagnous, mais sont aussi très rapidement pris en chasse par les équipiers de Sam Bennett qui rétablissent la situation au km 30.

L’échappé solitaire évolue sous le contrôle du peloton avec une avance comprise entre 2’30’’ et 3’.

Toutefois, les points en jeu sur le sprint intermédiaire (km 108) suscitent l’intérêt de la Deceuninck-Quick-Step qui propulse Bennett avec succès dans la bataille pour la 2ème place. L’écart se réduit alors à 1’40’’ et Ladagnous n’oppose pas une résistance farouche pour tenir sa place à l’avant. Il est finalement repris après 124 kms passés seul en tête.      

Le peloton accélère dans la quarantaine de kms restant à courir, en se concentrant sur la préparation d’un sprint final.

La formation du maillot vert se montre la plus intéressée dans cette perspective, mais les Sunweb s’impliquent aussi pour lancer Cees Bol. Malgré une attaque de Lukas Pöstlberger à 6 kms de l’arrivée, c’est bien un peloton groupé qui se présente sous la Flamme Rouge, avec les CCC de Matteo Trentin aux avant-postes.

Dans l’emballage final c’est ensuite Caleb Ewan qui se montre le plus explosif tandis que Peter Sagan vient prendre sur la ligne la 2ème place après avoir emprunté une trajectoire osée qui lui coûte ensuite un déclassement par les commissaires de course.

Sam Bennett se retrouve ainsi 2ème et augmente son avantage en tête du classement par points.  

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Caleb EWAN Lotto Soudal

2-Sam BENNETT Deceuninck Quick Step

3-Wout VAN AERT Team Jumbo Visma

4-Bryan COQUARD B&B Hôtel Vital Concept

5-Clément VENTURINI AG2 R La Mondiale

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo

2-Egan BERNAL Ineos Grenadiers à 21 "

3-Guillaume MARTIN Cofidis à 28 "

4-Romain BARDET AG 2R La Mondiale à 30"

5-Naïro QUINTANA Team ARKEA SAMSIC à 32"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Egan BERNAL Ineos Grenadiers

Meilleure Equipe : MOVISTAR

Combativité : Matthieu LADAGNOUS Groupama FDJ

Abandons

Etape 10 : Samuel BENLEY (abandon) et Domenico POZZOVINON (non partant).

Etape 11 : Gregor MUHLBERGER (abandon) - Davide FORMOLO (non partant) et Ion IZAGURRE INSAUSTI (abandon).

 

10.09.20 : CHAUVIGNY - SARRAN (CORREZE) : 218 Kms

La plus longue étape du Tour semblait promise à un coureur échappé, et c’est bien la sensation qu’ont eu les nombreux candidats qui se sont déclarés en début de course.

Pour autant, c’est dans le final au sens large que le tempérament des attaquants a été récompensé, et en particulier celui de Marc Hirschi, qui a été propulsé à l’avant par un mouvement de contre signé Sunweb.

A 28 kms de l’arrivée, c’est-à-dire dans la montée du Suc au May, le jeune Suisse a lâché tous ses rivaux pour aller signer en solitaire sa 1ère victoire professionnelle.

Le champion du monde espoirs 2018, qui avait pris la 3ème place à Laruns et qui avait été uniquement battu par Julian Alaphilippe à Nice, atteint grâce à sa persévérance et à sa puissance la plus haute marche du podium, à 22 ans.

Le Maillot Jaune reste sur les épaules de Primoz Roglic, le maillot vert sur celles de Sam Bennett.

Au départ de Chauvigny, 161 coureurs composent le peloton, d’emblée secoué par de nombreuses attaques.

Le profil du jour attire les attaquants au long cours, les trois premiers à percer au km 8 étant Luis Leon Sanchez (Astana), Imanol Erviti (Movistar) et Nils Politt (Israel Start Up Nation), très rapidement suivis par Max Walscheid (NTT).

Les candidats sont encore nombreux après leur départ. Surtout, Peter Sagan tente avec ses coéquipiers de trouver l’ouverture, pendant que le maillot vert Sam Bennett le surveille avec une vigilance extrême.

Dans le contexte, le rythme reste élevé jusqu’à parcourir 51,4 kms dans la première heure. Pendant ce temps, seuls deux contre attaquants ont réussi à s’extirper pour une longue poursuite : Kasper Asgreen (Deceuninck-Quick Step) et Mathieu Burgaudeau (Total Direct Energie) rejoignent la tête de course au km 63.

Le passage au sprint intermédiaire (km 51), où Sagan recule encore de 2 points face à Bennett, ne calme pas l’appétit des Bora-Hansgrohe qui maintiennent la pression sur les hommes de tête.

Leur écart maximal est ainsi enregistré à 2’55’’ au franchissement de la côte de Saint-Martin-de-Terressus (km 104,5).

En tête de peloton, les CCC contribuent au rapprochement qui se précise encore davantage avec la mise en action de la côte de la Croix du Pey. Le souffle du peloton qui pointe à 20’’ incite Kasper Asgreen, uniquement suivi d’Imanol Erviti, à accélérer à 45 kms de l’arrivée.

Mais le duo ainsi constitué est très vite repris puis déposé par des contre attaquants percutants : Benoot et Kragh Andersen, également accompagnés de Marc Soler, parviennent dans un premier temps à se détacher.

Dans la montée du Suc au May, c’est le jeune Marc Hirschi qui place la contre attaque la plus percutante, rejoint la tête de course et se lance en solitaire à 28 kms de l’arrivée.

Il bascule seul au sommet avec 18’’ d’avance sur ses deux premiers poursuivants, Soler et Schachmann, et 40’’ dans un 2ème groupe où se trouve Julian Alaphilippe, lui aussi offensif dans ce final.

Descendeur hors-pair, Hirschi creuse l’écart et se présente pour les 20 derniers kms avec une marge de 35’’.

La bonne volonté d’Alaphilippe n’y change rien, y compris lors de sa dernière offensive à 5 kms de l’arrivée, alors qu’il se lance en solitaire à la poursuite de l’homme de tête. Mais la puissance de Marc Hirschi n’est pas prise en défaut. Il achève l’étape et enlève à Sarran son 1er bouquet sur le Tour sans être menacé par ses poursuivants.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Marc HIRSCHI Team Sunweb

2-Pierre ROLLAND B&B Hôtel Vital Concept

3-Soran Kragh ANDERSEN Team Sunweb

4-Quentin PACHER B&B Hôtel Vital Concept

5-Jesus HERRADA Cofidis

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo

2-Egan BERNAL Ineos Grenadiers à 21 "

3-Guillaume MARTIN Cofidis à 28 "

4-Romain BARDET AG 2R La Mondiale à 30"

5-Naïro QUINTANA Team ARKEA SAMSIC à 32"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Egan BERNAL Ineos Grenadiers

Meilleure Equipe : MOVISTAR

Combativité : Marc HIRSCHI Team Sunweb

11.09.20 : CHATEL GUYON - PUY MARY (CANTAL) : 191,5 Kms

La traversée de l’Auvergne était annoncée à risques.

Elle a aussi inspiré un groupe d’attaquants particulièrement relevé dans lequel des gagneurs d’expérience comme Julian Alaphilippe et Dan Martin côtoyaient des champions en devenir comme Max Schachmann ou encore Lennard Kämna.

Dans ce volumineux groupe, le match pour l’étape s’est joué dans le final entre une coalition de Bora avec Kämna et Schachmann qui pouvaient nourrir l’espoir de coincer Dani Martinez.

Mais le Colombien s’est montré le plus rapide au sprint dans les derniers mètres pour aller chercher sa 1ère Victoire sur le Tour de France, à peine un mois après s’être imposé sur le Critérium du Dauphiné.

Parmi les favoris, la bataille a éjecté du Top 10 les deux premiers Français, Romain Bardet et Guillaume Martin, tandis qu’Egan Bernal a été dominé par les deux Slovènes qui ont dominé le final, Primoz Roglic et Tadej Pogacar, désormais patrons du Tour et engagés dans un duel pour le Maillot Jaune.

Le peloton est composé de 160 coureurs au départ de Châtel-Guyon.

L’allure très élevée dans les premiers kms sélectionne les attaquants les plus insistants et les plus inspirés.

Après une première vaque de mouvements, un premier groupe d’échappés se constitue au km 10 avec 8 coureurs : Dan Martin (Israel Start-Up Nation), Julian Alaphilippe, Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step), Alessandro De Marchi, Simon Geschke (CCC), Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale), Tejay van Garderen (Education First) et Niccolo Bonifazio (Total Direct Energie).

Dans la montée du col de Ceyssat, cette petite élite perd De Marchi, Van Garderen et Bonifazio accueille Marc Soler (Movistar), le plus pressé de la volumineuse contre attaque qui est sortie du peloton. Au sommet, Cosnefroy n’a pas pu tenir sa place dans le groupe de tête et laisse à Geschke le privilège d’empocher les 10 points de la 1ère place.

Derrière les 5 hommes de tête, un groupe de contre se précise avec Pavel Sivakov (Ineos Grenadiers), Lennard Kämna (Bora-Hansgrohe), Warren Barguil (Arkéa-Samsic), Hugh Carthy, Daniel Martínez, Neilson Powless (EF Education First), Nicolas Edet (Cofidis), David de la Cruz (UAE Team Emirates) et Pierre Rolland (B&B Hotels-Vital Concept), qui sont rejoints par Max Schachmann et Romain Sicard.

Valentin Madouas se trouve lui aussi en chasse et parvient à opérer la jonction, avec tout le groupe, à 2 kms du col de Guéry (km 61). Une fois au sommet (km 63,5), il y a donc 17 coureurs en tête et le peloton accuse un retard de 5’40’’.

Dans la montée de la Stèle, Valentin Madouas s’isole momentanément mais le groupe se reforme dans la descente.

Dans la même configuration, l’échappée franchit la montée de la Stèle (km 85,5) avec 7’20’’ d’avance, puis enchaîne avec la côte de l’Estiade, que le peloton atteint avec un retard de 9’05’’.

Il semble alors hautement probable que sans le déclenchement rapide d’une poursuite active, le vainqueur de l’étape se trouve parmi les échappés. L’impression se confirme alors que l’écart dépasse les 10 minutes en entrant dans les 50 derniers kms.

A 40 kms de l’arrivée, Neilson Powless profite d’une descente pour s’isoler. Il est pris en chasse par Max Schachmann, qui le rejoint à 29 kms du but et passe 11kms en sa compagnie avant de tenter sa chance en solitaire.

Derrière lui, Dani Martinez se lance dans une contre attaque dans laquelle Lennard Kämna prend sa roue. Ce n’est qu’à 1,5 km du but que la jonction se produit, et que le final se transforme ensuite en un duel Martinez-Kämna.

Le coureur de Bora lance le sprint le premier à 200 m de la ligne mais c’est bien le Colombien qui arrive à prendre le dessus dans les derniers mètres pour aller chercher son 1er succès sur le Tour de France.

Derrière l’enjeu de l’étape, la bataille s’est aussi jouée dans le groupe des favoris, la sélection s’étant jouée dans un premier temps dans la montée au col de Néronne par l’équipe Ineos Grenadiers, dont l’accélération a éjecté Guillaume Martin et Romain Bardet.

La montée finale a ensuite été exploitée par Tadej Pogacar qui a bousculé ce qui restait du groupe à 2 kms de l’arrivée pour terminer en compagnie de son compatriote Primoz Roglic. Egan Bernal encaisse un retard de 38’’ sur la ligne.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Daniel Felipe MARTINEZ EF Pro Cycling

2-Lennard KAMINA Bora Hansgrohe

3-Maximilian SCHACHMANN Bora Hansgrohe

4-Valentin MADOUAS Groupama FDJ

5-Pierre ROLLAND B&B Hôtel Vital Concept

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo

2-Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 44"

3-Egan BERNAL Ineos Grenadiers à 59 "

4-Rigoberto URAN EF Pro Cycling à 1'10"

5-Naïro QUINTANA Team ARKEA SAMSIC à 1'12"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates

Meilleure Equipe : EF PRO Cycling

Combativité : Maximilian SCHACHMANN Bora Hansgrohe

12.09.20 - CLERMONT FERRAND - LYON : 194 Kms


L’étape de Lyon promettait un final agité, mais c’est en réalité peu après le départ de Clermont-Ferrand que la course a été bousculée, dans un premier temps par l’équipe Bora-Hansgrohe qui a souhaité éliminer Sam Bennett des débats du jour pour favoriser la reconquête du maillot vert par leur leader Peter Sagan.

Le stratagème a en partie abouti puisque le maillot vert a effectivement été distancé, mais les Sunweb ont ensuite été les plus puissants manœuvriers dans les bosses du final.

Avec Tiesj Benoot, puis avec Marc Hirschi et enfin avec Soren Kragh Andersen, la formation néerlandaise a finalement réussi à déjouer les plans du peloton pour signer un 2ème succès sur le Tour 2020.

Pour le coureur danois qui avait notamment gagné Paris-Tours en 2018 ainsi qu’une étape de Paris-Nice en début d’année, il s’agit de la 1ère victoire sur le Tour de France.

Après le forfait de Romain Bardet, contraint de quitter le Tour à domicile en raison d’une commotion cérébrale provoquée par sa chute de la veille, il reste 158 coureurs dans le peloton.

Cees Bol (Sunweb) et Edward Theuns (Trek-Segafredo)  sont les premiers à s’extraire au km 3, rejoints au km 9 par Stefan Küng (Groupama-FDJ).

Le trio semble sur le point d’accueillir un nouvel élément avec Casper Pedersen (Sunweb), momentanément intercalé, mais la stratégie de l’équipe semble changer radicalement alors que Cees Bol se relève, laissant donc le duo mener son aventure.   

Dès l’approche de la côte du château d’Auteribe, les coureurs de Bora-Hansgrohe donnent le ton de la journée en accélérant pour exclure Sam Bennett des débats du sprint intermédiaire, où Peter Sagan réalise une opération bénéficiaire de 5 points par rapport à son rival.

Le mouvement rapproche le peloton à 2’45’’ de Küng et Theuns, qui parviennent tout de même à creuser ensuite un avantage de 5’45’’, au pied de l’ascension du col du Béal.

C’est précisément le moment que choisissent les coéquipiers de Sagan pour placer une 2ème offensive, encore plus tranchante.

Dans l’ascension, des sprinteurs comme Ewan, Greipel et Hofstetter sont distancés. Bennett tente de s’accrocher au maximum, mais lâche prise à 2 kms du sommet et lâche déjà 50’’ à la bascule. À ce stade, Stefan Küng roule seul en tête, Theuns ayant stoppé son effort. Dans leur entreprise d’éjection du maillot vert, les Bora-Hansgrohe sont soutenus par les CCC de Trentin qui ont également intérêt à essorer le peloton de ses meilleurs sprinteurs.  


Le déficit de Bennett par rapport à Sagan enfle à 1’40’’ au passage de la côte de Courreau (km 93).

Le mouvement menace Stefan Küng, repris par le peloton après 105 kms passés en tête au total. 2 kilomètres plus loin (km 116), Bennett et ses coéquipiers baissent les bras et stoppent leur travail de poursuite.

L’association des Bora et des CCC fonctionne alors à plein pour creuser l’écart, mais aussi pour tenter d’opérer une sélection avant la ligne d’arrivée.

En approchant puis en entrant dans Lyon, les formations Jumbo-Visma et même Ineos-Grenadiers durcissent à leur tour l’allure, mais dans la côte de la Duchère, c’est Tiesj Benoot qui déclenche réellement les hostilités à 11 kms du but.

Le Belge est repris par un mouvement de contre attaque d’Alaphilippe, mais Sunweb joue alors sa 2ème carte avec Marc Hirshi… sans succès cette fois-ci.

En revanche, Soren Kragh Andersen place une attaque à 3 kms de la ligne et parvient à surprendre tout son monde pour aller chercher en solitaire sa première Victoire sur le Tour de France.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Seren Kragh ANDERSEN Team Sunweb

2-Luka MEZGEC Mitchelton Scott

3-Simone CONSONNI Cofidis

4-Peter SAGAN Bora Hansgrohe

5-Casper Philip PEDERSEN Team Sunweb

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Vismo

2-Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 44"

3-Egan BERNAL Ineos Grenadiers à 59 "

4-Rigoberto URAN EF Pro Cycling à 1'10"

5-Naïro QUINTANA Team ARKEA SAMSIC à 1'12"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 40"

Meilleure Equipe : EF Pro Cycling

Combativité : Seren Kragh ANDERSEN Team Sunweb

Abandon : Romain BARDET suite chute d'hier (commotion cérébrale).

13.09.20 : LYON - GRAND COLOMBIER : 174,5 Kms

 

Le défi du Grand Colombier, pour la 1ère fois utilisé comme ligne d’arrivée du Tour de France, a donné lieu à un combat de chefs.

L’enchaînement des 3 ascensions de la Selle de Fromentel, du col de la Biche et du Grand Colombier pour finir a placé les uns et les autres devant leurs limites physiques respectives.

Le tenant du titre Egan Bernal a dégringolé dans le classement général (13e) en perdant 7’21’’ sur cette étape et voit ses espoirs de podium anéantis, tout comme Nairo Quintana qui pointe maintenant en 9e position à 5’08’’ du leader.

À l’avant, la victoire s’est jouée entre les deux hommes en forme du moment.

Dans les derniers mètres, Tadej Pogacar a sprinté pour battre son aîné slovène Primoz Roglic et remporter sa 2ème étape sur le Tour 2020. Son gain de 4’’ grâce aux bonifications ne lui permet toutefois pas de menacer le Maillot Jaune avant la deuxième journée de repos. Mais il restera des occasions jusqu’à Paris…

Le peloton part de Lyon avec 157 coureurs, dont de nombreux volontaires pour une échappée dès les premiers kilomètres.

Les désirs des attaquants sont en partie contrariés par la bataille qui fait rage entre Peter Sagan et Sam Bennett pour le maillot vert, en particulier avec la perspective du sprint intermédiaire situé au km 58.

Dans cette entame animée, Sergio Higuita chute au km 14, repart rapidement mais se trouve contraint à renoncer quelques kms plus loin. À l’avant de la course, Michael Gogl (NTT) parvient au km 27,5 à lancer un mouvement avec Kévin Ledanois (Arkéa-Samsic), Simon Geschke (CCC Team), Niccolo Bonifazio (Total Direct Energie) et Pierre Rolland (B&B Vital Concept), qui reçoivent ensuite le renfort de Matteo Trentin (CCC Team), Jesus Herrada (Cofidis), Marco Marcato (UAE Emirates), Niccolo Bonifazio (Total Direct Energie).

Les 8 coureurs de l’échappée sont contraints de rouler à une allure élevée pour distancer le peloton : ils parcourent 53,5 kms dans la 1ère heure. Le sprint intermédiaire, que le peloton atteint avec 3’ de retard, permet à Sam Bennett d’augmenter de 2 points son avantage sur Peter Sagan. 

Les attaquants bénéficient ensuite d’une relative liberté jusqu’aux premières pentes menant à la Selle de Fromentel, où leur avantage maximal est enregistré à 4’35’’. À mi-ascension (km 106), Geschke est le premier à accélérer et fait exploser le groupe. Il n’est suivi que par Rolland et Herrada, puis Gogl se débat pour rejoindre la tête immédiatement avant la bascule. Non content d’avoir fourni cet effort, l’Autrichien insiste dans la descente et parvient à se détacher jusqu’à entrer dans la montée au col de la Biche avec 40’’ d’avance.


Dans cette 2ème ascension classée de la journée, Gogl commence par progresser mais voit ensuite Pierre Rolland revenir sur lui à 2 kms du col.

Derrière eux, le travail d’essorage du peloton a bel et bien débuté pour les Jumbo-Visma, qui réduisent le groupe à une grosse trentaine de coureurs dans un premier temps. En tête de course, le trio Herrada-Gogl-Rolland se reforme momentanément dans la plongée sur Culoz, mais c’est finalement un duo Gogl-Rolland qui se présente dans l’ascension finale avec 1’30’’ d’avance sur le groupe Maillot Jaune.

Rolland s’isole rapidement dans les premières pentes, mais ne résiste que jusqu’à 13 kms de l’arrivée, où se trouvent les portions les plus raides.

C’est exactement au même moment que le train imposé par Wout van Aert fait céder Egan Bernal en même temps que Nairo Quintana.

Le travail de sélection aboutit à 5 kms de l’arrivée à une élite de 12 coureurs avec Primoz Roglic, Tom Dumoulin, Sepp Kuss (Jumbo-Visma), Mikel Landa, Pello Bilbao (Bahrain-McLaren), Rigoberto Urán (EF Education First), Enric Mas, Alejandro Valverde (Movistar Team), Richie Porte (Trek-Segafredo), Tadej Pogačar (UAE Team Emirates), Miguel Ángel López (Astana Pro Team) et Adam Yates (Mitchelton-Scott).

Le Maillot Jaune déclenche les hostilités à 600m de la ligne mais ne parvient pas à décrocher Lopez, Porte et Pogacar. Surtout, son jeune compatriote parvient dans les 100 derniers mètres à régler ce petit groupe pour aller chercher sa 2ème étape sur le Tour de France.

 

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Tadej POGACAR UAE Team Emirates

2-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma

3-Richie PORTE Trek Segafredo

4-Miguel Angel LOPEZ Astana

5-Enric MAS Movistar

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma

2-Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 40"

3-Rigoberto URAN EF Pro Cycling à 1'34"

4-Miguel Angel LOPEZ Astana à 1'45"

5-Adam YATES Mitchelton Scott à 2'03"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 40"

Meilleure Equipe : Movistar

Combativité : Pierre ROLLAND B&B Vital Concept
 

15.09.20 : LA TOUR DU PIN - VILLARD de LANS : 164 KMS

L’étape de reprise après la 2ème journée de repos offrait tous les ingrédients pour assister au succès d’un solide coureur parti en échappée.

Parmi les candidats au bouquet de Villard-de-Lans, de très sérieux clients comme Julian Alaphilippe, Tiesj Benoot, Richard Carapaz, Pierre Rolland ou Warren Barguil se sont engagés dans la bataille.

Dans le final, le vainqueur du Giro d’Italia 2019 a semblé en mesure de redonner le sourire à la formation Ineos Grenadiers, mais c’est dans les rangs de Bora-Hansgrohe que le soulagement est arrivé en Isère, grâce à Lennard Kämna qui est parvenu à décrocher Carapaz dans la descente sur Lans-en-Vercors.

Après avoir déjà été en lice pour la gagne lors de sa première participation au Tour en 2019 (6e à Foix, 4e à Valloire), puis gagné une étape du Dauphiné à Megève et buté sur Daniel Martinez au Puy Mary il y a quelques jours, Kämna obtient sa consécration en solitaire.

Parmi les favoris pour le titre les positions n’ont pas été bousculées à l’arrivée de la 16e étape : Primoz Roglic reste en tête avec 40’’ d’avance sur Tadej Pogacar.

Le peloton est réuni à La Tour-du-Pin avec 158 coureurs. Parmi eux, les volontaires sont nombreux pour prendre l’échappée et notamment Julian Alaphilippe qui montre son ambition dès le 4ème kilomètre.

Un premier groupe de 35 coureurs se forment mais l’allure rapide du peloton aboutit à un regroupement au km 16. Un kilomètre plus loin, le bon mouvement est lancé par Nicholas Roche (Sunweb) et Richard Carapaz (Ineos Grenadiers).

Après 6 kilomètres en duo, ils sont rejoints par Andrey Amador (Ineos Grenadiers), Lennard Kämna, Daniel Oss (Bora-Hansgrohe), Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), Sébastien Reichenbach (Groupama-FDJ), Alberto Bettiol (EF Education First), Winner Anacona, Warren Barguil (Arkéa-Samsic),Imanol Erviti, Carlos Verona (Movistar Team), Matteo Trentin (CCC Team), Chris Juul Jensen (Mitchelton-Scott) et Quentin Pacher (B&B Hotels-Vital Concept).

C’est dans cette configuration que l’échappée atteint le sprint intermédiaire (km 44,5), avec Trentin en tête et 1’30’’ d’avance sur le peloton.

Pendant ce temps de moments de contre attaque font enfler le groupe de tête, d’abord à 18 coureurs au km 56 avec Casper Pedersen, Tiesj Benoot et Pierre Rolland.

La jonction permet alors au coureur de B&B-Vital Concept de partir à l’assaut des points de la montagne au col de Porte (km 66,5). Il continue ensuite sa récolte au sommet de la côte de Revel (km 94,5), alors que l’échappée compte 23 coureurs avec le renfort de Pavel Sivakov, Neilson Powless, Simon Geschke, Mikel Nieve et Romain Sicard.

L’échappée obtient en arrivant dans la montée de Saint-Nizier-du-Moucherotte un avantage de 13’30’’ qui garantit la victoire d’étape à l’un de ses membres.

Quentin Pacher est le premier à se déclarer et aborde l’ascension en tête, mais c’est un durcissement de l’allure par Richard Carapaz qui fait exploser le groupe à 5 kms du sommet.

Il n’est plus accompagné que de Reichenbach, Alaphilippe et Kämna à 6 kms du sommet pour fondre sur Pacher. Son entreprise d’élimination de ses adversaires se poursuit, mais il est contré par Lennard Kämna à la bascule.

Le coureur allemand creuse l’écart sur son rival équatorien dans la plongée sur Lans-en-Vercors, puis rentre dans les 3 derniers kms avec une minute d’avance. Une marge suffisante pour aller chercher sa 1ère étape sur le Tour de France en solitaire.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Lennard KAMNA Bora Hansgrohe

2-Richard CARAPAZ Inéos Grenadiers

3-Sébastien RECHENBACH Groupama FDJ

4-Pavel SVAKOV Inéos Grenadiers

5-Simon GESCHKE CCC Team

6-Warren BARGUIL Team Arkea Samsic

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma

2-Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 40"

3-Rigoberto URAN EF Pro Cycling à 1'34"

4-Miguel Angel LOPEZ Astana à 1'45"

5-Adam YATES Mitchelton Scott à 2'03"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Benoit COSNEFROY AG2R La Mondiale égalité avec Pierre ROLLAND B&B Hotel Vital Concept (36 points)

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 40"

Meilleure Equipe : Movistar

Combativité : Richard CARAPAZ Ineos Grenadiers

Abandons

Etape 12 : Inur ZAKARIN - Etape 13 : Bauke MOLLEMA - Etape 14 : Pierre LATOUR - Etape 15 : Sergio Andres HIGUITA - Etape 16 : David GAUDU et Jérôme COUSIN.

16.09.20 : GRENOBLE - MERIBEL COL de la LOZE : 170 KMS

Il fallait dompter le col de la Loze.

C’est ce qu’a réussi à faire Miguel Angel Lopez dans le final de la 17e étape, alors que la bataille était lancée entre les deux hommes forts du moment, Primoz Roglic et Tadej Pogacar.

Les prétendants au podium final se sont retrouvés en comité restreint, à la poursuite du dernier résistant de l’échappée, Richard Carapaz, finalement battu à 3 kms du but.

Le coureur colombien d’Astana, déjà double vainqueur d’étape sur la Vuelta, a fait valoir son surnom de « Superman » pour aller chercher dans les 2 derniers kms ce bouquet de prestige sur le Tour de France et se hisse en même temps sur le podium provisoire de l’épreuve, à 1’26’’ de Primoz Roglic, Maillot Jaune de plus en plus solide face à Tadej Pogacar.

Après les forfaits d’Egan Bernal, le premier pour un tenant du titre depuis Chris Froome en 2014, et de Stefan Küng, il reste 152 coureurs dans le peloton, dont beaucoup intéressés par une échappée.

Comme souvent, Thomas De Gendt fait partie des volontaires, mais aussi Peter Sagan et Sam Bennett qui se projettent vers le sprint intermédiaire. Au kilomètre 16, c’est le coureur belge qui lance un mouvement qui inspire une vingtaine d’autres coureurs.

Mais au kilomètre 30, une accélération de Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) réduit ce groupe à cinq unités, avec Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers), Lennard Kämna (Bora-Hansgrohe), Gorka Izagirre (Astana) et Dan Martin (Israel Start Up Nation).

Le groupe de tête ainsi épuré gagne plus facilement du terrain et atteint le sprint intermédiaire (km 45,5) avec 3’10’’ d’avance. Au passage du peloton, Sam Bennett augmente de 2 points son avantage sur Peter Sagan, puis l’échappée reprend sa progression et atteint les premières pentes menant au col de la Madeleine avec 6’10’’ d’avance.

C’est le moment où Kämna paye les efforts de la veille et également où les coureurs de Bahrain-McLaren imposent une forte pression dans le peloton, qui se réduit dans l’ascension à un groupe d’une trentaine de coureurs, dont ont notamment été exclus Nairo Quintana, Thibaut Pinot et Dani Martinez.

Au sommet Richard Carapaz bascule en tête avec une avance de 1’20’’. Dan Martin perd le contact dans la descente, menée à grand train par Julian Alaphilippe.   

En rentrant dans l’ascension finale, le trio Alaphilippe-Carapaz-Izagirre a préservé 2" d’avance, mais devient un duo à 13 kms du but, lorsque le Français lâche prise.

Le travail des Bahrain-McLaren, en particulier au moment de l’accélération de Pello Bilbao, essore un peu plus le groupe des favoris qui n’a plus que 30’’ de retard à 10 kms de l’arrivée.

Le vainqueur du Giro 2019 se retrouve ensuite isolé à 9 kms de l’arrivée et résiste vaillamment à ses poursuivants, y compris en abordant la portion la plus raide de l’ascension : à 5 kms du but, il augmente même sa marge à 45’’. Mais à 3 kms de l’arrivée, le mouvement lancé par De la Cruz réduit le groupe de tête à Pogacar, Roglic, Kuss, Porte et Lopez qui fondent immédiatement sur Carapaz.

Parmi eux, Kuss est missionné pour une attaque, mais il est suivi puis déposé par Miguel Angel Lopez, qui part en solitaire à 2,5 kms de la ligne vers sa 1ère victoire sur le Tour de France.

Derrière lui, la bataille se joue entre Roglic et Pogacar… à l’avantage du Maillot Jaune qui franchit la ligne avec 15’’ d’avance sur son jeune compatriote.

 

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Miguel ANGEL LOPEZ Astana

2-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma

3-Tadej POGACAR UAE Team Emirates

4-Sepp KUSS Team Jumbo Visma

5-Richie PORTE Trek Segafredo

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma

2-Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 57"

3-Miguel Angel LOPEZ Astana à 1'26"

4-Richie PORTE Trek Segafredo à 3'05"

5-Adam YATES Bahrein Mc Laren à 3'14"

 

Maillot Vert : Sam BENNETT

Maillot à Pois : Tadej POGACAR

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR

Combativité : Julian ALAPHILIPPE Deceuninck Quick Step

Meilleure Equipe : MOVISTAR

17.09.20 : MERIBEL - LA ROCHE SUR FORON : 175 kms

 

 La dernière étape alpestre a été prise en mains par un très volumineux groupe d’échappés dans lequel la sélection s’est faite progressivement dans les ascensions au Cormet de Roselend, puis au col des Saisies, au col des Aravis et finalement au plateau des Glières où 2 coureurs de la formation Ineos Grenadiers ont fait la différence, notamment sur Pello Bilbao et Marc Hirshi, les deux derniers à leur avoir tenu tête.

Dans ce duo les rôles se sont répartis entre Richard CARAPAZ, qui a pu capitaliser sur ses deux précédentes aventures à l’avant pour s’emparer du maillot à pois, et Michal KWIATKOWSKI qui a pu compléter son palmarès déjà prestigieux par une victoire sur une étape du Tour de France.

Le Polonais et l’Equatorien ont franchi la ligne d’arrivée en se tenant par l’épaule, signant la 1ère victoire d’étape pour un coureur d’Ineos, la 1ère pour la formation Britannique qui portait encore le nom de Sky lors de son dernier succès avec Geraint Thomas à l’Alpe d’Huez en 2018.

Au départ de Méribel, 150 coureurs composent le peloton.

Au km 4, un groupe d’attaque très volumineux se détache avec 32 coureurs : Jonathan Castroviejo, Richard Carapaz, Michal Kwiatkowski, Dylan Van Baarle (Ineos Grenadiers), Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), Nans Peters (Ag2r La Mondiale), Sam Bennett, Bob Jungels (Deceuninck-Quick Step), Rudy Molard, Sébastien Reichenbach (Groupama-FDJ), Pello Bilbao (Bahrain-McLaren), Alberto Bettiol, Tejay Van Garderen (EF Education First), Dayer Quintana (Arkéa-Samsic), Dario Cataldo, Nelson Oliveira, José Joaquín Rojas, Carlos Verona (Movistar Team), Simon Geschke, Matteo Trentin (CCC Team), Nicolas Edet, Jesús Herrada (Cofidis), Luis León Sánchez (Astana Pro Team), Jasper de Buyst, Thomas de Gendt (Lotto-Soudal), Krists Neilands (Israel Start-Up Nation), Michael Gogl, Michael Valgren (NTT Pro Cycling), Nikias Arndt, Marc Hirschi, Soren Kragh Andersen et Nicholas Roche (Team Sunweb).

Sur le sprint intermédiaire (km 14), le maillot vert saisit les 20 points du vainqueur et creuse l’écart sur Peter Sagan.

L’échappée s'est poursuivie par une contre attaque voulue par les B&B Pierre Rolland et Quentin Pacher, mais seul Damiano Caruso parvient à rejoindre la tête de course dans l’ascension du Cormet de Roselend.

Au sommet, le groupe s’est allégé de ses sprinteurs et ne compte plus que 19 membres. La bataille pour les points se joue entre Hirschi et Carapaz, qui basculent dans cet ordre et poursuivent leur effort en duo.

Au bas de la descente ils sont rejoints par Kwiatkowski, Edet et Bilbao, avec qui ils s’attaquent au col des Saisies. Le peloton accuse alors un retard de 5'15’’. Surtout, le premier groupe de poursuite perd des éléments et atteint le sommet avec seulement 7 coureurs : Peters, Caruso, Verona, Geschke, Herrada, Sanchez et De Gendt.

Hirschi, qui a une nouvelle fois battu l’Equatorien au col des Saisies, chute ensuite dans la descente et perd le contact avec la tête de course. Sa tentative de retour bute contre l’opportunisme du trio de tête, bien décidé à profiter de l’aubaine.

C’est ainsi que Carapaz s’empare des 10 points en jeu pour la 1ère place au col des Aravis.

En rentrant dans la montée au plateau des Glières, l’échappée compte 1’20’’ d’avance sur Hirschi et se transforme surtout à 3 kms du sommet en duo 100 % Ineos-Grenadiers.

La configuration permet à Carapaz de prendre la tête du classement des grimpeurs sans contestation et aux deux collègues de se diriger sereinement vers une 1ère victoire pour leur formation. Les deux hommes entrent sans la moindre crainte dans le dernier kilomètre et s’entendent pour franchir ensemble la ligne d’arrivée, avec une courte avance qui donnera pour l’histoire la victoire à Michal Kwiatkowski.

Le peloton, qui s’engage dans la dernière ascension avec un retard de 8’45’’ connaît une accélération violente et une attaque de Mikel Landa.

La sévère sélection aboutit à une élite de 6 coureurs juste avant le sommet, avec Roglic, Kuss, Mas, Porte, Pogacar et Lopez. Une fois sur le plateau, la portion empierrée exclut l’Australien du groupe sur crevaison. Au prix d’un effort violent, il parvient à rejoindre juste avant les 10 derniers kms le groupe qui se présente sur la ligne d’arrivée avec un retard de 1’51 qui ne bouscule pas le podium provisoire du jour mais permet à Mikel Landa de s’incruster dans le Top 5.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Michael KWATKOWSKI Ineos Grenadiers

2-Richard CARAPAZ Ineos Grenadiers

3-Wout Van AERT Team Jumbo Visma

4-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma

5-Tadej POGACAR UAE Team Emirates

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma

2-Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 57"

3-Miguel Angel LOPEZ Astana à 1'27"

4-Richie PORTE Trek Segafredo à 3'06"

5-Mikel LANDA Bahrein Mc Laren à 3'28"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Richard CARAPAZ Ineos Grenadiers

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates 

Meilleure Equipe : Movistar

Combativité : Marc HIRSCHI Team Sunweb

18.09.20 : BOURG EN BRESSE - CHAMPAGNOLE : 166,5 KMS

 

C’est sur le thème de l’effort solitaire que s’est déroulée l’étape de Champagnole.

D’abord à propos de Rémi Cavagna, qui a passé l’essentiel de sa journée seul à l’avant de la course, mais sous le contrôle serré de la formation Bora-Hansgrohe, toujours décidée à déshabiller Sam Bennett du maillot vert.

Mais les débats du classement par points sont en définitive passés au 2ème plan lorsque Soren Kragh Andersen, engagé dans un mouvement de contre attaque, s’est lancé dans un raid solitaire pour les 15 derniers kms.

Comme à Lyon où il s’était imposé quelques jours plus tôt, le Danois a utilisé la stratégie qui convient le mieux à ses jambes de rouleur de premier rang, pour aller chercher son 2ème succès sur le Tour 2020, le 3ème pour sa formation Sunweb avec l’étape gagnée par Marc Hirschi, lui aussi en solo, à Sarran.

Les positions au sommet du classement général n’ont pas évolué : Primoz Roglic défendra sur le chrono de la Planche-de-Belles-Filles son Maillot Jaune avec 57’’ d'avance sur Tadej Pogacar. 

Après les forfaits de Michael Gogl (NTT) et de Jonathan Castroviejo (Ineos Grenadiers), il reste 147 coureurs dans le peloton au départ de Bourg-en-Bresse.

Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step) en sort au km 4 avec l’intention de lancer un mouvement d’ampleur. Son souhait se dessine lorsqu’une contre attaque est formée au km 16 par Dylan Van Baarle (Ineos Grenadiers), Guillaume Martin (Cofidis), Geoffrey Soupe (Total Direct Energie), Cyril Barthe (B&B Vital Concept), et Max Walscheid (NTT). Mais il ne se réalise pas puisque la présence du 12ème du classement général ferait peser une menace directe sur le groupe.

Martin se relève donc le premier, ensuite imité par Barthe, puis par le trio Van Baarle-Soupe-Walscheid au km 38,5. L’avantage de Cavagna sur le peloton est alors de 2’55’’.

Les coureurs de Bora-Hansgrohe, qui n’ont manifestement pas abdiqué dans leur objectif de reconquête du maillot vert par Peter Sagan, mènent le peloton pour maîtriser l’avantage de Cavagna en-dessous de 2".

Ponctuellement relayés dans cette tâche par les Sunweb, ils rapprochent même le peloton à 1’15’’ en entrant dans les 60 derniers kms. Mais à 53 kms de l’arrivée, Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale) et Pierre Rolland (B&B Vital Concept) lancent une série de contre attaques, qui se poursuivent après le sprint intermédiaire (km 117,5) où Bennett a éloigné Sagan d’un point supplémentaire.   

A 46 kms de l’arrivée, Rémi Cavagna est d’abord rejoint par Cosnefroy, Rolland et Rowe, mais un regroupement général intervient à 36 kms de l’arrivée.

Un nouveau mouvement se déclare à 31 kms du but, aboutissant 5 kms plus loin à la création d’un groupe de 12 coureurs en tête, avec Luke Rowe (Ineos Grenadiers), Luka Mezgec (Mitchelton-Scott), Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), Oliver Naesen (Ag2r La Mondiale), Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step), Dries Devenyns (Deceuninck-Quick Step), Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), Greg van Avermaet (CCC Team), Matteo Trentin (CCC Team), Jack Bauer (Mitchelton-Scott), Nikias Arndt (Team Sunweb) et Soren Kragh Andersen (Team Sunweb).

A 15 kms de l’arrivée et alors que l’écart monte à 2’50’’ avec le peloton, Kragh Andersen s’isole et s’engage dans un raid solitaire.

Ses talents de rouleur lui permettent de creuser l’écart rapidement et d’entrer dans les 10 derniers kms avec une marge déjà confortable de 30’’ sur ses 11 premiers poursuivants.

Sur la ligne d’arrivée, l’écart de 53’’ lui permet de savourer sa 2ème victoire, tandis que le match Bennett-Sagan se joue finalement pour la 8ème place… avantage pour l’Irlandais qui compte maintenant 55 points d’avance.   

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Soren Krach ANDERSEN Team Sunweb

2-Luka MEZGEC Mitchelton Scott

3-Jasper STUYVEN Trek Segafredo

4-Greg VAN AVERMAET CCC Team 

5-Olivier NAESEN AG 2R La Mondiale

CLASSEMENT GENERAL

1-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma

2-Tadej POGACAR UAE Team Emirates à 57"

3-Miguel Angel LOPEZ Astana à 1'27"

4-Richie PORTE Trek Segafredo à 3'06"

5-Mikel LANDA Bahrein Mc Laren à 3'28"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à Pois : Richard CARAPAZ Ineos Grenadiers

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates 

Meilleure Equipe : Movistar

Combativité : Rémi CAVAGNA Deceuninck Quick Step

19.09.20 : LURE - LA PLANCHE DES BELLES FILLES : Contre la Montre 36,2 KMS

 

Tout s’est joué en une petite heure pour bousculer la hiérarchie au sommet du Tour de France, alors que le Maillot Jaune semblait solidement installé sur les épaules de Primoz Roglic.

Le Slovène s’engageait sur le défi de La Planche-des-Belles-Filles avec un avantage de 57’’ qui n’a pas pesé lourd face à la performance impressionnante de son jeune compatriote Tadej Pogacar, qui réalise un grand chelem en Haute-Saône.

Le leader de la formation UAE remporte sa 3ème étape sur le Tour de France, s’empare du Maillot Jaune à sa 1ère participation au Tour avec un avantage de 59’’ sur Roglic avant la dernière étape et remporte également le maillot à pois qu’il enlève à l’Equatorien Richard Carapaz.

Le podium provisoire est complété par Richie Porte, en passe d’atteindre son meilleur classement à 35 ans et à sa 10ème participation au Tour de France.

Dernier des 146 coureurs du classement général et pointé à près de 6 H de Primoz Roglic, Roger Kluge a tout de même le privilège d’établir le premier temps de référence, à 33,7 km/h.

Le coureur de Lotto-Soudal, assez nettement assuré de conserver la « lanterne rouge », est aussi accompagné de ses coéquipiers en queue de classement, précédé de Frederik Frison et de Caleb Ewan, qui reste toutefois candidat pour une 3ème victoire d’étape comme l’année dernière sur les Champs-Elysées.

Le plus jeune coureur du Tour, Maxime Chevalier, connaît lui aussi l’honneur de mener provisoirement l’étape, en plus d’entrevoir la capitale pour sa première participation.

Le chrono du coureur de B&B Vital Concept ne résiste pas à l’arrivée de Nils Politt et encore moins au déboulé de Rémi Cavagna, flashé à 37,5 km/h avec le 1er temps de moins d’une heure : 57’54’’.

David de la Cruz est le premier à s’approcher à moins d’une minute du Français, mais loin du compte avec 41’’ de retard tout de même. Son espoir de décrocher une victoire d’étape pour sa découverte du Tour tient jusqu’à l’arrivée de Wout van Aert, impressionnant mais lui-même dépassé par Tom Dumoulin un peu plus tard.

L’entrée en piste de Guillaume Martin signe le départ de la bataille du Top 10, le Français ayant l’objectif d’améliorer sa 12ème place déjà acquise l’année dernière. Pour y parvenir, il est bien aidé par une réelle déroute d’Alejandro Valverde, qui cède sur la ligne d’arrivée sa 10ème place à Damiano Caruso et même la 11ème au coureur de Cofidis.

Mais l’enheu de l’étape reste la distribution des places sur le podium.

Miguel Angel Lopez doit défendre sa 3ème place mais ne peut rivaliser face à Richie Porte, qui signe le 3ème temps du jour dans le même temps que Dumoulin et monte sur le podium final pour la 1ère fois de sa carrière en 10 participations au Tour.

Mais le coup le plus phénoménal et le plus inattendu du jour est porté par Tadej Pogacar, qui se montre dès les temps de passage intermédiaire en mesure de combler son retard et même de dépasser Primoz Roglic.

A l’arrivée, le verdict est sans appel : le Slovène d’UAE remporte l’étape et déshabille son aîné, avec 1’56’’ d’avance au classement de l’étape.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Tadej POGACAR UAE Team Emirates 

2-Tom DUMOULIN Team Jumbo Visma

3-Richie PORTE Trek Segafredo

4-Wout VAN ART Team Jumbo Visma

5-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma

CLASSEMENT GENERAL

1-Tadej POGACAR UAE Team Emirates 

2-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma à 59"

3-Richie PORTE Trek Segafredo à 3'30"

4- Mikel LANDA Bahrein Mc Laren à 5'58"

5-Eric MAS Mobistar à 6'07"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à PoisTadej POGACAR UAE Team Emirates 

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates 

3 Maillots pour Tadej POGACAR : Maillots Jaune, Vert et à Pois ! 

20.09.20 : MANTES LA JOLIE - PARIS CHAMPS ELYSEES : 122 kms

 

Tout semblait bel et bien joué avant le départ de la dernière étape, mais les rebondissements de la veille qui ont vu le podium du Tour de France bousculé contre toute attente imposaient la prudence.

Avec 59’’ d’avance sur son compatriote Primoz Roglic au classement général, Tadej Pogacar a naturellement joué dans ce registre pour achever sa mission et devenir le plus jeune vainqueur du Tour depuis Henri Cornet en 1904.

Le Slovène qui a surpris tout son monde dans le contre-la-montre d’hier et qui fêtera demain ses 22 ans remporte naturellement le maillot blanc, mais aussi le maillot à pois.

Le maillot vert était quant à lui solidement installé sur les épaules de Sam Bennett, qui devait toutefois contrôler un Peter Sagan qui n’était plus réellement menaçant. Mais l’Irlandais ne s’est pas satisfait du minimum, il a imposé sa puissance pour aller chercher sa 2ème étape sur le Tour après celle de l’Ile de Ré.

Au bout de la ligne d’arrivée la plus prestigieuse du monde du sprint, il devient le 2ème vainqueur irlandais du maillot vert après Sean Kelly, lauréat en 1982, 1983, 1985 et 1989.

Les 146 coureurs classés à l’issue du chrono de La Planche-des-Belles-Filles sont bien au départ de Mantes-la-Jolie, où le peloton se lance sur la route sans réellement se mettre en action.

Les premières dizaines de kilomètres sont consacrées à des séances photo et des félicitations au tout nouveau Maillot Jaune Tadej Pogacar. À un rythme de 33,6 km/h dans la 1ère heure, les coureurs ont notamment le loisir d’admirer le château de Versailles en progressant vers Paris, quasiment en convoi.

Le rythme monte d’un cran lorsque le peloton pénètre dans la capitale, puis devient même élevé en arrivant sur le circuit final après la traversée majestueuse et en file indienne de la cour carrée du Louvre.

A 50 kms de l’arrivée, un premier mouvement d’attaque est lancé par Michal Kwiatkowski, sans succès. Puis à 42 kms de l’arrivée, c’est un quatuor qui se détache, composé de Pierre-Luc Périchon (Cofidis), Max Schachmannn (Bora-Hansgrohe), Greg Van Avermaet (CCC) et Connor Swift (Arkea-Samsic). Mais le contrôle est serré de la part des formations Deceuninck-Quick Step et Sunweb, qui ne leur laissent jamais plus de 20 secondes d’avance.

L’échappée est reprise à 3,5 kms de l’arrivée et les deux équipes déjà impliquées dans la poursuite sont également les plus actives dans l’emballage final et en passant sous la flamme rouge.

Assuré de remporter le maillot vert après le passage du sprint intermédiaire sur lequel son rival slovaque n’a marqué aucun point, Sam Bennett se livre sans retenue sur les pavés des Champs-Elysées et s’impose nettement devant Mads Pedersen et Peter Sagan.

RESULTATS DE L'ETAPE

1-Sam BENNET Deceuninck Quick Step 

2-Mads PEDERSEN Trek Segafredo

3-Peter SAGAN Bora Hansgrohe

4-Alexander KRISTOFF UAE Team Emirates

5-Elian VIVIANI Cofidis

CLASSEMENT GENERAL

1-Tadej POGACAR UAE Team Emirates 

2-Primoz ROGLIC Team Jumbo Visma à 59"

3-Richie PORTE Trek Segafredo à 3'30"

4- Mikel LANDA Bahrein Mc Laren à 5'58"

5-Eric MAS Mobistar à 6'07"

 

Maillot Vert : Sam BENETT Deceuninck Quick Step

Maillot à PoisTadej POGACAR UAE Team Emirates 

Meilleur Jeune : Tadej POGACAR UAE Team Emirates 

Meilleure Equipe : Movistar

Super Combatif : Marc HIRSCHI Sunweb