LES ETAPES DU TOUR 2018 ET LEURS RESULTATS

ETAPE 1 : NOIRMOUTIER - FONTENAY LE COMPTE : 201 KMS - ETAPE DE PLAINE - SAMEDI 07/07/18

 

 Le 105ème Tour de France prend son envol depuis la Vendée, dans le superbe décor de l'Ile de NOIRMOUTIER qui offre un environnement naturel exceptionnel entre mer et terre.

 Très plat, le parcours de cette 1ère journée devrait se solder par un sprint à Fontenay le Compte mais avant il y aura certainement beaucoup de nervosité sur cette étape et attention aux aménagements urbains sur la fin du parcours qui pourraient être cause de chute, surtout que le maillot jaune sera en jeu en plus de l'étape !

 Et en cas de vent ...souvent présent dans le Marais Poitevin attention aussi aux bordures ...les sprinteurs auront intérêt à ne pas quitter les 1ers rangs ...   

 

RESUME DE L'ETAPE

176 coureurs ont pris le départ du 105e Tour de France à 11h10 à Noirmoutier-en-l’Île.

 

Les Français Yoann OFFREDO (Wanty-Groupe Gobert), Jérôme COUSIN (Direct Energie) et Kevin LEDANOIS (Fortuneo-Samsic) s’échappent dès le baisser du drapeau, avant de compter au km 20 une avance maximale de 4 minutes, qui se stabilise ensuite autour de 3 minutes, dès lors que le peloton s’organise autour des équipes de sprinters, Quick Step, LottoNL-Jumbo, Dimension Data et Groupama-FDJ.

L’incident majeur de la première partie de course est la chute de Lawson Craddock (EF-Drapac) dans la zone de ravitaillement, source d’un retour difficile dans le peloton.

Fernando GAVIRIA (Quick Step) ne cache pas ses ambitions pour le maillot vert en remportant le sprint du peloton à l’occasion du sprint intermédiaire de La Tranche-sur-Mer (km 119,5), après que Cousin, Ledanois et Offredo s’y soient présentés dans cet ordre.

Le trio reste en tête jusqu’à Vix, lieu de l’unique côte répertoriée du jour, qui permet à Ledanois d’endosser le 1er maillot à pois de l’édition 2018.

Remonté, et désireux de retarder le retour du peloton, Offredo relance à 23kms du but. Seul Cousin parvient à le rejoindre, ce qui donne au Nantais de Direct Energie l’occasion de remporter le 1er point bonus de l’histoire du Tour, avec 3 secondes de bonification à la clé tandis qu’Oliver Naesen (AG2R-La Mondiale), sorti en contre, s’adjuge la 3ème place permettant de positionner sa voiture suiveuse plus proche du peloton.

Le regroupement s’opère à 10 kms du but.

Arnaud Démare (Groupama-FDJ) est le 1er grand nom évincé des débats du jour à cause d’une chute, avant que Chris FROOME (Sky), Richie PORTE (BMC), Adam YATES (Mitchelton-Scott) et Nairo QUINTANA (Movistar) se retrouvent attardés à leur tour, sur chute ou incident mécanique.

 

Parfaitement emmené par son équipe Quick Step, le Colombien Fernando GAVIRIA s’avère plus rapide que le champion du monde Peter SAGAN.  Il entre dans l’histoire en s’imposant dès son 1er jour sur le Tour de France devant le Champion du Monde Peter SAGAN.

Il est le 1er Colombien à remporter une étape du Tour au sprint et le 2ème à endosser le maillot jaune, 15 ans après Victor Hugo PENA. 

 

  

CLASSEMENT ETAPE CLASSEMENT GENERAL

CLASSEMENT DU JOUR

 1 - Fernando GAVIRIA  1 - Fernando GAVIRIA
 2 - Peter SAGAN  2 - Peter SAGAN
 3 - Marcel KITTEL  3 - Marcel KITTEL
 4 - Alexander KRISTOFF  4 - Olivier NASEN
 5 - Christophe LAPORTE  5 -Alexander KRISTOFF
 6 -  6 - Christophe LAPORTE
  MAILLOT JAUNE : F. GAVIRIA  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
  MAILLOT A POIS : K. LEDANOIS  QUICK STEP FLOORS
  MAILLOT VERT : M. KITTEL  
  MAILLOT BLANC : D. GROENEWEGEN  
  Plus COMBATIF : Y. OFFREDO   

 

Etape 2 : MOUILLERON SAINT GERMAIN - LA ROCHE/YON : 182,5 Kms -ETAPE DE PLAINE : DIMANCHE 08/07/18

 

Parti de Mouilleron-Saint-Germain, petite commune qui a vu naître Georges CLEMENCEAU, le peloton traverse le bocage Vendéen pour rejoindre LA ROCHE/YON.

Comme celle de la veille, cette étape ne comporte aucune difficulté tout au long de ses 182,5 kms mais le final se termine par un faux plat de 1km à 3-4 %.

On assistera aux 1ères escarmouches pour le maillot à pois, ce qui devrait déclencher ensuite la formation d'une échappée mais les sprinteurs ne devraient pas laisser filer l'occasion mais il faudra être bien placé à 5 kms de l'arrivée car il sera difficile de remonter le peloton, la chaussée étant plus étroite

Le bouquet du Vainqueur devrait néanmoins revenir à un sprinteur !

  RESUME DE L'ETAPE

 

176 coureurs prennent le départ de la 2ème étape à Mouilleron-Saint-Germain.

L’équipe locale Direct Energie se montre la plus entreprenante au baisser du drapeau de cette étape disputée, comme la précédente, entièrement dans le département de la Vendée.

Sylvain Chavanel emmène dans son sillage Dion Smith (Wanty-Groupe Gobert) et Michael Gogl (Trek-Segafredo). Smith se montre le plus rapide au sprint au sommet de la côte de Pouzauges (km 28) avec l’ambition de devenir le premier Néo-Zélandais porteur d’un maillot distinctif du Tour de France. Une fois la côte franchie, Gogl, pris d’une douleur à la jambe droite, en appelle à l’assistance médicale avant de renoncer à participer à l’échappée. Smith considère à son tour que, mission accomplie, il n’a plus rien à faire devant. Il est repris par le peloton au 40e kilomètre de course.

Le long raid solitaire de Chavanel

Chavanel poursuit seul, nanti d’une avance de 3 minutes aux alentours du cinquantième kilomètre.

À 100kms du but, le peloton pointe à 4’25’’. Le premier abandon du 105e Tour de France est enregistré dans la zone de ravitaillement avec le renoncement de l’Ethiopien Tsgabu Grmay (Trek-Segafredo), victime de douleurs abdominales. Le 2ème coureur à quitter la course est Luis Leon Sanchez (Astana), suite à une lourde chute sur un terre-plein à 40kms de l’arrivée. Comme la veille, Adam Yates (Mitchelton-Scott), l’un des favoris pour le classement général, tombe mais reprend sa place dans le peloton à 25kms du but, où l’avance de Chavanel est réduite à 1’15’’.

Gaviria chute dans le final

Chavanel est repris à 13kms de l’arrivée, soit après 170kms d’échappée et après avoir engrangé 3 secondes de bonification à Saint-Florent-des-Bois où, en tête du peloton, Philippe Gilbert (Quick Step) et Geraint Thomas (Sky) s’adjugent respectivement 2 et 1 secondes au point bonus.

Marcel Kittel (Katusha-Alpecin) est écarté du sprint par une crevaison à 8kms du but. Le Maillot Jaune Fernando Gaviria tombe dans le dernier virage à moins de 2 kilomètres de la ligne.

Arnaud Démare (Groupama-FDJ), handicapé par une crevaison 20kms plus tôt, lance le sprint de loin mais est débordé par Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) qui résiste vaillamment au retour de Sonny Colbrelli (Bahrain-Merida).

Le champion du monde PETER SAGAN s’impose et se vêtit de jaune à la veille de se produire dans le département du Maine-et-Loire et, après Angers, son maillot scintillera à Cholet à l’occasion du contre-la-montre par équipes !

ABANDONS DU JOUR

- Luis Leon SANCHEZ et

- Grmay Tsgabu GEBREMARYAM

  

CLASSEMENT ETAPE CLASSEMENT GENERAL

CLASSEMENT DU JOUR

 

 1 - Peter SAGAN  1 - Peter SAGAN
 2 -Sonny COLBRELLI  2 - Fernando GAVIRIA
 3 - Arnaud DEMARE  3 - Sonny COLBRELLI
 4 - André GREIPEL  4 - Marcel KITTEL
 5 - Alexander KRISTOFF  5 - Sylvain CHAVANEL
   6 -
 MAILLOT JAUNE : Sylvain CHAVANEL  
 MAILLOT A POIS : Dion SMITH CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 MAILLOT VERT : Sylvain CHAVANEL  Wanty Groupe Gobert
 MAILLOT BLANC : Pierre Roger LATOUR  
 Le + COMBATIF : Sylvain CHAVANEL  

 

 

 

 

 

ETAPE 3 : CHOLET-CHOLET : 35,5 Kms : CONTRE LA MONTRE PAR EQUIPE : LUNDI 09.07.18

 

  CHOLET - CHOLET : 35,5 kms : CONTRE LA MONTRE PAR EQUIPES.

  1er contre-la-montre : il se dispute par équipe sur une boucle de 35,5 kms pimentée d'une ascension dans le final. Un chrono par équipes est toujours un moment cléf du Tour.....

   Epreuve très spectaculaire, elle fait appel au collectif et nécessite un matériel particulier fondé sur l'aérodynamisme.

  Le parcours n'est pas très difficile mais très technique, avec beaucoup de changements de rythme et beaucoup de faux plats et de descentes avec, après le km 20, une bosse bien pentue qui pourrait désorganiser le train.

  Il faudra rester homogène pour éviter de perdre trop de temps au classement général mais le contre-la-montre par équipes est un exercice difficile entre leaders, rouleurs et grimpeurs, la cohésion du groupe n'est pas évidente à trouver ...

  La victoire réservée aux grosses équipes de rouleurs se jouera certainement pour quelques secondes mais certains favoris n'en perdront pas moins du temps.

RESUME DE L'ETAPE

 

Grande spécialiste de ce genre d'exercice, l'équipe BMC l'a emporté ce lundi à Cholet sur les 35 kms du contre-la-montre par équipes tracé dans les rues de Cholet.

La formation de Richie PORTE, qui avait remporté 6 des 10 derniers efforts similaires disputés, et s'était déjà imposée en 2015 avec cinq des huit coureurs sacrés dans cette 3e étape, en a terminé en 38'46", déjouant les pronostics qui citaient plus souvent l'équipe Sky, 2ème  à 4 secondes.

La 3ème place est revenue à la formation Quick Step, qui a maintenu le suspense jusqu'au bout avant d'échouer à 7 secondes.

Mitchelton-Scott montre la voie
 
L'équipe Mitchelton-Scott, sacrée dans cet exercice en 2013 en Corse, s'élançait la première et choisissait d'épargner ses grimpeurs Adam Yates et Mikel Nieve.

L'équipe Sky prenant la suite et optait pour une approche différente, ses 8 coureurs prenant des relais appuyés.

Le résultat était à peu près similaire puisque au kme 13, les deux équipes se tenaient en 1 seconde, Movistar faisant jeu égal avec elles.

À l'arrivée, Sky précédait Mitchelton-Scott de 5 secondes alors que Movistar perdait pied, concédant 49 secondes à l'équipe de Chris Froome sur la ligne à Cholet.

Mais c'est l'équipe BMC, grande spécialiste de ce type d'efforts, qui mettait tout le monde d'accord. En tête à tous les intermédiaires, les équipiers de Richie Porte ralliaient l'arrivée avec 4 secondes d'avance sur la Sky. L'étape leur était acquise même si leur leader ne reprenait pas énormément de temps au général.  
 

La BMC en spécialiste

Cette victoire, la 4ème cette saison dans un contre la montre par équipes, empêche à nouveau la Sky de s'imposer dans ce type d'effort dans la Grande Boucle.

Vainqueurs du chrono par équipes du Dauphiné, les protégés de Dave Brailsford ont dû se contenter des 2ème ou 3ème places des 4 étapes similaires qu'ils ont disputées par le passé dans le Tour.
Le suspense a pourtant duré jusqu'au but, d'abord grâce à l'équipe Sunweb de Tom Dumoulin, arrivée à 11 secondes de la BMC, et surtout grâce à l'équipe Quick Step de Fernando Gaviria, lâché à mi-course, et de Philippe Gilbert, qui pouvaient tous les deux espérer endosser le maillot jaune.  Avec les seuls Gilbert, Julian  Alaphilippe, Bob Jungels et Yves Lampaert, ils ont échoué à 7 secondes d'une victoire d'étape et d'un maillot de leader.
Quand à Peter Sagan, lâché à mi-course par ses coéquipiers de l'équipe Bora Hansrgohe, il peut désormais se concentrer sur son maillot vert préféré.

Le maillot jaune a changé de mains à 3 reprises lors des 3 premières étapes, ce qui  n''était arrivé qu'une fois au cours des 25 dernières années, en 2015. 

 

CLASSEMENT ETAPE CLASSEMENT GENERAL

CLASSEMENT DU JOUR

 

 1 - BMC Racing Team  1 - Greg VAN AVERMAET
 2 - Team SKY  2 - Tejay VAN GARDEREN
 3 - Quick Step Floors  3 - Geraint THOMAS
 4 - Mitchelton-Scott  4 - Philippe GILBERT
 5 - Team Sunweb  5 - Bob JUNGELS
 6 -  6 -
 MAILLOT JAUNE :  G. VAN AVERMAET  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 MAILLOT A POIS : D. SMITH  Quick Step Floors
 MAILLOT VERT :  P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : S. KRAGH ANDERSEN  
 Le + COMBATIF :  

 

ETAPE 4 : LA BAULE - SARZEAU : 195 Kms : ETAPE DE PLAINE : 10.07.18

 

  LA BAULE - SARZEAU  : 195 Kms : ETAPE DE PLAINE

  Le peloton arrive en Bretagne pour 4 jours : départ de la célèbre station balnéaire de LA BAULE en Loire Atlantique avec son immense plage de sable fin.

  Le parcours s'avère de nouveau propice aux rouleurs...du plat, rien que du plat avec une probable arrivée au sprint à SARZAU, ville Etape pour la 1ère fois, et située sur la la presquîle de Rhuys, de toute beauté, dans le superbe Golfe du Morbihan..

  Le vent pourra avoir son rôle à jouer s'il ne souffle pas de face et attention aux éventuelles bordures...un sprinteur devrait l'emporter car en début de tour les équipes intéressées peuvent encore contrôler les échappées, même s'il y a un coureur en moins cette année...

RESUME DE L'ETAPE

L’entrée du Tour de France en Bretagne promettait une bataille au plus haut niveau entre les sprinteurs du peloton… à condition de reprendre les échappés du jour, qui ont en définitive résisté jusqu’au dernier km de course.

L’équipe Quick Step a été la plus active dans les phases  décisives de la poursuite, afin de favoriser les plans de Fernando Gaviria, qui avait déjà imposé sa loi à Fontenay-le-Comte lors de la 1ère étape. Le Colombien n’a pas flanché à Sarzeau, bien que sa pointe de vitesse ait été contestée dans l’emballage final par André Greipel.

Au total, Gaviria dépasse l’Allemand et bat sur la ligne d’une petite roue Peter Sagan. En jetant son vélo pour prendre la 2ème place sur la ligne, le champion du monde sauve son maillot vert pour seulement 4 points.  

Quatuor franco-belge de circonstance
174 coureurs composent le peloton au départ de La Baule, pour cette 4ème étape dont le départ réel est décalé de quelques centaines de mètres pour attendre Marcus Burghardt (Bora), tombé sans gravité dans le défilé.

Dès le 1er km, Jérôme Cousin (Fra-Direct Energie) prend l’initiative, rapidement accompagné de Dimitri Claeys (Bel-Cofidis), Anthony Perez (Fra-Cofidis) et Guillaume Van Keirsbulck (Bel-Wanty-Gobert) pour former un quatuor franco-belge de circonstance en ce jour de demi-finale de coupe du monde de football.

L’association ainsi formée obtient un avantage maximal de 7’45’’ (km 37,5), mais la formation BMC augmente légèrement l’allure de la poursuite  et stabilise dans un premier temps l’écart autour de 7 minutes.

Gaviria en jambes au sprint intermédiaire
L’avantage de l’échappée se réduit nettement à l’approche du sprint intermédiaire de Derval (km 97,5), où Van Keirsbulck passe en tête.

Le peloton, réglé par Fernando Gaviria n’a alors plus que  3’25’’ de retard, et ne relâche pas sa pression sur les attaquants. En entrant sur le territoire breton, ils n’ont plus que 2’10’’ d’avance et leur marge se réduit même  à  1’10’’ à 50 kms de l’arrivée, lorsqu’une chute met plusieurs coureurs à terre dans le peloton, dont Dan Martin et Jakob Fuglsang. L’incident donne de l’air aux 4 échappés, qui disposent d’un capital de 2’45’’ à 40 kms de l’arrivée.

Quick Step durcit la poursuite
La situation reste inchangée à 30 kms de l’arrivée, mais la poursuite est prise en mains par Quick Step, qui rapproche le peloton à 2’15’’ sous la banderole des 25 derniers kms.

Les échappés résistent valeureusement et s’accrochent à un avantage de 2’ à 20 kms de la ligne. Malgré une chute à 5 kms de l’arrivée, qui met un terme au Tour 2018 pour Axel Domont, les échappés sont repris sous la Flamme Rouge, où les coureurs de Dimension Data semblent parfaitement placés pour lancer Mark Cavendish.

A  l’approche des 200 derniers mètres, c’est pourtant Richeze qui dépose son leader Fernando Gaviria. Le Colombien se trouve dans un premier temps dépassé par André Greipel, mais parvient à reprendre le dessus dans les 20 derniers mètres. Le podium du jour est finalement complété par Peter Sagan et André Greipel.

ABANDON du JOUR : Axel DOMONT AG2R La Mondiale.

 

CLASSEMENT DU JOUR

 

 1 - F. GAVIRIA  1 - Greg VAN AVERMAET
 2 - P. SAGAN  2 - T. VAN GARDEREN
 3 - André GREIPEL  3 - Geraint THOMAS
 4 - Dylan GROENEWEGEN  4 - Philippe GILBERT
 5 - Marcel KITTEL  5 - Julian ALAPHILIPPE
 6 -  6 -
 MAILLOT JAUNE :  G. VAN EVERMAET  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 MAILLOT A POIS : D. SMITH  Quick Step Floors
 MAILLOT VERT :  P.SAGAN  
 MAILLOT BLANC : S. KRAGH ANDERSEN  
 Le + COMBATIF : J. COUSIN  




 

 

 

 

 

 

 

 

 

ETAPE 5 : LORIENT - QUIMPER - 204,5 KMS : MERCREDI 11/07/18 / ETAPE ACCIDENTEE

 

  LORIENT - QUIMPER : 204,5 KMS : ETAPE ACCIDENTEE

  Entre Lorient et Quimper la route du Tour prend du relief avec où l'on compte plusieurs côtes de 3ème et 4ème catégorie...110 kms de montées et de descentes casse-pattes...avec une dernière côte plutôt sévère qui précèdera l'arrivée.

  Les baroudeurs vont enfin pouvoir se mettre en exergue en déclenchant des échappées et les côtes successives à la fin sont propices aux cassures. Reste à savoir si elles iront au bout. 

  RESUME DE L'ETAPE

L’étape bretonne dessinée entre Lorient et Quimper, usante pour les échappés comme pour les sprinteurs, a sélectionné une élite de costauds pour participer à une explication finale musclée entre des spécialistes des classiques de printemps.

Dans le dernier km, ce sont précisément des collectionneurs du genre qui se sont exprimés, et en particulier Peter Sagan, aussi fin calculateur que puissant dans les 200 derniers mètres où il a fait la différence pour aller chercher sa 10ème étape sur le Tour de France, la 2e cette année.

Derrière, le triple champion du monde et vainqueur de Paris-Roubaix, Colbrelli est battu. Hormis son rival italien, le Top 7 est complété de vainqueurs de Paris-Roubaix, du Tour des Flandres, de Liège Bastogne-Liège  et de la Flèche Wallonne.


Matthews et Benoot non partants
171 coureurs sont réunis à Lorient, sans Axel Domont, touché à la clavicule la veille dans une chute qui a également été fatale à Tiesj Benoot, tandis que Michael Matthews a été contraint au forfait par des douleurs d’estomac.

Le programme inspire les candidats à l’échappée, très nombreux en début d’étape et en particulier dans les rangs de Direct Energie. Le peloton perd très rapidement un autre élément avec la chute de Robert Kiserlovski après 3 kms.

 Au km 7, un groupe se forme à l’avant avec Elie Gesbert (Fortuneo), Julien Vermote (Dimension Data), Jasper De Buyst (Lotto-Soudal), Lilian  Calmejane, Sylvain Chavanel (Direct Energie), Toms Skujins (Trek) et Nicolas Edet (Cofidis). Ils sont momentanément poursuivis par Marco Minaard, qui ne parvient pas à combler son retard et réintègre le peloton, contrôlé par les coéquipiers de Greg van Avermaet.

Chute d’Elie Gesbert
L’échappée évolue sous contrôle, mais parvient tout de même à creuser un avantage maximal de 4’20’’ au km 78. C’est le moment où l’on commence à s’intéresser au sprint intermédiaire de Roudouallec (km 92,5), sur lequel Gaviria devance Sagan pour la 8e place et se rapproche donc d’une petite longueur au classement par points. L’écart est alors de 3’50’’ et reste du même ordre au passage de la première côte répertoriée à Kaliforn (km 106), où Sylvain Chavanel s’isole pour partir à la chasse aux pois. Il enchaine en s’attaquant en solo à la côte de Trimen (km 113), franchie avec 35’’ d’avance sur ses premiers poursuivants, qui ne sont plus que 5 après la chute de Gesbert au km 118.

Skujins en tête au Menez Quelerc’h
Skujins bouscule le groupe de poursuite peu avant la côte de la Roche du Feu (km 140,5), où Chavanel porte son total à 4 points, mais un regroupement se joue dans la descente, avec Calmejane et Edet. Une nouvelle sélection est opérée par le coureur letton dans la côte de Menez Quelerc’h (km 159,5), qu’il domine avec 5’’ d’avance sur Calmejane. Pendant que  Sylvain Chavanel paye ses efforts et réintègre le peloton, Skujns et Calmejane tentent tour à tour de partir en solitaire… sans succès. Le trio Calmejane-Skujins-Edet se présente donc dans les 30 derniers kms avec une marge réduite à 1’35’’.

Premier maillot distinctif pour la Lettonie
C’est sur la côte de la montagne de Locronan que se joue le maillot à pois. L’échappée y rentre avec 1’ d’avance sur le peloton, mais ce sont Calmejane et Skujins qui bataillent pour le point en jeu… avantage Lettonie, qui remporte le premier maillot distinctif de son histoire sur le Tour. Le duo de tête, qui a lâché Edet, conserve 1’ d’avance sur le peloton à 20 kms de l’arrivée, mais l’appétit des meilleurs puncheurs du peloton est palpable.

L’aventure du duo prend fin dans la côte de la Chapelle de la Lorette (km 192,5), où surgit Alaphilippe pour prendre les 3’’ de bonification du Point-Bonus. Rein Taaramae entretient la ligne offensive de Direct Energie en attaquant à 10 kms de la ligne… pour seulement 4 kms.

L’explication finale se joue dans le dernier kilomètre, avec Philippe Gilbert comme premier animateur à 800 mètres de la ligne. Dans ce Mur, Van Avermaet parvient à se positionner et place une accélération, mais ce sont les répliques de Sonny Colbrelli, et plus encore de Peter Sagan, qui mettent fin aux débats.

Le champion du monde remporte avec autorité sa 2ème étape sur le Tour de France 2018.

ABANDONS DU JOUR

- Michael MATTHEWS (non partant).

- Robert KISERLOVSKI.

- Tiesj BENOOT (non partant).

CLASSEMENT ETAPE CLASSEMENT GENERAL

CLASSEMENT DU JOUR

 1 - Peter SAGAN  1 - G. VAN AVERMAET
 2 - Sonny COLBRELLI  2 - T. VAN GARDEREN
 3 - Philippe GILBERT  3 - Philippe GILBERT
 4 - Alejandro VELVERDE  4 - Geraint THOMAS
 5 - Julian ALAPHILIPPE  5 - Julian ALAPHILIPPE
   6 -
 MAILLOT JAUNE : G. VAN AVERMAET  7 -
 MAILLOT A POIS : T. SKUJINS  
 MAILLOT VERT :  P. SAGAN  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 MAILLOT BLANC : S. KRAGH ANDERSEN  QUICK STEP FLOORS
 Le + COMBATIF : T. SKUJINS  

 

ETAPE 6 : BREST - MUR DE BRETAGNE GUERLEDAN : 181 KMS : JEUDI 12/07/18

 

   BREST - MUR DE BRETAGNE GUERLEDAN : 181 Kms : ETAPE ACCIDENTEE.

   Encore un terrain propice aux puncheurs, surtout en fin de parcours avec la redoutable côte de Mur de Bretagne et ses 2 kms à 7%, à grimper à 2 reprises !

   C'est donc un final spectaculaire digne d'une course de côte ! Il faudra être vigilant pour ne pas se faire piéger et celà risque de frotter dans le peloton ! Ce sera donc une arrivée pour hommes forts, voire pour les prétendants au Maillot Jaune....ce qui promet une fin de course particulièrement dense, avec de nombreuses cassures et beaucoup de précieuses secondes seront perdues ...

       RESUME DE L'ETAPE

Les arrivées à Mûr-de-Bretagne se prêtent à des explications musclées sur l’ascension en ligne droite où s’étaient auparavant imposés Cadel Evans en 2011 et Alexis Vuillermoz en 2015.

Cette fois-ci, l’étape s’est révélée éreintante bien avant le circuit final et essentiellement sous l’impulsion des coureurs de Quick Step, auteurs d’un coup de force à mi-course.

Le final, marqué par des problèmes mécaniques ayant éliminé des débats Tom Dumoulin et Romain Bardet, a été exploité par Dan Martin, finalement capable de dominer les favoris de la formation belge en attaquant juste avant le dernier kilomètre.

Puncheur de première classe, vainqueur  de Liège-Bastogne-Liège la même année que sa première victoire sur le Tour de France à Bagnères-de-Bigorre, Dan Martin a résisté au retour de Pierre Latour pour aller chercher son 2ème succès, cinq ans après. Il devient le 3ème multiple vainqueur irlandais après Sean Kelly et Stephen Roche. 

Dion Smith chasse les pois
Les 170 coureurs ayant franchi la ligne d’arrivée à Quimper sont bien présents à Brest pour le départ de la 6e étape.

Laurent Pichon (Fortuneo), Damien Gaudin, Fabien Grellier (Direct Energie), Anthony Turgis (Cofidis) et Dion Smith (Wanty-Gobert) sortent du peloton dès le 1er km sans réellement batailler. Ils creusent rapidement un écart conséquent de 7 mn enregistré juste avant la montée du Roc’h Trévézel, le point culminant du Tour jusqu’à son entrée dans les Alpes. Dion Smith le franchit en tête, confirmant son ambition de retrouver le maillot à pois dont il a été dépossédé hier. Au sommet (340 m d’altitude), le retard du peloton est descendu à 6’45’’, les coureurs de Quick Step ayant choisi d’augmenter légèrement l’allure.

Coup de force des Quick Step
En réalité, la formation belge prépare une manœuvre dont elle est coutumière, à l’occasion d’un changement de direction (km 78) où elle étire le peloton jusqu’à le rompre en trois morceaux. Un premier groupe de coureurs piégés avec notamment Quintana, Fuglsang, Dan Martin, Nibali  et Zakarin, travaille pour opérer la jonction après une douzaine de kms d’effort. Encore plus attardés, 40 autres coureurs dont Roglic reviennent au contact plus tardivement, à la faveur d’un léger ralentissement des Quick Step. Au final, en 25 kms, l’opération a rapproché le peloton à 2’10’’ (km 101) du quinté de tête. 

Grellier en solo
Au sprint intermédiaire de Plouguernével (km 135), remporté à l’avant de la course par Laurent Pichon et dans le peloton par Alexander Kristoff, Damien Gaudin attaque en solitaire mais son aventure ne dure que 14 kms.

L’échappée est une nouvelle fois secouée par une accélération de Grellier, encore plus éphémère. Mais le Vendéen de l’équipe Direct Energie récidive et aborde seul la 1ère ascension de Mûr-de-Bretagne, avec seulement 30’’ d’avance sur le peloton. Il est avalé dans la fin de la montée, dont profite Toms Skujins pour sortir du peloton et consolider son maillot à pois.

Crevaison pour Dumoulin
Dans son sillage, Jack Bauer s’isole et passe 12 kms en tête. Le peloton a repris le coureur de Mitchelton, mais aussi perdu Tom Dumoulin sur crevaison à 4 kms de la ligne.

Romain Bardet, contraint à un changement de vélo immédiatement avant l’ascension finale, se présente dans de mauvaises conditions pour le match qui doit se jouer à l’avant.

La bataille des puncheurs est prise à son compte par Dan Martin à la Flamme Rouge. Le coureur d’Emirates laisse ses rivaux sans réaction et file vers la victoire, que tente tout de même de lui contester Pierre LATOUR dans les 500 derniers mètres. Mais l’Irlandais résiste et remporte sa 2ème étape sur le Tour de France.   

 

CLASSEMENT ETAPE CLASSEMENT GENERAL

CLASSEMENT DU JOUR

 1 - Daniel MARTIN  1 - G. VAN AVERMAET
 2 - Pierre LATOUR  2 - G. THOMAS
 3 - Alejandro VALVERDE  3 - T. VAN GARDEREN
 4 - Julian ALAPHILIPPE  4 - Julian ALAPHILIPPE
 5 - Rafal MAJKA  5 - Philippe GILBERT
                                         
 MAILLOT JAUNE :  G. VAN AVERMAET  
 MAILLOT A POIS :  T. SKUJINS  
 MAILLOT VERT : P. SAGAN  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 MAILLOT BLANC : S. KRAGH ANDERSEN  Quick Step Floors
 Le + COMBATIF : D. GAUDIN  

 

ETAPE 7 : FOUGERES - CHARTRES : 231 Kms : Vendredi 13/07/18 : ETAPE DE PLAINE

  FOUGERES - CHARTRES : 231 Kms : ETAPE DE PLAINE

  Fin du séjour en Bretagne, le peloton se lance à l'assaut de la plus grande Etape de cette 105ème édition pour rallier Chartres en Eure et Loir.

  Une route très plate mais peut-être ventée, notamment lors de la traversée de la Beauce, ce qui pourrait faire exploser le peloton en plusieurs morceaux.

  Les équipes de sprinteurs n'auront plus beaucoup d'occasions ensuite pour se distinguer et ne vont pas laisser passer leurs chances sur cette étape et pour les leaders, il s'agira de s'économiser malgre le kilométrage important.

 

RESUME DE L'ETAPE

Sur la longue route menant à Chartres, le suspense n’a pas tenu au destin de l’échappée, puisqu’aucun groupe solide ne s’est détaché pour tenter de piéger les équipes de sprinteurs.

En revanche, la question a bien été posée quant à l’identité de l’homme le plus puissant du peloton sur les arrivées au sprint.

Fernando Gaviria avait semblé clore le débat en s’imposant sur les deux étapes où il a eu l’occasion de s’exprimer. Mais dans le final de la 7e étape, le Colombien a bien été contré par un invité surprise qui n’en est pas tout à fait un. Car s’il s’était montré depuis le départ cette année, Dylan Groenewegen reste le solide vainqueur de l’étape des Champs-Elysées et représente comme Gaviria l’avenir du sprint mondial. Le Néerlandais a été capable de répondre à son accélération dans les 250 derniers mètres pour s’imposer nettement sur la ligne d’arrivée et signer un 2ème succès sur la Grande Boucle.

Pas de renfort pour Degand
Le peloton comporte comme la veille 170 coureurs, cette fois-ci très peu entreprenants à la perspective d’une longue journée à l’avant.

Thomas Degand (Wanty-Gobert) s’y hasarde au km 3 en comptant sur le renfort d’autres courageux, mais abdique au kilomètre 16.

Un groupe beaucoup plus solide se forme alors avec Tony Gallopin, Oliver Naesen (AG2R), Edward Theuns (Sunweb), Simon Gerrans (BMC), Yves Lampaert (Quick Step), Lukas Pöstelberger (Bora), Julien Vermote (Dimension Data), Arthur Vichot (Groupama-FDJ), Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) et Michael Gogl (Trek). Cette fois-ci, la réaction du peloton est vive, notamment de la part des coureurs de Lotto-Jumbo, qui reprennent cette tentative d’échappée au km 24,5.

Offredo rime avec solo
C’est au km 33 que Yoann Offredo assume le choix de passer sa journée seul en tête. Il creuse l’écart avec application et obtient au km 61 un avantage maximal de 9’13’’, le plus important depuis le départ du Tour 2018.

Les manœuvres débutent alors du côté des équipes de sprinteurs, qui envoient à l’avant du peloton des coureurs pour donner le rythme de la poursuite, modéré dans un premier temps. Mais à 100 kms de l’arrivée, le peloton s’est rapproché à 3'40’’ et donne un brutal coup d’accélérateur sous l’impulsion des coureurs d’AG2R La Mondiale et de Trek. L’opération  brise le peloton en deux morceaux, Dan Martin étant le seul favori momentanément piégé. La frayeur n’aura duré que 10 kms pour l’Irlandais, le regroupement étant réglé au km 138.

Pichon tente aussi sa chance
Laurent Pichon se lance ensuite dans une 2ème échappée après son aventure bretonne d’hier, et sort du peloton au km 148 pour un raid solitaire.

Le vainqueur de la Coupe de France 2017 est surveillé de près, mais rentre tout de même dans les 50 derniers kms avec 1’50’’ de marge. Il est en définitive rejoint à 36 kms de l’arrivée.

Dès lors, le peloton se concentre sur l’organisation d’un sprint massif, qui n’est perturbée par aucun attaquant. Le match est réellement lancé dans les 5 derniers kms, où les équipiers d’Arnaud Démare sont les premiers à accélérer.

Ils sont encore bien positionnés sous la Flamme Rouge, mais les Quick Step semblent emmener parfaitement Fernando Gaviria. Le Colombien déclenche d’ailleurs son accélération à 250 m du but, mais il est contré par Dylan Groenewegen qui parvient à le dépasser en puissance pour décrocher sa 2ème étape sur le Tour de France.

 

CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL

CLASSEMENT DU JOUR

 1 - Dylan GROENEWEGEN  1 - G. VAN AVERMAET
 2 - F. VAVIRIA  2 - G. THOMAS
 3 - P. SAGAN  3 - T. VAN GARDEREN
 4 - Arnaud DEMARE  4 - Julian ALAPHILIPPE
 5 - Christophe LAPORTE  5 - P. GILBERT
   
 MAILLOT JAUNE : G.VAN AVERMAET  
 MAILLOT A POIS : T. SKUJINS  
 MAILLOT VERT : P. SAGAN CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 MAILLOT BLANC : S. KRAGH ANDERSEN Quick Steep Floors
 LE + COMBATIF : L. PICHON  

 

ETAPE 8 : DREUX - AMIENS METROPOLE : 181 Kms : Samedi 14/07/18 : ETAPE DE PLAINE

 

  DREUX - AMIENS METROPOLE : 181 Kms : ETAPE DE PLAINE

  On est un peu dans la même configuration que la veille...c'est la plaine Picarde et dans cette étape encore le gros risque c'est le vent ! Et un coup d bordures qui éparpille le peloton peut transformer cette journée en calvaire...

  2 scénarios sont envisageables : arrivée au sprint ou bien une échappée d'un groupe de baroudeurs... en tous cas, une étape-piège, d'autant que la fatigue va commencer à se faire sentir...

  RESUME DE L'ETAPE

La grande séquence du sprint s’est achevée à Amiens sur une nouvelle explication à haute vitesse, dont le verdict donne une égalité parfaite sur la série avec 2 victoires pour Fernando Gaviria, pour Peter Sagan et maintenant pour Dylan Groenewegen.

Victorieux l’année dernière sur les Champs-Elysées, le sprinteur néerlandais avait tardé à briller sur l’édition 2018. Mais dans la foulée de sa victoire hier à Chartres, il a une nouvelle fois fait parler sa puissance pour devancer à la fois André Greipel et Fernando Gaviria, les deux sprinteurs en définitive déclassés pour des manœuvres dangereuses dans l’emballage final. Juste avant, le final a été marqué par une chute qui a notamment mis à terre Dan Martin, arrivé sur la ligne avec 1’16’’ de retard.

Ten Dam se relève
170 coureurs se retrouvent pour la 1ère fois à Dreux pour le départ d’une étape du Tour, mais la perspective d’une étape promise aux sprinteurs dissuade les attaquants.

Ce n’est qu’au 22e kilomètre que Laurens ten Dam (Sunweb) décide de lancer un mouvement, suivi par Fabien Grellier (Direct Energie) et Marco Minnaard (Wanty-Gobert). Le trio se transforme en duo au franchissement de la côte de Pacy-sur-Eure (km 35), alors que Ten Dam choisit de se relever. Immédiatement après, l’échappée enregistre son avantage maximal, avec 6’34’’ au km 37.

Démare se chauffe sur l’intermédiaire
Sans donner de réel coup d’accélérateur, les formations Quick Step, Lotto-Soudal et  Lotto-Jumbo se préoccupent du destin de l’échappée et rapprochent progressivement le peloton : 3’55’’ au sprint intermédiaire (km 86,5), où Arnaud Démare devance Sagan et Gaviria pour le sprint de la 3e place ; 2’05’’ en entrant dans les cinquante derniers kms ; puis 1’30’’ à 25 kms du but.

Gilbert tente le coup   
Les deux hommes de tête s’accrochent à leur maigre avantage mais peinent à résister au retour calculé du peloton.

A 18 kms de l’arrivée, une chute met à terre de nombreux coureurs dont Dan Martin, contraint à une course-poursuite afin de limiter sa perte chronométrique. Devant, c’est une bataille groupée qui se prépare, bien que Fabien Grellier résiste jusqu’aux 6 derniers kms… et même si Philippe Gilbert tente une sortie à 3 kms de la ligne.

Dans le dernier kilomètre, Peter Sagan lance son accélération à plus de 300 mètres, mais André Greipel, bien calé dans sa roue, semble prendre l’avantage. Mais la puissance de Dylan Groenewegen parle dans les 100 derniers mètres, il parvient à remporter sa 2ème étape consécutive sur  le Tour 2018.

 

 

CLASSEMENT ETAPE

CLASSEMENT GENERAL

CLASSEMENT DU JOUR

 1 - D. GROENEWEGEN  1 - G. VAN AVERMAET
 2 - P. SAGAN  2 - G. THOMAS
 3 - J. DEGENKOLB  3 - T. VAN GARDEREN
 4 - A. KRISTOFF  4 - P. GILBERT
 5 - A. DEMARE  5 - Bob JUNGELS
   
 MAILLOT JAUNE : G. VAN AVERMAET  
 MAILLOT A POIS : T. SKUJINS  
 MAILLOT VERT : P. SAGAN  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 MAILLOT BLANC : S. KRAGH ANDERSEN  Quick Step Floors
 LE + COMBATIF : F. GRELLIER  

 

 

ETAPE 9 : ARRAS CITADELLE - ROUBAIX : 156,5 KMS : Dimanche 15/07/18 : ETAPE ACCIDENTEE

 

 ARRAS CITADELLE - ROUBAIX : 156,5 KMS : ETAPE ACCIDENTEE !

Probablement une des étapes les plus redoutées par les coureurs !  mais qui proposera un grand spectacle et une évitable explication entre les principaux favoris ! 

Une étape courte mais dense et terrible avec près de de 22 kms de pavés, répartis en 15 secteurs : c'est un mini Paris-Roubaix à faire !  Ce n'est pas forcément sur les pavés que la course peut se décanter, mais en amont, quand tout le monde frotte pour bien se placer, ce qui augmente le risque de chutes, ou entre les secteurs pavés, avec le vent qui peut jouer un rôle et créer ainsi de gros écarts.

Quel que soit le temps, il va se passer des choses...Détermination et concentration devront habiter les coureurs du 1er au dernier kilomètre mais, comme toujours, il y aura ceux que la malchance épargne et ceux qu'elle va clouer au sol ...On estime que les meilleurs, plus lucides, évitent chutes et crevaisons...

  RESUME DE L'ETAPE

John Degenkolb ne pouvait pas rêver mieux comme 1ère victoire sur le Tour de France.

A 29 ans, le sprinteur allemand a remporté, devant le Maillot Jaune Greg Van Avermaet, la 9e étape du 105e Tour de France à Roubaix... Là-même où il avait décroché le plus grand succès de sa carrière, sur l’Enfer du Nord en 2015, quelques mois avant un grave accident de la route qui avait mis un sérieux plomb dans l’aile à sa carrière.

Si elle a vu la résurrection d’un coureur, cette étape des pavés a comme prévu mis fin aux ambitions de certains leaders au général.

Grand battu, Richie Porte a abandonné sur chute dès le début de l’étape tandis que Romain Bardet n’a pas été épargné par la malchance.

 

169 coureurs ont pris le départ de la 9e étape du Tour de France, orpheline de Tony Martin (Katusha-Alpecin), dernier vainqueur sur les pavés du Tour en 2015 et seul non-partant ce dimanche suite à sa chute de la veille (fracture d’une vertèbre).

Malchanceux, Richie Porte (BMC) l’est aussi. Au km 7, l’Australien, candidat à la victoire finale, ne se relève pas d’une chute massive. La clavicule droite touchée, il est contraint à l’abandon, tout comme José Joaquin Rojas (Movistar). Deux premières victimes avant même les premiers pavés.

 

Une échappée initiale de 10 coureurs

 

A l’entame du 1er des 15 secteurs, à 109 kms de l’arrivée, une échappée de 10 coureurs compte 3’20’’ d’avance sur le peloton.

On y trouve Jérôme Cousin, Damien Gaudin, Lilian Calmejane (Direct Energie), Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), Chad Haga (Sunweb), Omar Fraile (Astana), Olivier Le Gac (Groupama-FDJ), Nicolas Edet (Cofidis), Reinhardt Janse Van Rensburg (Dimension Data) et Antwan Toelhoek (Lotto-NL Jumbo). Toelhoek est vite éjecté sur crevaison.

Une mésaventure similaire pour Romain Bardet (AG2R La Mondiale), qui finit par reprendre sa place dans le peloton après 2 changements de vélo.

 

Triple crevaison pour Bardet, chutes de Froome, Landa et Uran

 

La situation se décante à 50 kms de l’arrivée, lorsque le Maillot Jaune Greg Van Avermaet (BMC) passe à l’offensive dans le secteur d’Auchy.

Au même moment, Bardet est victime d’une nouvelle crevaison.

Chris Froome chute à 46 kms. Le quadruple vainqueur du Tour parvient à revenir rapidement. Ce qui n’est pas le cas de Rigoberto Uran (EF) et Mikel Landa (Movistar), tour à tour allés au sol. Bardet fera lui son retour à 27 kms de l’arrivée, bien aidé par ses équipiers Oliver Naesen et Tony Gallopin.

Mais, comble de malchance, une 3ème crevaison touche Romain BARDET à 6 kms de l’arrivée, à la sortie du dernier secteur pavé.

Derniers rescapés de l’échappée, Gaudin, Janse Van Rensburg et Jasper Stuyven (revenu entre-temps) sont repris à 19 kms de l’arrivée. Ce qui permet à Greg Van Avermaet, un km plus loin, de prendre 3 secondes de bonfications en remportant le point bonus.

 

Le trio gagnant s’échappe à Camphin-en-Pévèle

 

Dans le secteur de Camphin-en-Pévêle, à 16 kms du but, le Maillot Jaune s’échappe dans le sillage d’Yves Lampaert. John Degenkolb (Trek-Segafredo) les accompagne.

Le trio se joue la victoire à Roubaix. Et Degenkolb, vainqueur de Paris-Roubaix en 2015, l’emporte au sprint devant Van Avermaet, lui aussi lauréat de l’Enfer du Nord en 2017.

Lampaert complète le podium du jour.

Van Avermaet se console avec son Maillot Jaune, qu’il portera sans doute pour la dernière fois mardi dans les Alpes, après la première journée de repos.

 

ABANDONS DU JOUR

 

José ROJAS Movistar

Richie PORTE BMC

Tony MARTIN Team Katusha    

 

CLASSEMENT DU JOUR

CLASSEMENT ETAPE CLASSEMENT GENERAL
 1 - John DEGENKOLB  1 - G. VAN AVERMAET
 2 - G. VAN AVERMAET  2 - G. THOMAS
 3 - Yves LAMPAERT  3 - P. GILBERT
 4 - P. GILBERT  4 - Bob JUNGELS
 5 - P. SAGAN  5 - A. VALVERDE
   
 MAILLOT JAUNE : G. VAN AVERMAET  
 MAILLOT A POIS :  T. SKUJINS  
 MAILLOT VERT : P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : S. KRAGH ARDEREN  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE  + COMBATIF : D. GAUDIN  Quick Step Floors

 

ETAPE 10 : ANNECY - LE GRAND BORNAND : 158,5 kms : Lundi 17/07/18 : ETAPE DE MONTAGNE

 

ANNECY - LE GRAND BORNAND : 158,5 kms : 1ère ETAPE DE MONTAGNE

 Après une journée de repos à Annecy, place à la montagne !

 Ceux qui auront cédé du temps en Bretagne et sur les pavés risquent de se retrouver en danger...car aux difficultés de cette étape s'ajoute la transition plaine-pavés-montagne...

 Le Tour va emprunter une route de montagne non bitumée  de 1,8K dans la montée du plateau des Glières..ce sera l'une des attractions du parcours 2018...les leaders devront être bien entourés en cas de crevaison...en haut, se trouve le monument national de la Résistance...une oeuvre monumentale de 15 m de haut et de 21 m de long qui représente le soleil posé dans une main ...sur ce plateau, en 1944, 463 maquisards y avaient trouvé refuge et 463 y ont été tués, assiégés par 5 000 soldats allemands...

 il y aura donc une dimension historique pour ce passage... avec un hommage aux héros de la Résistance et aux géants de la route dans un décor d'une beauté saisissante ! Et cette 10ème étape devrait rester celle du souvenir.

Puis, les 2 cols suivants, Romme et la Colombière, seront de véritables pièges avant la plongée sur le Grand Bornand..

  3 côte hors catégorie et 4 cols à paser :

  - le Col de Bufly : 1,5 kms à 7 %  : 4ème catégorie.

  - le Col de la Croix Fry : 1477 m - 11,3 kms à 2 % : 1ère catégorie.==

 - Montée du Plateau des Glières : 1390 m - 6 Kms à 11,2 % : Hors catégorie.

  - le Col de Romme : 1297 m : 8,8 kms à 8,9 % : 1ère catégorie.

  - le Col de la Colombière : 1618 m : 7,5 kms à 8,5 % : 1ère catégorie.

 

RESUME DE L'ETAPE

1ère ETAPE DE MONTAGNE = 1ère VICTOIRE FRANCAISE = 1er MAILLOT à POIS = 1er MAILLOT BLANC

Le grand bonheur d'Alaphilippe et Van Avermaet

 

165 coureurs ont pris le départ de la 10ème étape, qui marque le début de la montagne dans ce 105e Tour de France. Alexis Vuillermoz (AG2R La Mondiale) et Jens Keukeleire (Lotto-Soudal) sont les deux hommes à ne s’être pas élancés. Le début de course, qui longe le lac d’Annecy, est très rapide. La bonne échappée se dessine après le col de Bluffy (4e catégorie, kilomètre 19), où Julian Alaphilippe passe en tête.

Le Maillot Jaune dans l'échappée

Le Français est accompagné par le Maillot Jaune Greg Van Avermaet (BMC). Mais aussi par Tony Gallopin (AG2R La Mondiale), Elie Gesbert, Amael Moinard (Fortuneo-Samsic), Serge Pauwels, Tom-Jelte Slagter (Dimension Data), Ion Izagirre (Bahrain-Merida), Philippe Gilbert (Quick-Step Floors), Peter Sagan, Lukas Postlberger (Bora-Hansgrohe), David Gaudu, Arthur Vichot, Rudy Molard (Groupama-FDJ), Robert Gesink (Lotto NL-Jumbo), Lilian Calmejane, Rein Taaramae (Direct Energie), Jack Bauer, Daryl Impey (Mitchelton-Scott), Guillaume Martin et Thomas Degand (Wanty Groupe-Gobert).

ALAPHILIPPE en tête au Plateau des Glières

A l’attaque peu avant le sommet, Molard passe en tête de la 1ère grande ascension du Tour, le col de la Croix Fry (1re catégorie), devant Taaramae.

Le duo franco-estonien est rejoint dans la descente par 6 autres coureurs. Dans la Montée du Plateau des Glières (hors catégorie), David Gaudu fait toute l’ascension en tête. Mais le Breton de 21 ans est devancé au sommet par Alaphilippe, qui s’est rappelé au bon souvenir de sa victoire d’étape ici-même sur le Tour de l’Avenir 2013.

Sur le plateau des Glières, haut lieu de la résistance lors de la seconde guerre mondiale, le vainqueur de la Flèche Wallonne effectue seul en tête la portion non-bitumée de 2 kms. Il attend ses poursuivants dans la descente. Dans le peloton, relégué à plus de 6 minutes, Chris Froome est victime d’une crevaison sur les chemins. Mais le Britannique revient rapidement sur le peloton, où aucune attaque ne s’est produite.

Taaramäe se montre avant le show Alaphilippe

Au pied du col de Romme, à 37 kms de l’arrivée, les 18 hommes de tête ont encore 6 minutes d’avance sur le peloton. L’écart maximal a été de 8 minutes.

Dans le peloton, Warren Barguil est le 1er à passer à l’offensive. Mais le Breton est vite repris. De l’échappée initiale, seuls Sagan, Postlberger et Bauer manquent à l’appel. Taaramae attaque dès les premiers hectomètres de l’ascension classée en 1ère catégorie. L’Estonien fait l’essentiel de la montée seul en tête. Il est rejoint puis dépassé par Alaphilippe juste avant le sommet.

Le Français fait une sublime descente. A 21 kms de l’arrivée, au pied du col de la Colombière (1ère catégorie), son avance sur ses poursuivants est déjà confortable.

Elle atteint la minute à 18 kms de l’arrivée et culmine à 1’30’’ sur Ion Izagirre au sommet de la dernière ascension du jour. La plongée vers le Grand-Bornand n’est qu’une formalité pour le coureur de l’équipe Quick-Step Floors, qui signe la 1ère victoire de sa carrière sur le Tour de France, où il avait connu son lot de frustrations en 2016. Contre toute attente, Greg Van Avermaet conserve son Maillot Jaune

ABANDONS DU JOUR

- Alexis VUILLERMOZ AG2R La Mondiale Non partant

- Jens KEUKELEIRE Lotto Sandal Non partant.

 

CLASSEMENT DU JOUR

CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL
 1 - Julian ALAPHILIPPE  1 - G. VAN AVERMAET
 2 - Jon IZAGUIRRE INSAUSTI  2 - Geraint THOMAS
 3 - Rein TAARAMAE  3 - Alejandro VALVERDE
 4 - Greg VAN AVERMAET  4 - Jakob FUGLSANG
 5 - Serge PAUWELS  5 - Bob JUNGELS
 6 - Lilian CALMEJANE  6 - Chris FROOME
 MAILLOT JAUNE : G. VAN AVERMAET  
 MAILLOT A POIS : Julian ALAPHILIPPE  
 MAILLOT VERT :  P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : Pierre LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : G. AVERMAET  MOVISTAT TEAM

 

Etape 11 : ALBERVILLE-LA ROSIERE : 108,5 Kms : Mercredi 12.07.17 : ETAPE DE MONTAGNE

 

  ALBERVILLE - LA ROSIERE : 108,5 Kms : ETAPE DE MONTAGNE

  C'est une étape avec de belles ascensions, sans aucun temps mort. A l'arrivée, on devrait pouvoir dresser un état des lieux pour le général !

  Derrière, il s'agira de rentrer dans les délais, mais les coureurs savent le faire. Et s'ils ne veulent pas que celà explose trop tôt, on verra certainement les équipiers rouler en tête de peloton pour cadenasser les vélléités matinales...

  C'est une étape assez courte mais intense puisqu'il leur faudra gravir le Col de Bisanne, le Col du Pré..inédit dans l'histoire du Tour..c'est 12,6 kms de montée à 7,7 % avec au sommet, pour consolation, la vue exceptionnelle qui domine le barrage de Roselend ... et le Cormet de Roselend avant la montée finale vers la Rosière.

- Montée de Bisanne : 1723 m : 12,4 kms à 8,2 %.

- Col du Pré : 1748 m : 12,6 kms à 7,7 %.

- Cormet de Roselend : 1968 m : 5,7 kms à 6,5 %.

- Montée de la Rosière : 1855 m : 17,6 kms à 5,8 %.

    RESUME DE L'ETAPE

Coup double pour Geraint Thomas.

Victorieux sur le fil de la 11e étape, le Gallois devient le nouveau Maillot Jaune à l’issue de la 1ère arrivée au sommet du 105e Tour de France, à La Rosière-Espace San Bernardo. Thomas s’est montré le plus fort en distançant ses rivaux à 5,5 kms. 3ème de l’étape à 20 secondes de son coéquipier, Chris Froome remonte à la 2e place du général à 1’25’’ de Thomas.

L’équipe Sky prend ainsi les commandes du Tour avant la dernière étape alpine, jeudi, à l’Alpe d’Huez.

 

165 coureurs prennent le départ de la 11e étape à Albertville. Le tracé du jour, court et nerveux avec 4 cols répartis en 108 kms, inspire les baroudeurs.

Ils sont très nombreux à sortir du peloton dès le km 0. Une quarantaine. Parti dans le sillage du 1er attaquant du jour Romain Sicard (Direct Energie), le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) est parmi eux. Le triple champion du monde passe en tête du sprint intermédiaire, situé au km 11,5, pour consolider son maillot vert.

Héros de la veille, Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors) est également présent. Le vainqueur au Grand-Bornand et porteur du maillot à pois fait belle impression dans la Montée de Bisanne, 1ère ascension du jour. Il passe en tête au sommet du col classé Hors catégorie, à 82,5 kms de l’arrivée. Aucun coureur de l’échappée n’étant dangereux au général, le peloton, mené par l’équipe Sky, laisse faire et accuse alors plus de 6 mn de retard.

 

Valverde attaque dans le col du Pré

 

Dans la descente, Alaphilippe est seul puis rejoint par Warren Barguil (Fortuneo-Samsic) et Thomas de Gendt (Lotto-Soudal). Le trio se relève pour attendre leurs poursuivants.

Au pied du col du Pré (Hors catégorie), à 63,5 kms du but, le groupe de tête est fort de 29 unités. La Movistar accélère le rythme du peloton. Et à 5 kms du sommet de la 2ème ascension du jour, Alejandro Valverde attaque. L’Espagnol obtient rapidement une minute d’avance sur le groupe des favoris emmené par l’équipe Sky. Son coéquipier Marc Soler se relève de l’échappée pour attendre son leader.

Au sommet du col du Pré, duquel Barguil passe en tête, le duo espagnol possède 3’55’’ de retard sur l’échappée et 1’15’’ d’avance sur le peloton.

 

Dumoulin sort dans la descente du Cormet de Roselend et rejoint Valverde

 

Alors que l’écart atteint deux minutes dans le Cormet de Roselend, l’équipe Bahrain-Merida de Vincenzo Nibali accélère en tête de peloton.

Ce changement de rythme fait tomber l’avance de Valverde à une minute au sommet de l’ascension classée en 2e catégorie, à 38 kms de l’arrivée.

Dans la descente, Valverde est virtuellement le nouveau porteur du Maillot Jaune, Greg Van Avermaet ayant été décroché dans le col du Pré et l’échappée, dont fait partie Serge Pauwels (Dimension Data), ne comptant plus que deux minutes de marge sur le 3e du Tour 2015.

 

Au pied de l’ascension finale de la Rosière (1re catégorie, 17,6 km à 5,8%), Valverde est rejoint par Tom Dumoulin (Sunweb), sorti du peloton dans la descente du Cormet de Roselend en compagnie de son équipier Soren Kragh Andersen, ancien maillot blanc.

A 15 kms de l’arrivée, Dumoulin et Valverde possèdent 50’’ sur le peloton. Et 2’00’’ de retard sur la tête de course, composé de Barguil, Michael Valgren (Astana), Damiano Caruso (BMC) et Mikel Nieve (Mitchelton-Scott). Valgren lâche prise à 10,5 kms de l’arrivée.

 

Thomas le plus fort

 

Alors que Jesus Herrada et Daniel Navarro (Cofidis) reviennent sur l’échappée, Nieve attaque à 9 kms du but pour tenter d’arracher la victoire en solitaire.

Du côté des favoris, Geraint Thomas (Sky) place une attaque imparable à 5,5 kms de l’arrivée.

Le Gallois, 2e du général, revient rapidement sur Dumoulin, qui avait entre-temps distancé Valverde, et Caruso.

Après la flamme rouge, Thomas attaque à nouveau et reprend le malheureux Nieve à 300 mètres de la ligne pour faire coup double.

Vainqueur de cette 11e étape au sommet de la Rosière, Thomas devient le nouveau Maillot Jaune devant Chris Froome, 3e de l’étape à 20 secondes de son coéquipier, et Tom Dumoulin, 2e de l’étape à 20 secondes également.

 

ABANDONS DU JOUR

- Mark RENSHAW Team Dimension Data Hors délai

- Marcel KITTEL Team Katasha Hors délai

- Rick ZABEL Team Katasha Hors délai.

 CLASSEMENT DU JOUR

 

CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL
 1 - Geraint THOMAS  1 - G. THOMAS
 2 - Tom DUMOULIN  2 - C. FROOME
 3 - Chris FROOME  3 - T. DUMOULIN
 4 - Damiano CARUSO  4 - V. NIBALI
 5 - Mikel NIEVE  5 - P. ROGLIC
   6 - S. KRUIJSWIJK
 MAILLOT JAUNE :  G. THOMAS  7 - M. LANDA
 MAILLOT A POIS : J. ALAPHILIPPE  8 - Romain BARDET
 MAILLOT VERT : P. SAGAN  9 - Nairo QUINTANA
 MAILLOT BLANC :  P. LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : A. VALVERDE  MOVISTAR TEAM.

 

Etape 12 : BOURG SAINT MAURICE LES ARCS - ALPE D'HUEZ : 175,5 KMS : JEUDI 19/07/18 : ETAPE DE MONTAGNE

 

  BOURG SAINT MAURICE LES ARCS - ALPE D'HUEZ : 175,5 KMS : ETAPE DE MONTAGNE

  3ème journée consécutive de montagne avec un très gros morceau, un final en apothéose en haut de l'ALPE d'HUEZ  ! l'étape Reine Alpestre, avec les spectaculaires lacets de Montvernier, le col de la Madeleine et le Col de la Croix de Fer en cours de route !

   A total, plus de 65 kms d'ascension ! La journée mythique qui peut tout changer ! Etape idéale pour les purs grimpeurs capable de répéter les efforts.

   Les favoris vont devoir s'expliquer et c'est toujours un prestige de gagner au sommet de l'Alpe d'Huez ! A l'issue de cette étape, le podium final devrait déjà se dessiner...en attendant les étapes Pyrénéennes qui devraient servir de Juge de Paix !

  Au total, 4 difficultés majeures regroupées dans les 100 derniers kms :

  - Col de la Madeleine : Hors Catégorie : 2000 m : 25,3 Kms à 6,2 %,

  - Lacets de Montvernier : 2ème catégorie :  3,4 Kms à 8,2 %,

  - Col de la Croix de Fer  : Hors catégorie :  2067 m :  29 Kms à 5,2 %,

  - Ascension de l'ALPE d'HUEZ : Hors catégorie (21 virages) : 1850 m :  13,8 kms à 8,1 %,

  RESUME DE L'ETAPE

Au terme d’une journée de géants, Geraint Thomas (Sky) s’est offert une nouvelle victoire de prestige sur le Tour, au lendemain de son triomphe à La Rosière.
Avec le Maillot Jaune sur le dos, le Gallois s’est imposé au sprint à l’Alpe d’Huez, devant un quatuor composé de Tom Dumoulin, Romain Bardet, Chris Froome et Mikel Landa.
Un résultat de rêve pour la Sky, qui a pourtant vécu une journée crispante dans le sillage de Steven Kruijswijk, tout proche d’un authentique exploit. Echappé depuis le col de la Madeleine, et seul en tête à partir de la Croix-de-Fer, le Néerlandais a mis des sueurs froides aux grands du Tour avant d’être repris à trois kms de l’arrivée.

 

161 coureurs prennent le départ de la 12e étape à Bourg-Saint-Maurice. Un seul manque à l’appel. Un grand favori. 2ème du Tour de France l’an dernier, Rigoberto Uran (EF Education First) annonce son retrait de la course dans la matinée, touché physiquement depuis sa chute sur les pavés dimanche.

Le départ est très rapide dans la Vallée de la Tarentaise. Les 30 premiers kms, en faux-plat descendant, sont avalés à 60km/h de moyenne.

Une échappée se dessine dans les premières rampes du col de la Madeleine. Elle comprend une trentaine de coureurs. Certains sont très menaçants pour le nouveau Maillot Jaune Geraint Thomas, victorieux la veille à La Rosière. Steven Kruijswijk (Lotto-NL Jumbo) est le plus dangereux (6e à 2’40’’).

On trouve également Alejandro Valverde (Movistar, 11e), Ilnur Zakarin (Katusha-Alpecin, 13e), le malheureux de la veille Mikel Nieve (Mitchelton-Scott, 14e) et le maillot blanc Pierre Latour (AG2R La Mondiale, 20e). L’équipe Sky ne s’affole pas.

Au sommet de la Madeleine (Hors catégorie), le peloton compte 2’40’’ de retard sur l’échappée.

 

Alaphilippe poursuit sa moisson

 

Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors) conforte son maillot à pois en passant en 1ère position du col Hors catégorie devant Warren Barguil (Fortunéo-Samsic).

Dans la descente, il file en compagnie de l’Autrichien Gregor Muhlberger (Bora-Hansgrohe). Le duo se relève dans la portion de plaine précédant la prochaine ascension. L’échappée, alors forte de 26 unités, se reforme.

Pierre Rolland (EF Education First) profite d’un temps mort dans la zone de ravitaillement pour prendre les devants. Le vainqueur de l’Alpe d’Huez en 2011 passe seul en tête des majestueux Lacets de Montvernier (2e catégorie), à 92,5 kms de l’arrivée. Le peloton accuse plus de 4 minutes de retard.

 

Kruijswijk, un solo magnifique

 

Rolland est rejoint par Valverde, Kruijswijk puis Barguil au pied du col de la Croix-de-Fer, le plus long de ce 105e Tour de France (29 km à 5,2%, 2067m d’altitude).

7 autres coureurs les rejoignent peu après, dont Robert Gesink (Lotto-NL Jumbo) et Andrey Amador (Movistar), respectivement équipiers de Kruijswijk et Valverde.

A 73 kms de l’arrivée, Kruijswijk décide néanmoins de partir seul.

Le début d’une folle entreprise. Son audace lui permet de possèder 6’13’’ d’avance sur le peloton à 59 kms du but. Il est alors Maillot Jaune virtuel pour 3’30’’. Par voie de conséquence, il représente une grande menace pour les candidats au podium final.

C’est alors le moment choisi par les formations AG2R La Mondiale et Movistar pour relancer l’allure dans le peloton. Mais cette accélération ne paye pas dans un premier temps. Au sommet de la Croix-de-Fer (Hors catégorie), l’écart est de 6’10’’.

 

Bardet et Froome à l’attaque, Thomas vainqueur

 

Dans la descente, Kruijswijk maintient son avantage. Mais la vallée de 11 kms, menant au pied de l’Alpe d’Huez, lui est préjudiciable face au travail de Jonathan Castroviejo et Michal Kwiatkowski (Sky) dans le peloton.

Il n’a plus que 4’20’’ d’avance en bas de l’Alpe d’Huez, ascension finale classée Hors catégorie (13,8 km à 8,1%).

A 10 kms de l’arrivée, sa marge est de 3’25’’ sur le groupe Maillot Jaune, réduit à 10 unités.

Après Nibali, Quintana et Landa, Romain Bardet (AG2R La Mondiale) tente sa chance à 7 kilomètres de l’arrivée. Le Français parvient à prendre une dizaine de secondes sur le groupe Maillot Jaune, mené par Egan Bernal (Sky). Chris Froome attaque. Il reprend et dépose Bardet à moins de 4 kms de l’arrivée.

Dans la foulée, le Britannique avale Kruijswijk, non-récompensé de son raid solitaire de 70 kms mais Froome est finalement repris par Thomas, Bardet, Dumoulin et Landa. Les 5 hommes se jouent la victoire au sprint.

Et c’est Geraint Thomas qui l’emporte, devenant le 1er porteur du Maillot Jaune à s’imposer au sommet de l’Alpe d’Huez sur une étape en ligne. Une 2ème victoire en deux jours pour le Gallois, qui s’installe un peu plus comme le patron du Tour.

ABANDONS DU JOUR

- Uran RIGOBERTO Drapac-Cannondale non partant

- Tony GALLOPIN AG2R Abandon

- Fernando GAVIRIA Quick Steeps Floors Abandon

- Rick ZABEL Katusha Abandon

- Dylan GROENEWEGEN Lotto Jumbo Abandon

- André GREIPEL Lotto Soudal Abandon

- Marcel SIEBERG Lotto Soudal Abandon.

CLASSEMENT DU JOUR

 CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL
 1 - G. THOMAS  1 - G. THOMAS
 2 - Tom DUMOULIN  2 - C. FROOME
 3 - Romain BARDET  3 - T. DUMOULIN
 4 - C. FROOME  4 - V. NIBALI
 5 - M. LANDA  5 - P. ROGLIC
   6 - Romain BARDET
   7 - M. LANDA
   8 - S. KRUIJSWIJK
 MAILLOT JAUNE : G. THOMAS  9. N. QUINTANA
 MAILLOT A POIS : J. ALAPHILIPPE  
 MAILLOT VERT :  P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : P. LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : S. KRUIJSWIJK  Movistar

 

 

 

 

 

 

 

Etape 13 : BOURG D'OISANS - VALENCE : 169,5 KMS : VENDREDI 20.07.18 : ETAPE DE PLAINE.

 

   BOURG D'OISANS - VALENCE : 169,5 KMS : ETAPE DE PLAINE

   C'est une Etape, relativement courte, qui peut sourire aux baroudeurs car, à la sortie des Alpes, les leaders ne devraient pas faire rouler et il n'est pas sûr que les équipes de sprinteurs aient envie de mener une chasse trop fatiguante, surtout avec un équipier en moins.... sans doute que certains audacieux tenteront tout de même de s'échapper mais ils ne devraient pas pouvoir aller au bout...

    et le vent ne devrait pas être un facteur déterminant, même si les coureurs traversent la vallée du Rhône ! 

RESUME DE L'ETAPE

Il y a une certaine logique à ce qu’on poursuive sa récolte lorsque le Tour fait étape dans le verger de la France.

Peter Sagan, peut-être informé de ces subtilités géographiques, a surtout vu dans l’arrivée à Valence une nouvelle opportunité de soigner sa moyenne, tout comme l’équipe Groupama-FDJ comptait profiter de l’hécatombe de la veille chez les sprinteurs pour permettre à Arnaud Démare d’ouvrir son compteur de victoires sur le Tour 2018.

C’est bien l’équipe française qui a mené l’essentiel de la poursuite derrière les 4 échappés du jour. Mais dans le final, le Français a été devancé par la réaction de Peter Sagan dans les 200 derniers mètres. Le champion du monde égale avec cette 3ème victoire ses meilleurs scores sur le Tour. Série en cours.

En plus des abandons et des hors-délais de l’étape de l’Alpe d’Huez, le peloton déplore au Bourg d’Oisans l’absence de Vincenzo NIBALI, touché à une vertèbre lors d’une chute provoquée par un spectateur à 4 km de l’arrivée.

Il reste donc 152 coureurs au départ, dont de nombreux candidats à l’échappée qui se déclarent dès le 1er kilomètre. Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) et Tom Scully (Education First) forment un premier duo, rejoint au km 29 par Michael Schär (BMC) et Dimitri Claeys (Cofidis).

Le quatuor ainsi constitué obtient un avantage maximal de 3’30’’, enregistré au passage au km 30.

Conscients du potentiel de ce petit groupe, les équipiers d’Arnaud Démare chez Groupama-FDJ et d’Alexander Kristoff chez Emirates prennent rapidement les commandes pour reprocher le peloton de l’échappée.

L’écart n’est d’ailleurs plus que de 1’45’’ au passage au sprint intermédiaire (km 71), où De Gendt passe en tête (pour la 10e fois de sa carrière !) et où Alexander Kristoff s’impose dans le peloton pour le sprint de la 5e place. A 50 kms de l’arrivée, la situation est nettement dégradée pour l’échappée, menacée à 50’’. Et le constat s’aggrave à 30 kms du but, avec seulement 30’’ de marge.

Initiateur de l’échappée, Thomas De Gendt se résigne immédiatement après l’entrée dans les 25 derniers kms. Il est très rapidement imité par Claeys et Scully, qui laissent Michael Schär insister en solitaire. Le coureur suisse bénéficie d’un sursis, mais roule sous le contrôle serré des équipes de sprinteurs. Il est repris à 6 kms du but par le peloton, qui prépare un sprint massif majoritairement orchestré par la formation Groupama-FDJ.

Sous la Flamme Rouge, Philippe Gilbert place une attaque pour perturber l’ordonnancement du sprint, mais les coéquipiers d’Arnaud Démare le remettent dans le jeu pour déclencher une accélération… un peu trop précoce. Le sprinteur français subit le retour d’Alexander Kristoff, et surtout de Peter Sagan qui vient cueillir sa 3e étape sur le Tour 2018. 

ABANDON DU JOUR

- Vincenzo NIBALI Bahrein Merida, non partant

(clavicule cassée suite chute hier causée par un spectateur).

 
 CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL
 1 - P. SAGAN  1 - G. THOMAS
 2 - A. KRISTOFF  2 - C. FROOME
 3 - A. DEMARE  3 - T. DUMOULIN
 4 - J. DEGENKOLB  4 - P. ROGLIC
 5 - G. VAN AVERMAET  5 - R. BARDET
   6 - M. LANDA
 MAILLOT JAUNE : G. THOMAS  7-S.KRUIJSWIJK
 MAILLOT A POIS : J. ALAPHILIPPE  8-N.QUINTANA
 MAILLOT VERT :  P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : P. LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : M. SCHAR  MOVISTAR.

 

 

 

 

 

 

 

 

Etape 14 : SAINT PAUL TROIS CHATEAUX - MENDE : 188 KMS : Samedi 21.07.18 : ETAPE ACCIDENTEE

 

 SAINT PAUL TROIS CHATEAUX  - MENDE : 188 KMS  : ETAPE ACCIDENTEE

 4 Départements traversés pour cette Etape accidentée : Drôme-Ardèche-Gard et Lozère.

 Cette étape, aux allures de vraies montagnes russes à travers les contreforts du Massif Central, est faite pour les puncheurs mais elle peut convenir à de nombreux coureurs...et on ne peut pas exclure les favoris ou grimpeurs qui devront être devant pour tirer leur épingle du jeu..en tout cas ce sera un final palpitant !

 en raison de l'arrivée ...car il faudra résister à la difficile ascension de la côte de la Croix Neuve : 3 kms à 10,2 %..qui conduit au promontoire dominant MENDE, chef-lieu de la Lozère ! pendant plus de 2 kms, les coureurs sont " en apnée"...les 1ères rampes sur 700 m sont les moins raides ...car, un peu avant la fin du 1er km, la chaussée s'élève de façon abrupte et c'est là qu'il faut donner son effort maximal...sans se relâcher, car sur ces pentes à + de 10% il est très difficile de se relancer !

  C'est un final fantastique car indécis sur les derniers hectomètres..alors la victoire sera-t-elle pour un pur grimpeur ? ou un puncheur ? 

   RESUME DE L'ETAPE

L’étape de Mende se trouvait dans le viseur de tout ce que le peloton compte comme puncheurs et baroudeurs.

Un imposant groupe de 32 coureurs s’est détaché, avec une importante délégation de coureurs belges qui comptaient certainement célébrer en fanfare leur fête nationale. Jasper Stuyven a entretenu cet espoir jusque dans les 2 derniers kilomètres, mais a dû céder face à la contre- attaque d’Omar Fraile, qui s’impose et installe une tradition espagnole dans la préfecture de la Lozère. Il y remporte en effet sa 1ère étape sur le Tour.

Dans le groupe de favoris, qui a atteint l’arrivée avec  un retard de 18  minutes, c’est Primoz Roglic qui a grignoté quelques secondes au Maillot jaune Geraint Thomas, tandis que Romain Bardet a cédé 14’’ au Gallois.  

152 coureurs composent le peloton au départ de la 14e étape, qui inspire les candidats à l’échappée, en particulier Julian Alaphilippe, remuant dès le franchissement de la ligne du km zéro. Au 5e km de course, une accélération disperse le peloton en 4 groupes. Dans ce contexte, Mikel Landa se retrouve momentanément piégé, tout comme Romain Bardet, Adam Yates et Alejandro Valverde dans une moindre mesure.

A l’avant, le premier groupe donne d’abord l’occasion à 7 coureurs de prendre le large (km 12), mais ils sont rejoints au km 20 par un mini-peloton de 25 coureurs. A ce stade, ils sont donc 32 en tête, avec Daniel Martínez, Pierre Rolland (Education First), Simon Geschke (Sunweb), Gorka Izagirre, Kristijan Koren (Bahrain-Merida), Michael Hepburn, Daryl Impey (Mitchelton-Scott), Andrey Amador (Movistar), Damiano Caruso, Stefan Küng, Greg van Avermaet (BMC), Julian Alaphilippe, Philippe Gilbert, Yves Lampaert (Quick-Step), Peter Sagan, Maciej Bodnar (Bora-Hansgrohe), Omar Fraile (Astana), Tom-Jelte Slagter, Julien Vermote (Dimension Data), Thomas de Gendt (Lotto-Soudal), Lilian Calmejane, Jérôme Cousin, Thomas Boudat, Sylvain Chavanel, Damien Gaudin (Direct Energie), Michael Gogl, Jasper Stuyven (Trek), Christophe Laporte, Nicolas Edet, Anthony Pérez, Anthony Turgis (Cofidis), Thomas Degand (Wanty- Gobert).

Derrière ce groupe imposant, les coéquipiers du Maillot Jaune fixent le rythme de la poursuite mais accordent tout de même une avance qui atteint dans un premier temps 7’10’’ immédiatement après le passage de la côte du Grand Châtaignier (km 81), où Julian Alaphilippe s’empare du  seul point en jeu. Du côté du maillot vert, on atteint très vite le sprint intermédiaire de Bessèges (km 90), où Peter Sagan calme avec autorité les ardeurs de Thomas Boudat.

Le peloton relâche ensuite son étreinte et permet à l’échappée de prendre le large. Dans la montée au col de la Croix de Berthel, l’avantage de l’échappée monte à 11’10’’. A 3,5 km du sommet, Gorka Izagirre s’isole pour basculer en tête. Il est rejoint dans la descente par Slagter et Stuyven, qui l’ont suivi en contre. Le trio franchit dans cette configuration le col du Pont sans Eau (km 142) et pousse son avantage à 1’20’’ en entrant dans les 40 derniers kms.   

L’entente du trio est mise à mal en abordant les 30 derniers kms, où Jasper Stuyven se lance le défi d’un raid solitaire.

A ses trousses, le groupe de poursuite change de physionomie mais se présente dans les 20 derniers kms avec 17 coureurs dont Sagan, Alaphilippe, Gilbert et Calmejane mais tout de même 1’25’’ de retard. A 10 kms, l’homme de tête s’éloigne un peu plus, avec 1’40’’ de marge.

Dans le final, il subit toutefois le rapprochement de ses poursuivants, et en particulier d’Omar Fraile, qui suit une contre attaque de Thomas De Gendt à 4,5 km du but et se montre encore plus décisif. Il exploite les pourcentages de la côte de la Croix-Neuve pour revenir sur Stuyven et le déposer à 500 mètres du sommet. L’Espagnol parvient à résister au retour de Julian Alaphilippe, passé un peu trop tard à l’offensive pour le menacer et qui doit se contenter de la 2ème place à 6’’.

Derrière, le peloton des favoris maigrit à l’approche de la côte de la Croix-Neuve, où la première attaque est portée par Mikel Landa, suivi avec aussi peu de succès par Tom Dumoulin.

En revanche, Primoz Roglic parvient à lâcher le groupe et conserve 8’’ d’avance sur la ligne d’arrivée, que Froome, Dumoulin et Thomas franchissent dans  le même temps. Nairo Quintana lâche 10’’ supplémentaires, et Romain Bardet 14’’.    

ABANDON DU JOUR

- Patrick BEVIN BMC

 

CLASSEMENT DU JOUR

 CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL
 1 - Omar FRAILE  1 - G. THOMAS
 2 - J. ALAPHILIPPE  2 - C. FROOME
 3 - J. STUYVEN  3 -T. DUMOULIN
 4 - P. SAGAN  4 - P. ROGLIC
 5 - D. CARUSO  5 - R. BARDET
   6 - M. LANDA
 MAILLOT JAUNE : G.THOMAS  7 - S. KRUIJSWIJK
 MAILLOT A POIS : J. ALAPHILIPPE  8 - N. QUINTANA
 MAILLOT VERT :   P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : P. LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : J. STUYVEN  MOVISTAR

 

ETAPE 15 : MILLAU - CARCASSONNE : 181,5 KMS : Dimanche 22.07.18

 

   MILLAU - CARCASSONNE  : 181,5 KMS : ETAPE ACCIDENTEE

   2ème Etape pour hommes forts en 2 jours !  C'est la 1ère étape de transition où des baroudeurs peuvent aller au bout car elle sera trop dure pour les sprinteurs..mais il faudra que l'échappée soit constituée de coureurs sachant doser leurs efforts dans les multiples ascensions et qui adopteront un rythme régulier jusqu'au bout.  

    Un parcours sinueux et vallonné à travers les routes de l'Aveyron et de l'Aude qui se prêtera aux escarmouches...

   A 40 kms de l'arrivée, l'ascension du Pic de Nore (12,3 kms à 6 %) : 1205 m :  devrait éliminer les vrais sprinteurs et favoriser les courreurs passant bien les bosses..

   La dernière heure de course, avec 20 kms de faux plats descendants et autant de portions planes dans la vallée, pourrait se révéler très intéressante car les attaques devraient fuser. 

RESUME DE L'ETAPE

La traversée accidentée de l’Aveyron, du Tarn et de l’Aude a inspiré de nombreux attaquants qui ont constitué une échappée de 29 coureurs, disloquée dans la montée au Pic de Nore, où l’ancien maillot à pois Rafal Majka a semblé prendre une option sur la victoire.

Rejoint par une partie de ses compagnons de route, le Polonais a finalement laissé le bouquet se jouer au sein d’un trio composé de Bauke Mollema, Ion Izagirre et Magnus Cort Nielsen.

Plus puissant, le coureur d’Astana s’est imposé au sprint, devenant le 1er vainqueur d’étape danois depuis Nicki Sorensen à Vittel en 2009. Le peloton a rejoint la ligne d’arrivée avec un retard de 13’10’’, sans que les positions au sommet du classement général ne soient affectées. Geraint Thomas passera donc sa journée de repos en jaune, avec son coéquipier Chris Froome comme premier poursuivant, à 1’39’’.  

Le peloton est réuni à Millau avec 151 coureurs, dont de nombreux candidats à l’échappée, à commencer par Adam Yates, particulièrement offensif et déterminé en début d’étape, tout comme Warren Barguil.

Sur fond de lutte pour le maillot à pois, Quick Step fait partie des formations qui s’opposent au départ du coureur de Fortuneo. En  définitive, c’est après une heure de course (à une moyenne de 44,2 km/h) que se forme un imposant groupe de 29 coureurs, avec Daniel Martínez (Education First), Silvan Dillier (Ag2r), Nikias Arndt (Sunweb), Amäel Moinard, Florian Vachon (Fortuneo), Sonny Colbrelli, Ion Izagirre, Domenico Pozzovivo (Bahrain), Damian Howson, Daryl Impey (Mitchelton), Daniele Bennati, Imanol Erviti, Marc Soler (Movistar), Greg van Avermaet (BMC), Niki Terpstra (Quick-Step), Peter Sagan, Rafal Majka, Pawel Poljanski (Bora), Magnus Cort, Michael Valgren (Astana), Serge Pauwels (Dimension Data), Arthur Vichot (Groupama-FDJ), Lilian Calmejane, Fabien Grellier, Romain Sicard (Direct Energie), Bauke Mollema, Julien Bernard, Toms Skujins (Trek), Jesús Herrada (Cofidis).

Cette volumineuse échappée boucle les 50 premiers kms avec un avantage de 4’10’’ et aborde ensuite l’ascension menant au col de Sié, où Lilian Calmejane fait le choix de partir en solitaire… à 125 kms de l’arrivée.

Le coureur de Direct Energie roule avec une minute d’avance, bascule et rentre en tête dans son département natal du Tarn, mais stoppe son effort pour rejoindre le groupe au km 72. L’échappée ne progresse pas longtemps dans cette configuration, puisque Fabien Grellier sort à son tour au km 109, rejoint 6 kms plus loin par Julien Bernard.

Le duo passe sur la ligne du  sprint intermédiaire de Mazamet (km 121,5) avec 1’ d’avance sur leurs anciens compagnons de route, et 12’10’’ sur le peloton.

Juste après, Grellier et Bernard abordent ensemble la montée au Pic de Nore, mais ne résistent pas aux mouvements qui se déclenchent derrière eux, en particulier par Rafal Majka qui fond sur eux et les dépose à mi-pente.

Le Polonais bascule en tête (km 140), avec 30’’ d’avance sur ses deux plus proches contre attaquants, Cort Nielsen et Mollema, et 40’’ sur Izagirre, Pozzovivo, Valgren, Calmejane et Skujins, seuls à conserver quelques chances de s’imposer.

Dans la longue plongée sur Carcassonne, la menace se précise pour Majka, qui n’a plus que 10’’ d’avance à 15 kms du but, sur un groupe de poursuite reconstitué. Il est repris un km plus loin. C’est donc une explication à huit qui se prépare dans les 10 derniers kms. Mais à 6 kms, un trio se détache avec Mollema, Izagirre et Cort Nielsen. Parmi eux, le coureur d’Astana impose sa puissance dans un sprint lancé à 250 mètres de la ligne, et s’impose sur le Tour à sa première participation, comme son coéquipier Omar Fraile hier à Mende. 

 
CLASSEMENT ETAPE CLASSEMENT GENERAL
 1 - Cort NIELSEN  1 - G. THOMAS
 2 - Jon IZAGUIRRE  2 - C. FROOME
 3 - Bauke MOLLEMA  3 - T. DUMOULIN
 4 - Michael ANDERSEN  4 - P. ROGLIC
 5 - Toms SKUJINS  5 - R. BARDET
 6 - M. LANDA
   7 - S. KRUIJSWIJK
 MAILLOT JAUNE : G. THOMAS  8 - N. QUINTANA
 MAILLOT A POIS :  J. ALAPHILIPPE  
 MAILLOT VERT : P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : P. LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : R. MAJKA  MOVISTAR

 

ETAPE 16 : CARCASSONNE - BAGNERES DE LUCHON : 218 KMS : Mardi 24/07/18

 

 CARCASSONNE - BAGNERES DE LUCHON : 218 KMS : 1ère ETAPE DES 3 ETAPES DE MONTAGNE EN PYRENEES 

 Après un jour de repos dans la magnifique cité de CARCASSONNE, la course reprend ses droits et met le cap sur les Pyrénées. Ce sont les favoris pour le classement général qui partiront avec des rêves de victoire en tête vers Bagnères de Luchon !

 Les baroudeurs et grimpeurs, notamment ceux intéressés par le maillot à pois, devraient partir à l'avant, tandis que les favoris attendront le final pour s'expliquer...mais comme toujours dans la 3ème semaine, l'état de fraîcheur et l'envie compteront pour beaucoup...

ça commence par 140 kms dans l'Aude et l'Ariège, sur des routes difficiles puis il y aura 3 cols :

- Col du Portet d'Aspet : 1069 m - 5,4 kms à 7,1 %.

- Col de Menté : 1349 m - 6,9 kms à 8,1 %.

- et Col du Portillon  : 1292 m : 8,3 kms à 7,1 % : il n'est pas facile avant la descente sinueuse et compliquée  qui peut également donner lieu à quelques renversements de situation...

RESUME DE L'ETAPE

1ère ETAPE PYRENEENNE = 2ème VICTOIRE FRANCAISE

Carton plein pour Alaphilippe

 

La 1ère étape pyrénéenne du Tour 2018 a particulièrement inspiré les attaquants lointains.

L’échappée s’est constituée après 100 kms de course, avec un peloton de 47 coureurs dont les meilleurs grimpeurs ont résisté aux premières sélections.

Parmi eux, le porteur du maillot à pois a dans un premier temps fait la différence sur son rival Warren Barguil, puis s’est ensuite attaqué à la victoire d’étape, pour laquelle Adam Yates semblait le mieux parti après son attaque en vue du col du Portillon. Mais le Britannique a chuté à 7 kms du but, laissant à Julian Alaphilippe le plaisir de terminer en solitaire sa mission.

Après s’être imposé sur la 1ère étape des Alpes au Grand-Bornand, le coureur de Quick-Step s’impose en ouverture de la séquence pyrénéenne et offre une 4ème victoire à son équipe, additionnée aux succès de Fernando Gaviria.

148 coureurs sont présents à Carcassonne pour aborder la séquence pyrénéenne du Tour, mais pas Serge Pauwels (Dimension Data) ni Damien Howson (Mitchelton-Scott), tous deux non partants.

Les candidats à l’échappée se déclarent en nombre, notamment dans le collectif de Direct Energie.

Les offensives répétées sont interrompues au km 29 par une neutralisation : plusieurs coureurs nécessitent des soins après avoir reçu des gaz lacrymogènes ayant servi à la dispersion de quelques manifestants. Les débats reprennent après un nouveau départ donné au km 33, avec des acteurs réguliers comme les deux prétendants au maillot à pois, Julian Alaphilippe et Warren Barguil.

En définitive, c’est au 100e kilomètre de course que se détache un imposant groupe à l’avant de la course, avec 44 éléments dans un premier temps.

Clarke (Education First), Dillier, Frank (AG2R), Geschke, Kragh Andersen, Theuns (Trek), Barguil, Bouet, Hardy, Moinard, Pichon (Fortuneo), I.Izagirre, G.Izagirre, Pozzovivo (Bahrein), Yates, Hayman (Mitchelton), Amador, Bennati, Soler (Movistar), Caruso, Van Avermaet, Van Garderen (BMC), Durasek (Emirates), Alaphilippe, Gilbert (Quick Step), Burghardt, Mühlberger (Bora), Cort, Valgren (Astana), Boasson Hagen, Slagter, Vermote (Dimension Data), Molard (Groupama-FDJ), Gesink (Lotto-Jumbo), Vanendert (Lotto-Soudal), Boudat (Direct Energie), Mollema, Bernard, De Kort (Trek), Laporte, Edet, Navarro (Cofidis) et Minnaard (Wanty-Gobert) sont ensuite rejoints au ravitaillement par Latour, G.Martin et Politt.

Alaphilippe fait le plein au Portet d’Aspet et à Menté

Au passage au sprint intermédiaire de Saint-Girons (km 124), le peloton des favoris accuse un retard de 5’50’’.

En abordant les premières pentes menant au col de Portet d’Aspet, Philippe Gilbert s’isole et bascule avec 55’’ d’avance sur un groupe de poursuivants qui a déjà subi une cure d’amaigrissement (km 155,5). Le coureur belge chute ensuite dans la descente et laisse donc son coéquipier Julian Alaphilippe gérer l’échappée, qu’il exploite au mieux an allant également chercher la 1ère place au col de Menté (km 171), pendant que son rival Warren Barguil a lui aussi été ralenti par une chute en descente.

L’enchaînement des deux ascensions a sélectionné une élite de grimpeurs avec Fränk, Latour (Ag2r), Barguil (Fortuneo), Gesink (Lotto-Jumbo), Caruso (BMC), G.Izagirre, Pozzovivo (Bahrain), Yates (Mitchelton), Amador, Soler (Movistar), Alaphilippe (Quick-Step), Mühlberger (Bora), Valgren (Astana), Molard (Groupama - FDJ), Vanendert (Lotto-Soudal), Mollema (Trek), et Martin (Wanty-Gobert), qui abordent ensemble l’ascension du col du Portillon par son versant espagnol.

Barguil est exclu le premier du groupe, qui continue de perdre des éléments dans la montée. A 3 kms du sommet, Adam Yates porte une attaque qui le place dans une position idéale, avec 15’’ d’avance sur Alaphilippe en basculant pour plonger sur Bagnères-de-Luchon. Mais 3 kms plus bas, le Britannique part à la faute dans un virage, chute et laisse à contrecœur le maillot à pois filer vers la victoire.

Derrière, le groupe des favoris qui  a accusé un retard maximal de 12’20’’ avant la dernière ascension, comble son retard avec les Movistar à la manœuvre, mais n’est perturbé par aucune réelle attaque, hormis une tentative de Jakob Fuglsang. Le groupe franchit la ligne d’arrivée avec 8’50’’ de retard sur Alaphilippe, sans modification dans la hiérarchie des premiers rôles.
 
ABANDONS DU JOUR

- Damien HOWSON Mitchalton-Scott non partant

- Serge PAUWELLS Dimension Data non partant

- Tom DECLERCQ Quick Steep Floors abandon.

 

CLASSEMENT DU JOUR

 CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL
 1 - J. ALAPHILIPPE  1 - G. THOMAS
 2 - G. IZAGUIRRE  2 - C. FROOME
 3 - A. YATES  3 - T. DUMOULIN
 4 - B. MOLLEMA  4 - P. ROGLIC
 5 - D. POZZOVIVO  5 - R. BARDET
   6 - M. LANDA
 MAILLOT JAUNE :  G.THOMAS  7 - S. KRUJSWIJK
 MAILLOT A POIS : J. ALAPHILIPPE  8 - N. QUINTANAS
 MAILLOT VERT :    P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC :  P. LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : P. GILBERT  BAHRAIN MERIDA

 

ETAPE 17 : BAGNERES DE LUCHON - SAINT LARY SOULAN : 65 kms : Mercredi 25/07/18

 

 BAGNERES DE LUCHON - SAINT LARY SOULAN Col du Portet : 65 Kms : 2ème ETAPE DE MONTAGNE DANS LES PYRENEES

Une étape UNIQUE avec 65 kms, 3 cols et 2 H 15 de course environ ! Brève mais intense ! ce sera l'un des temps forts du Tour 2018 !

Un "truc de fou" qui commence par une nouveauté spectaculaire : le départ façon grille de Formule 1 : les coureurs seront positionnés au départ selon leur place au classement général ! les 20 premiers se trouveront dans le même sas, sur des lignes décalées en fonction de leurs places personnelles ! les grands leaders ne pourront pas compter sur le soutien de tous leus équipiers en début d'étape si jamais certains décidaient de déclencher une grande bataille d'entrée de jeu...et les  coureurs placés à l'arrière tenteront de revenir à l'avant..

Après avoir grimpé PEYRESOURDE, PEYRAGUDES puis le col de VAL LOURON-AZET, ils devront ensuite s'expliquer....et  certains vont littéralement exploser dans l'ascention finale et inédite du Col du Portet qui est sans doute ce qui se fait de plus difficile en France avec le Ventoux !

C'est dire ce qui attend le peloton surtout si la grosse chaleur est présente !

Spectacle garanti partout ! et cette Etape devrait consacrer le talent d'un véritable Champion, super coureur !

Les difficultés du jour :

- Col de Peyresourde : 1569 m

- Montée de Peyragudes : 1645 m  : 1ère Catégorie : 14,9 Kms à 6,7 %,

- Col de Val Louront-Azet : 1580 m : 1ère catégorie : 7,4 kms à 8,3 %,

- Col du Portet : 2215 m : Hors Catégorie : 16 Kms à  8,7 %. Arrivée ST LARY SOULAN.

RESUME DE L'ETAPE

Le format ultra dynamique choisi pour la 17ème étape du Tour de France a donné lieu à une explication générale dans l’ascension finale menant au col du Portet, inédit dans l’histoire de l’épreuve.

Sur cette montée particulièrement exigeante, le dernier des échappés, Tanel Kangert, a rendu les armes face à un mouvement de contre attaque mené en solitaire par Nairo Quintana.

Le Colombien signe son 2ème succès sur la Grande Boucle, 5 ans après sa victoire au Semnoz sur les hauteurs d’Annecy, et remonte au 5ème rang du classement général, qui a subi quelques évolutions dans les derniers kms.

Geraint Thomas a résisté aux assauts de Primoz Roglic et de Tom Dumoulin, qui s’empare de la 2ème place abandonnée à regrets par Chris Froome.

Romain Bardet, l’autre perdant de la journée, rétrograde au 8ème rang de la hiérarchie du Tour, à 5’13’’ de Thomas.

146 coureurs prennent le départ atypique de la 17ème étape, sans Philippe Gilbert, contraint au forfait après une chute dans l’étape d’hier.

Le parcours impose dès le départ la montée de Peyragudes, que Lilian Calmejane (Direct Energie) tente d’exploiter, mais c’est Tanel Kangert  (Astana) qui s’isole après 2 kms de course. Un groupe d’une vingtaine de coureurs se forme derrière lui en contre attaque.

Parmi eux, c’est Julian Alaphilippe (Quick Step) qui comble le retard en compagnie de Kristjan Durasek (Emirates). Ils rejoignent Kangert dans la descente (km 25) et roulent avec une avance d’environ une minute sur les résistants du premier mouvement de contre-attaque, à savoir Martinez (Educationn First), Pellizotti (Bahrein), Yates (Mitchelton), Soler, Valverde (Movistar), Majka, Mühlberger (Bora), Fraile (Astana), Mollema (Trek), Edet et Navarro (Cofidis).

Dans la montée au col de Val Louron, le trio de tête reste intact, mais le groupe de leurs premiers poursuivants se réduit à 4, avec Martinez, Valverde, Majka et Fraile. Au sommet, l’écart entre les deux groupes n’est plus que de 35’’, tandis que le peloton, qui a accéléré sous l’impulsion des coureurs d’AG2R, atteint le col avec un retard de 2’10’’. La sélection a alors réduit le groupe à une vingtaine de coureurs, dont a notamment été éliminé le maillot blanc Pierre Latour.

Tanel  Kangert aborde en solitaire la montée finale, mais subit finalement les mouvements qui se déclenchent derrière lui.

Lorsque Quintana sort du peloton en contre attaque, il rejoint rapidement Valverde et Majka. C’est avec ce dernier qu’il rejoint et dépose Kangert à 8,5 kms du but, mais en solitaire qu’il se détache à 6,5 kms. Le Colombien est poursuivi sans être réellement inquiété par Dan Martin, lui aussi sorti en contre mais qui doit se contenter à l’arrivée de la 2ème place.

Le groupe des favoris se réduit dans la dernière ascension à une dizaine  de coureurs, avec Froome, Thomas, Bernal, Dumoulin, Landa, Krujiswijk, Roglic et Bardet. Les attaques sont signées Roglic et Dumoulin, auteurs de coups qui ont comme conséquence de lâcher Romain Bardet à 6 kms de l’arrivée. Le Slovène et le Néerlandais continuent d’assaillir le groupe, qui a raison des forces de Chris Froome sur une nouvelle accélération de Roglic peu avant la Flamme Rouge.

ABANDON DU JOUR

- Philippe GILBERT Quick Steep Floors : non partant : fracture rotule suite chute d'hier.

                    

CLASSEMENT DU JOUR

 CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL
 1 - Nairo QUINTANA  1 - G. THOMAS
 2 - Daniel MARTIN  2 - T. DUMOULIN
 3 - G. THOMAS  3 - C. FROOME
 4 - P. ROGLIC  4 - P. ROGLIC
 5 - T. DUMOULIN  5 - N. QUINTANA
   6 - S. KRUIJSWIJK
 MAILLOT JAUNE : G. THOMAS  7 - M. LANDA
 MAILLOT A POIS : J. ALAPHILIPPE  8 - Romain BARDET
 MAILLOT VERT : P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : P. LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : T. KANGERT  MOVISTAR

 

ETAPE 18 : TRIE SUR BAISE - PAU : 171 Kms : Jeudi 26/07/18 - ETAPE DE PLAINE

     BTRIE SUR BAISE - PAU : 171 Kms :  ETAPE DE PLAINE

     La traditionnelle étape qui arrive à Paul est faite pour souffler ! car  pratiquement toute plate à travers les pays de l'Adour et de la Chalosse.

    Ce superbe décor devrait favoriser les sprinteurs ou celà peut aussi être l'occasion de voir émerger un groupe d'échappés mais après 3 semaines de course, les équipes de sprinteurs réduites à 8 coureurs au départ auront-elles encore suffisamment d'hommes pour cadenasser la course ??

     Pour les ambitieux, entre 2 grosses journées pyrénéennes, il peut y avoir un coup à jouer...

          RESUME DE L'ETAPE

3ème VICTOIRE FRANCAISE : celle d'ARNAUD DEMARE à PAU !

Au terme de la 18e étape, alors que la séquence pyrénéenne réserve davantage de souffrance que de plaisir aux sprinteurs restant dans le peloton, Arnaud Démare est allé chercher à Pau une 2ème victoire sur le Tour de France, qui semblait le fuir depuis le départ vendéen de la 105e édition.

Arrivé 145e et avant-dernier de l’étape du col du Portet hier, et après avoir flirté plusieurs fois avec les délais d’élimination dans lesquels sont tombés plusieurs de ses rivaux, le leader de Groupama-FDJ a mobilisé son équipe pendant toute l’étape pour contrôler l’échappée du jour, puis pour préparer le sprint final dans lequel Jacopo Guarnieri l’a parfaitement lancé.

Sur la ligne d’arrivée, Arnaud DEMARE devance Christophe Laporte et Alexander Kristoff. Il s’agit du 1er doublé français sur un finish au sprint depuis la victoire de Jacques Esclassan devant Yvon Bertin en 1978 à Saint-Amand-les-Eaux !

Un peloton complet de 146 coureurs est réuni à Trie-sur-Baïse. Dès le 2e km de course, un groupe constitué de solides rouleurs se détache avec Mathew Hayman, Luke Durbridge (Mitchelton-Scott), Niki Terpstra (Quick Step), Thomas Boudat (Direct Energie) et Guillaume Van Keirsbulck (Wanty-Gobert), mais creuse difficilement un écart de 1’45’’ dans un premier temps, et sont particulièrement observés par les formations des sprinteurs. Après une heure de course parcourue à une allure particulièrement rapide (48,8 km), la marge accordée par Groupama-FDJ, Team Emirates et Bora n’est que de 1’35’’. 

Au kilomètre 66, une tentative de contre attaque est lancée par Vanmarcke (Education First), Gogl et Stuyven (Trek), dont les équipes n’ont pas trouvé l’ouverture en début d’étape. Mais le trio ne parvient pas à se rapprocher à moins de 20 secondes de l’échappée et réintègre le  peloton, qui a entre temps été perturbé par une chute impliquant Adam Yates et Nairo Quintana (km 67). Suite à cet incident, les 5 hommes de tête atteignent un avantage maximal de 2’20’’ au passage au km 81.

A mi-parcours, les coureurs de Cofidis participent également à la poursuite, qui laisse peu de chances aux échappés du jour.

Le contrôle devient particulièrement serré à partir des 40 derniers kms de course, où ils ne dépassent jamais la minute d’avance.

Ils sont dans un premier temps repris par un mouvement de contre attaque à 18 kms du but, puis à  16 kms par le peloton. Un sprint massif se prépare alors avec les coéquipiers d’Arnaud Démare à la manœuvre. Dans les derniers kms, les premiers rangs sont également occupés par les coéquipiers de Peter Sagan chez Bora.

A la Flamme Rouge, ce sont les maillots rouges de Cofidis qui se distinguent. Mais Jacopo Guarnieri, le lanceur attitré d’Arnaud Démare, emmène son sprinteur jusque dans les 250 derniers mètres. Le sprinteur français peut alors placer son accélération et se ruer sur la ligne d’arrivée en résistant au retour de Christophe Laporte et Alexander Kristoff.

CLASSEMENT DU JOUR

 CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL
 1 - ARNAUD DEMARE  1 - G. THOMAS
 2 - Christophe LAPORTE  2 - T. DUMOULIN
 3 - Alexander KRISTOFF  3 - C. FROOME
 4 - Edwald BOASSON HAGEN  4 - P. ROGLIC
 5 - Sonny COLBRELLI  5 - N. QUINTANA
   6 - S. KRUIJSWIJK
 MAILLOT JAUNE : G. THOMAS  7 - M. LANDA
 MAILLOT A POIS : J. ALAPHILIPPE  8 - R. BARDET
 MAILLOT VERT :  P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : P. LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : L. DURBRIDGE  MOVISTAR

    

 

 

 

 

ETAPE 19 : LOURDES - LARUNS : 200,5 KMS : Vendredi 27/07/18 : ETAPE DE MONTAGNE

 

    LOURDES - LARUNS : 200,5 KMS : 3ème ETAPE DE MONTAGNE EN PYRENEES.

    Ultime étape de montagne. Et quelle Etape ! avec tous les grands cols historiques : Aspin, le Tourmalet, le Soulor, l'Aubisque, sans oublier le Col des Bordères à la sortie d'Argelès-Gazost. C'est superbe !

    Mais même si escalader le Tourmalet est loin d'être anodin, le fait d'avoir 30 kms de vallée derrière et encore 90 kms avant l'arrivée ne va pas inciter les leaders à attaquer. Ils préfèreront attendre le col du Soulor et l'Aubisque..

    Et, dans la descente de l'Aubisque, juste avant l'arrivée à Laruns, les meilleurs iront très vite, très vite pour signer soit une victoire de rattrapage, soit une domination écrasante !

    - Col d'Aspin : 1490 m : 1ère catégorie : 12 kms à 6,5 %.

   - Col du Tourmalet : 2115 m :  Hors catégorie : 17,1 kms à 7,3 %.

   - Col des Bordères : 1156 m : 2ème catégorie : 8,6 kms à 5,8 %.

   - Col d'Aubisque : 1709 m : Hors catégorie : 16,6 kms à 4,9 %.

       RESUME DE L'ETAPE

La dernière étape pyrénéenne en ligne a donné lieu à une explication musclée entre les prétendants au titre et au podium.

Après la formation d’une échappée constituée de très sérieux grimpeurs, c’est dans la montée au col du Tourmalet qu’ont commencé les débats, avec des offensives de Mikel Landa et Romain Bardet.

La sélection s’est poursuivie et s’est accentuée brutalement dans l’ascension au col d’Aubisque où une élite s’est détachée avec Rafal Majka en tête. Mais le Polonais a été dominé comme tous les autres par Primoz Roglic, auteur d’un festival dans la plongée sur Laruns.

Le coureur Slovène, qui signe un 2ème succès en solitaire après celui de Serre-Chevalier en 2017, profite de ses talents d’acrobate pour déloger Chris Froome du podium provisoire.

Le héros du jour se présentera sur le chrono d’Espelette avec un double défi : aller chercher la 2e place de Tom Dumoulin, qui n’est qu’à 16 secondes… ou défendre sa 3e place, qu’il n’occupe qu’avec 13’’  d’avance sur Chris Froome.

Le peloton a gardé un volume intact de 146 coureurs au départ de Lourdes. Les candidats à l’échappée sont nombreux pour cette dernière étape de montagne.

Au km 4,5, un trio se détache avec Dillier (AG2R), Pöstelberger (Bora) et Gaudin (Direct Energie). Ils sont rejoints au km 21 par Jungels (Quick Step), Yates (Mitchelton-Scott) et Kangert (Astana), pendant qu’une contre-attaque se forme derrière eux avec Barguil (Fortuneo), G.Izagirre (Bahrain), Amador (Movistar) et Vichot (Groupama-FDJ).

Le mouvement inquiète Alaphilippe (Quick Step), qui réagit en compagnie de Chavanel (Direct Energie). Le peloton ralentit ensuite au km 31, lorsqu’une dernière contre-offensive se dessine avec Hardy (Fortuneo), Nieve (Mitchelton-Scott), Bennati (Movistar), Burghardt (Bora), Slagter (Dimension Data) et Mollema (Trek).

Le travail de poursuite paye pour l’ensemble de ces contre-attaquants, qui rejoignent la tête de course au km 58 et complètent un groupe de 18 coureurs au total.

Le groupe obtient au sommet de la côte de Capvern-les-Bains (km 40) un avantage maximal de 5’05’’ qui inquiète les coureurs de Katusha, soucieux de défendre les intérêts de leur leader Ilnur Zakarin (12e du général).

En abordant l’ascension au col d’Aspin, le peloton se rapproche ainsi à 3’05’’ du groupe de tête, qui perd une partie de ses éléments dans la montée. Au sommet Julian Alaphilippe s’assure le gain du maillot à pois 2018 en se ruant sur les 10 points de la 1ère place. Il y a alors 4’20’’ d’écart avec le peloton.

Bardet en contre au Tourmalet
C’est avec ce même écart que la course rentre dans l’ascension au col du Tourmalet.

Le groupe de tête connaît une nouvelle cure d’amaigrissement et se présente au sommet avec Alaphilippe, Nieve, Jungels, Barguil, Kangert et G.Izagirre, notés dans cet ordre.

Derrière eux, le groupe Maillot Jaune a été bousculé par une attaque d’Ilnur Zakarin et Mikel Landa, suivie à 10 kms par Romain Bardet, puis par Rafal Majka. Ces 4 grimpeurs, accompagnés d’Amador, accusent à la bascule un retard de 50’’, tandis que le groupe Maillot Jaune pointe à 2’50’’.

Dans la descente puis dans la vallée qui suit, la contre-attaque se rapproche puis effectue la jonction au km 133.

Le programme retrouve du dénivelé avec la montée au col des Bordères, où Alaphilippe puis Barguil lâchent prise, tandis que les Lotto-Jumbo donnent du rythme pour défendre la 4e position au général de Primoz Roglic.

Mais c’est sur l’ascension au col d’Aubisque que se déclarent les mouvements décisifs. A 15 kms du sommet, c’est à nouveau sur une accélération de Mikel Landa que Romain Bardet attaque : les 2 hommes sont uniquement accompagnés de Zakarin et Majka, et poursuivent ensemble l’ascension, mais sont repris à  2 kms du sommet.

Car parmi les favoris, la sélection est initiée par Tom Dumoulin et Primoz Roglic, qui mettent temporairement en difficulté Chris Froome, distancé à 11,5 kms. A la bascule, Majka s’est isolé avec une poignée de secondes d’avance, mais dans la plongée sur Laruns, une élite se détache, dont Zakarin et Kruijswijk sont exclus.

Parmi les candidats encore en lice pour l’étape, Roglic se montre le plus entreprenant et le plus habile dans la descente. A 5 kms de l’arrivée, il a creusé un écart de 6’’, qu’il porte même à 17’’ sous la Flamme Rouge. Derrière lui, Dumoulin, Thomas, Froome, Landa, Bardet, Majka et D.Martin mènent la chasse sans jamais le revoir.

Les places d'honneur se disputeront au sprint avec la 3ème place pour Romain BARDET.

ABANDON DU JOUR

- Jelle VANENDERT Lotto Sendal Abandon.

CLASSEMENT DU JOUR

 CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL
 1 - Primoz ROGLIC  1 - G. THOMAS
 2 - G. THOMAS  2 - T. DUMOULIN à 2'05"
 3 - Romain BARDET  3 - P. ROGLIC à 2'24"
 4 - D. MARTIN  4 - Ch. FROOME à 2'37 "
 5 - R. MAJKA  5 - S. KRUIJSWIJK à 4'37"
   6 - M. LANDA à 4'40"
 MAILLOT JAUNE : G. THOMAS  7 - Romain BARDET à 5'15"
 MAILLOT A POIS : J. ALAPHILIPPE  8 - D. MARTIN
 MAILLOT VERT : P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : P. LATOUR  CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF : M. LANDA  MOVISTAR

 

 

ETAPE 20 : SAINT PE SUR NIVELLE - ESPELETTE : CONTRE LA MONTRE INDIVIDUEL : 31 KMS : Samedi 28/07/18

 

 SAINT PE SUR NIVELLE - ESPELETTE : 31 KMS : UNIQUE CONTRE LA MONTRE INDIVIDUEL !

 Avant dernière étape et suspense jusqu'au bout ! C'est l'explication finale qui va se jouer sur cette étape pour tous les leaders  et le vainqueur du Tour 2018 sera connu sur la ligne d'arrivée ! Mais ça sera un final très pimenté !

 Le gratin Basque ! Un contre la montre qui a du caractère avec 31 kms de montées et descentes très techniques et qui est exigeant sur les routes escarpées du Pays Basque et il sera forcément décisif.

Aprés le départ du Lac de St Pé sur Nivelle, le parcours sera plus ou moins roulant sur une vingtaine de kms puis les choses se corseront. Dans les 10 derniers kms, ce sera une succession de montées et de descentes avec en point d'orgue le col de Pinodieta qui ne fait qu'un km mais où on atteint des pentes de 20-22 %. Un coureur qui aura mal géré son effort pourra resté planté sur place !

 C'est une étape pour les Leaders du classement général ! On doit s'attendre à de gros écarts qui pourraient dépasser la minute et ce contre la montre est beaucoup plus difficile que celui de l'an passé à Marseille. 

                      Demain, PARIS et les Champs Elysées ! le rêve de tout sprinteur pour la victoire d'Etape !

RESUME DE L'ETAPE

C’était l’heure des comptes du côté d’Espelette.

Et sur l’exercice athlétique d’un contre-la-montre individuel exigeant de 31 kms, la puissance a parlé du côté de Tom Dumoulin, qui s’est à nouveau affirmé comme le maître du chrono. Le Néerlandais, déjà vainqueur en 2016 sur le parcours ardéchois de Vallon Pont-d’Arc, s’impose cette fois-ci au Pays Basque et assure en même temps sa  2e place sur le podium du Tour derrière Geraint Thomas, dont le fléchissement en 2ème partie de parcours n’a absolument pas menacé sa position en tête du classement général.

C’est avec le Maillot Jaune et une avance légèrement réduite à 1’51’’ que le Gallois prendra demain matin le départ de l’ultime étape, tandis que son coéquipier Chris Froome a réalisé une bonne opération sur le parcours du jour. Avec le 2e  temps, à 1’’ de Dumoulin, il reprend place sur le podium du Tour, qu’il atteindra sans doute à Paris pour la 6e  fois de sa carrière, aux  dépens de Primoz Roglic.

Parmi les 145 coureurs attendus au départ, Lawson Craddock, qui s’apprête à devenir le 1er coureur de l’histoire à promener la lanterne rouge du début à la fin du Tour, connaît aussi le privilège d’ouvrir le bal et d’établir un 1er temps de référence sur le chrono d’Espelette. Son chrono disparait vite du sommet du classement, avec les passages sur la ligne d’arrivée de Jay Robert Thomson (46’09’’), d’Amund Jansen (44’54’’), de Marco Marcato (44’54’’) puis de Maciej Bodnar (44’27’’), le vainqueur du chrono de Marseille en 2017. Mais le premier à s’installer durablement en tête est Michael Hepburn, avec une vitesse moyenne de 44,02 km/h qui reflète la difficulté du parcours proposé dans les reliefs basques.

Parmi les candidats attendus pour déloger le rouleur australien, le quadruple champion d’Espagne Jonathan Castroviejo bute à 8 secondes.

C’est en revanche un autre Espagnol, Marc Soler, qui se hisse au même niveau et prend l’avantage sur Hepburn avec une marge infime de 5 centièmes de seconde. Le temps ne résiste pas au jeune Danois Soren Kragh Andersen, qui lui succède sur le « hot seat » et élève sérieusement le niveau, avec 31’’  de moins. Mais la performance n’impressionne pas Michal Kwiatkowsi, qui retranche 1’’ au chrono de référence et donne une idée de ce qui pourra être réalisé un peu  plus tard par les meilleurs spécialistes en fin de programme.

Ilnur Zakarin se signale en prenant momentanément la tête sur les pointages intermédiaires, pendant que Romain Bardet s’applique à dépasser Mikel Landa pour la 6e place du classement général.

Mais parmi les derniers acteurs de la journée, le match pour l’étape est doublé cette année d’une bataille pour les places sur le podium final.

Rapidement, Primoz Roglic se montre incapable de défendre sa place sur le podium du Tour face à Chris Froome (30’’ de retard au point de chronométrage du km 13, 49’’ au km 22) à nouveau en jambes sur son exercice de prédilection.

Mais l’homme en forme est bel et bien le patron du Tour : Geraint Thomas signe les meilleurs temps intermédiaires avec une marge confortable sur son ancien leader. Au final, il est tout de même devancé par le maître du genre, Tom Dumoulin, exemplaire de régularité et qui signe son 2ème succès sur un chrono du Tour, en même  temps qu’il assure sa 2e  place sur le Tour de France 2018. 

            CLASSEMENT DU JOUR                                                                                      

CLASSEMENT ETAPE CLASSEMENT GENERAL
 1 - Tom DUMOULIN  1 - G. THOMAS
 2 - Chris FROOME à 1"  2 - T. DUMOULIN
 3 - G. THOMAS à 14"  3 - C. FROOME
 4 - M. KWIATKOWSKI  4 - P. ROGLIC
 5 - S. KRAGH ANDERSEN  5 - S. KRUIJSWIJK
   6 - Romain BARDET
 MAILLOT JAUNE : G. THOMAS  7 - M. LANDA
 MAILLOT A POIS : A. ALAPHILIPPE  8 - D. MARTIN
 MAILLOT VERT :   P. SAGAN  
 MAILLOT BLANC : P. LATOUR CLASSEMENT PAR EQUIPE :
 LE + COMBATIF :  MOVISTAR

 

ETAPE 21 : HOUILLES - PARIS CHAMPS ELYSEES : 116 KMS : Dimanche 29.07.18 : ETAPE DE PLAINE

  HOUILLES - PARIS CHAMPS ELYSEES : 116 KMS : ETAPE FINALE !

  Etape de prestige, de "champagne" traditionnelle, pour les sprinteurs, et de consécration pour le Maillot Jaune ! L'arrivée sur les Champs Elysées fait partie de la Légende du Tour !

  Si la 1ère partie de l'étape est tournée vers la Fête, ce n'es plus le cas quand on arrive sur les Champs Elysées ...

 Comme à l'accoutumée, les premiers Kms seront parcourus au ralenti. Ce n'est qu'à l'approche de la Capitale que les coureurs appuieront sur les pédales et plus encore lors de l'entrée dans PARIS et le traditionnel circuit des CHAMPS ELYSEES parcouru 8 fois. Quelques aventuriers devraient tenter de prendre le large, mais sans réelle conviction.

 Il faut alos s'employer à rester dans les roues et dans la descente des Champs , quand ça roule à 70 km/h...et en plus si le pavé est mouillé..il faut rester vigilant...

  Mais ce n'est pas de tout repos car il faut rouler fort pendant tout ce final pour éviter les cassures ou les chutes.

  Le prestige du lieu fait que les sprinteurs en on fait leur chasse gardée  et selon un scénario bien établi, l'arrivée sur la plus belle Avenue du Monde devrait se jouer à l'issue d'un superbe sprint massif.

RESUME DE L'ETAPE

La dernière étape sur les Champs-Elysées n’a pas échappé à la règle : c’est au sprint que se sont départagés les coureurs les plus rapides du peloton, avec un avantage pour Alexander Kristoff, qui avait été surpassé pendant les sprints de la 1ère semaine mais a été récompensé de sa résistance et de sa persévérance.

Le Norvégien s’impose sur la plus prestigieuse des étapes de sprinteurs et renoue avec la victoire, 4 ans après ses succès à Saint-Etienne et à Nîmes.   


L’arrivée du jour n’a pas perturbé Geraint Thomas, qui remporte le Tour de France pour la 1ère fois, à sa 9ème participation et après avoir endossé le Maillot Jaune lors de l’étape qu’il a remportée à La Rosière. Egalement victorieux le lendemain à l’Alpe d’Huez, Thomas a ensuite contrôlé ses rivaux durant la séquence pyrénéenne, y compris jusqu’au chrono d’Espelette qu’il avait abordé avec une avance confortable sur son premier poursuivant, Tom Dumoulin.

Le 1er vainqueur Gallois du Tour de France apporte une 6ème victoire à son équipe Sky, qui connaît aussi la satisfaction de voir le tenant du titre Chris Froome  monter sur la 3ème marche du podium.

6, c’est également le nombre de victoires de Peter Sagan au classement par points, depuis  son arrivée sur le Tour en 2012.

Le maillot à pois est quant à lui remporté par Julian  ALAPHILIPPE, également vainqueur de 2 étapes, tandis que Pierre LATOUR s’impose avec sa 13e place au général comme le meilleur jeune de l’épreuve.

Le classement par équipes revient à la formation espagnole Movistar. 

Les 145 coureurs ayant bouclé le chrono  d’Espelette et rallié la région parisienne par la voie des airs ce matin se trouvaient bien au départ d’Houilles pour la dernière étape.

Les premiers kilomètres de course sont consacrés à des félicitations au Maillot Jaune et à son équipe, accompagnées de séances de photos et de dégustation de champagne.

Mondanités obligent, le peloton ne parcourt que 32,3 kms dans la 1ère heure.

A l’entrée dans Paris, on accorde à Sylvain CHAVANEL, qui achève son 18e et dernier Tour de France, le privilège de rentrer seul en tête sur le circuit final et de se présenter en tête pour le 1er passage sur la ligne d’arrivée.

La course débute alors, avec 8 tours de circuit et 54,5 kms à parcourir.

Le rythme s’accélère, sous l’impulsion d’un petit groupe d’échappés constitué de Dillier, Phinney, Schär, Gaudin, Politt et Van Keirsbulck. Ils obtiennent un écart de 35’’ au 4e passage sur la ligne d’arrivée, à 34 kms du but, mais sont surveillés de près par les formations Bora-Hansgrohe et Groupama-FDJ.

A 20 kms de l’arrivée, l’écart maximal est enregistré avec 45’’ d’avance, mais les coureurs de Cofidis participent également à une poursuite qui ne laisse que peu de chances aux attaquants. Le dernier d’entre eux, Nils Politt, est repris à 6 kms de  l’arrivée.

Les équipes de sprinteurs prennent en mains la préparation de l’explication finale, perturbée par  une attaque à 2 kms de Marco Marcato, puis une réplique encore plus convaincante d’Yves Lampaert, qui rentre dans le dernier km avec 200 mètres d’avance sur le peloton.

Mais le champion de Belgique est repris à 300 mètres de l’arrivée, laissant place à une explication dominée en puissance par Alexander Kristoff.

   CLASSEMENT FINAL

 
 CLASSEMENT ETAPE  CLASSEMENT GENERAL 2018
 1 - Alexander KRISTOFF  1 - G. THOMAS
 2 - John DEGENKOLB  2 - Tom DUMOULIN à 1'51"
 3 - Arnaud DEMARE  3 - Ch. FROOME à 2'24"
 4 - E. BOASSON HAGEN  4 - P. ROGLIC à 3'22"
 5 - Christophe LAPORTE  5 - S. KRUIJSWIJK à 6'08"
   6 - Romain BARDET à 6'57"
   7 - M. LANDA à 7'17"
   8 - D. MARTIN
 DISTANCE TOTALE PARCOURUE :  13 - Pierre LATOUR
   17 - Warren BARGUIL
   30 - Lilian CALMEJANE
 VITESSE MOYENNE TOUR de FRANCE 2018 :  33 - Julien ALAPHILIPPE
   34 - David GAUDU
 CLASSEMENT PAR EQUIPE :  35 - Julien BERNARD
 MOVISTAR  
 MAILLOT JAUNE : G. THOMAS  
 MAILLOT A POIS : Julian ALAPHILIPPE  
 MAILLOT VERT : Peter SAGAN  
 MAILLOT BLANC : Pierre LATOUR  
 SUPER COMBATIF 2017 : D. MARTIN  
   

 

CLASSEMENT des PRIX par EQUIPE

EQUIPE  MONTANT DU PRIX
 1 -  
 2 -  
 3 -  
 4 -  
 5 -  
 6 -   
 7 -   
 8 -   
 9 -   
 10 -   
 11 -   
 12 -   
 13 -   
 14 -   
 15 -    
 16 -   
 17 -   
 18 -   
 19 -  
 20 -   
 21 -   
 22 -   
     

 

 

LES DOTATIONS

 

- Le Maillot JAUNE : 500 000 € au vainqueur final.

- Le Maillot VERT : 25 000 € au vainqueur final.

- Le Maillot blanc à pois rouges : 25 000 € au vainqueur final.

- Le Maillot blanc : 20 000 € au vainqueur final.

                         Les autres dotations :

- Victoire d'Etape : 11 000 €.

- Supercombatif : 20 000 €.

- Equipe vainqueur du classement par équipes : 50 000 €.